Walmart cache les jeux violents, mais vend toujours des armes

Suite aux deux fusillades dans ses magasins, Walmart É.-U. retire la mise en avant des jeux violents.

En réaction aux deux fusillades ayant eu lieu dans ses magasins et quelques jours après la diatribe de Trump contre les jeux vidéo, Walmart É.-U. a décidé de retirer les affiches et promotions des jeux violents en rayon. Ce n’est pas l’unique secteur touché, puisque la compagnie va jusqu’à retirer la promotion des films violents et des vidéos de chasse.

Plus concrètement, selon les consignes données aux employés de la chaîne de magasins, ils doivent éteindre les vidéos dites violentes et annuler les événements portant sur des jeux type FPS ou de combat. Les recommandations finissent par la demande de supprimer en magasin les jeux violents. Pour le prochain Call of Duty, on risque de ne pas le trouver chez Walmart. Par contre, les armes y sont toujours en vente libre, et un simple permis de conduire est suffisant pour servir de sésame et accéder à la parfaite panoplie du meurtrier de masse.

Tels les comics en leur temps ou encore le jazz, les jeux vidéo sont devenus le coupable idéal lorsqu’il s’agit de ne pas se remettre en question. Dans un pays ou des acteurs comme Epic Games, Blizzard et autres Electronic Arts  déploient des moyens considérables pour promouvoir le esport et les compétitions entre joueurs, cette diabolisation de la part de l’actuel gouvernement américain et des sociétés qui le soutiennent pourrait être problématique dans le futur. Comment organiser une compétition de Fortnite et la diffuser si le jeu est considéré comme violent et indésirable par les éventuels commanditaires ou les autorités?

Commentez cet article