What The Golf : On ne joue pas seulement avec des balles

What The Golf : On ne joue pas seulement avec des balles

Vous n’aimez pas le golf? Pas de souci dans ce cas, What The Golf est fait pour vous. Puisque dans ce jeu indé venant tout droit du Danemark, le célèbre sport de gazon est seulement un prétexte pour nous plonger dans le ridicule. Le studio Triband s’est donné à cœur joie pour briser les codes du genre, en nous livrant un jeu absurde et hilarant sur bien des aspects.

Ce n’est pas vraiment du Golf

Quand on pense au golf, on s’imagine un immense terrain vert, avec des hommes qui tapent dans leur balle à l’aide d’un bâton. Et pourquoi? Pour atteindre un drapeau et faire rentrer la balle dans un trou. Dans les grandes lignes, What The Golf reprend juste l’idée qu’il faut amener quelque chose vers un drapeau. Et quelque chose est le bon mot, puisque avant même de mettre les pieds dans le jeu en soi, le court tutoriel d’introduction nous montre tout de suite qu’il ne faut pas le prendre au sérieux. On choisit la direction et on presse sur le bouton pour déterminer la vitesse de lancer. Un gros classique et cette jouabilité ne va bouleverser personne. Le premier niveau nous permet d’envoyer une balle, mais lorsque dans le suivant, c’est le golfeur lui-même qui est expédié vers l’avant, on commence à se poser des questions. Puis quand c’est une maison tout entière qu’on doit frapper vers le drapeau, on comprend tout de suite que What The Golf va nous en faire voir de toutes les bizarreries.

What The Golf : On ne joue pas seulement avec des balles

On entre ainsi rapidement dans le cœur du jeu, qui est une succession de niveaux dont les objectifs sont parfois complètement déjantés. Il n’est pourtant pas question de les enchaîner, mais de se promener dans un HUB qui est lui-même scindé en plusieurs parties. Une idée saugrenue, qui aurait pu être amusante, car on traverse des zones arborant des thèmes variés, étant même parfois des clins d’œil à d’autres jeux. Mais le souci c’est qu’il est relativement pénible de s’y déplacer. Cela part d’une bonne intention, car il faut parfois remporter un certain nombre de niveaux ou défis pour ouvrir une porte pour avancer, donnant ainsi l’illusion d’un mode aventure plutôt long. Mais au bout de la cinquième tentative pour essayer de rentrer dans la pièce suivante, car on se heurte sans cesse dans des objets ou qu’on se bat contre les grilles d’aération qui emportent notre balle, on commence un peu à pester contre What The Golf.

Pas mal de petites choses à faire

Après, là où le jeu s’en sort à merveille, c’est qu’on nous y propose une très grande variété de choses à faire pour nous amuser. Le concept reste souvent le même, celui d’atteindre la fin d’un niveau, mais le procédé pour y arriver ne finit jamais de nous surprendre. Parfois, il faut utiliser une balle munie d’un grappin pour se mouvoir au travers de portail de couleurs, tandis qu’à d’autres moments, on doit envoyer 50 boules de bowling en espérant qu’une d’elles arrivera à destination, pour toucher les quilles. Les règles sont constamment réinventées, et même si elles sont toujours très simples, cela amène parfois un bon défi à résoudre. Surtout que chaque niveau comporte deux défis supplémentaires une fois qu’ils ont été résolus une première fois. De quoi se lancer dans des tableaux parfois encore plus farfelus, mais qui demandent quand même un peu plus de réflexion de notre part.

What The Golf : On ne joue pas seulement avec des balles

Que ce soit dans le Far West, dans un principe volé à Super Hot ou encore un clone de Mario Bros, avec la musique en adéquation et fortement parodique, tout est vraiment fait pour qu’on passe un agréable moment en compagnie de What The Golf. L’humour est une part essentielle de l’expérience et il est assez difficile d’y être réfractaire. Surtout que chaque niveau se fait plutôt rapidement, pour peu qu’on ne reste pas bloqué. Ce qui laisse prétendre qu’on est devant un jeu qui se prête volontairement à de courtes sessions. Après, il y a de bonne chance que votre partie en cours se transforme en marathon d’une soirée entière si vous vous laissez attrapé par la frénésie de vouloir à tout pris voir ce que vous réserve le niveau suivant. Une maladie dans laquelle on tombe rapidement, car tout est fait pour qu’on s’amuse. 

What The Golf : On ne joue pas seulement avec des balles

La réalisation est parfois minimaliste, mais elle colle bien à l’ensemble complètement loufoque qui se dégage du jeu. Et cela s’harmonise aussi surtout à la grande variété de situations qu’on rencontre, avec parfois des niveaux en 2D, en vue de dessus ou qui jouent avec une gravité inversée. Les développeurs se sont vraiment lâchés dans tous les sens et nous proposent même des modes alternatifs, comme les défis quotidiens qui demandent de revisiter des niveaux de l’aventure principale, mais dans d’autres circonstances ou en un nombre de coups limités. De quoi rallonger encore plus la durée de vie de What The Golf, qui est pourtant déjà assez bonne, notamment si vous vous mettez en tête de compléter tous les défis et de trouver tous les objets cachés dans les décors.

Mais c’est super bien, en fait

Quand je tombe sur un jeu comme What The Golf, je me demande où j’ai encore mis les pieds. Mais après plusieurs minutes, on se rend vite à l’évidence que le concept a du potentiel et on lui laisse sa chance. Et au bout de quelques heures, on doit admettre qu’on s’amuse vraiment beaucoup et qu’on a envie d’en voir le plus possible. Je dois avouer qu’une certaine lassitude s’installe quand même. Notamment par la traversée abominable de ce HUB central, qui devient vite une torture, mais qui reste une obligation pour atteindre les niveaux. Ma foi, on s’y fait et on termine sur une notre vraiment positive, celle d’un jeu où les développeurs se sont vraiment donné à cœur joie et nous offre plusieurs heures de plaisir.

Verdict
Bon
Commentez cet article