Worlds

Worlds : Laflamme et son équipe se propulsent à l’événement principal

Bien que la performance de Clutch Gaming fut vacillante lors des groupes des « play-ins », c’est l’inverse qui s’est produit à la phase d’élimination. Leur performance fut à l’opposé de ce que nous avions observé la semaine dernière. C’est de manière convaincante que notre Québécois a franchi cette étape cruciale du Mondial de League of Legends.

Cody Sun, l’immortel

League of Legends est un jeu dans lequel deux équipes de cinq s’affrontent sur le Summoner’s Rift. Évidemment, la performance de tous est importante pour assurer la destruction du nexus adverse. Toutefois, certaines de ces performances sont plus impressionnantes que d’autres. Dans le cas de Clutch Gaming et de leur victoire de 3 à 0 contre Royal Youth, il est difficile de faire abstraction de Cody Sun. Pendant toute cette série, le partenaire de ligne de Laflamme n’est pas mort une seule fois. Étant un ADC, Cody Sun joue un rôle dans lequel il utilise des personnages très faibles en termes de résistances. Les joueurs de bas sont des machines à canons. Ils sont là pour larguer d’énormes dégâts au coût d’être très fragiles.

Worlds

Malgré cette fragilité, Cody Sun s’est démarqué tout au long de la saison régulière comme étant un joueur ne décédant pas souvent. Il s’est même attiré l’étiquette d’être un « KDA player », signifiant que si le risque de mort est élevé, il risque de ne pas s’y commettre à 100% pour y laisser sa peau. Bien sûr, cela ne veut pas dire qu’il abandonne ses co-équipiers. Lors de la série contre Royal Youth, il a obtenu un ratio de « kill participation » de 66%, ce qui est élevé. Pour parvenir à une telle performance, il est primordial de souligner les joueurs l’entourant. Notamment, Vulcan n’a pas peur de se mouiller pour sauver la peau de son coéquipier. À maintes reprises durant la saison, Laflamme a joué des champions permettant à Cody Sun de performer sans se trop se soucier du reste.

L’histoire de Clutch Gaming est bien plus que la performance d’un joueur, c’est pourquoi rien n’équivaut à regarder les matchs eux-mêmes pour y voir un meilleur Lira que durant les « play-ins » et un Huni sur son champion fétiche. Leur quête de trophée se continuera dans les groupes de l’événement principal se déroulant dès samedi.

Les images proviennent de Riot Games

Commentez cet article