Rocket League Fennec

Un deuxième événement nord-américain remporté par le Québécois Taroco chez Rocket League

Plus la saison de la Rocket League Championship Series X avance, plus le Québécois Alexandre « Taroco » Reis Pedrogam fait les manchettes. Ce week-end, Rogue a remporté le premier événement nord-américain du Spring Split. Cette performance suit une deuxième place lors du dernier majeur de la région et une autre médaille d’or lors de l’événement nord-américain précédent.

Crédit photo couverture: Psyonix Studios

Une progression rapide et stable

L’arrivée du Québécois Alexandre « Taroco » Reis Pedrogam au sommet de la scène compétitive de Rocket League n’est pas une surprise. Depuis l’arrivée du Québécois chez Rogue, l’équipe est en progression constante au sein de la Rocket League Championship Series X. En effet, Taroco n’a pas débuté la saison chez Rogue. Il a remplacé l’un des joueurs les plus iconiques de la ligue, Kronovi, et a réussi à propulser Rogue au sommet à deux reprises.

À lire aussi: Le Québécois Alexandre « Taroco » Reis Pedrogam remporte le RLCS X Games

En effet, Alexandre a rejoint l’équipe en début novembre 2020. Avec Kronovi, l’équipe n’avait pas produit de résultats impressionnants lors d’événement A-Tier ou plus. Dès leur premier événement en tant que nouvelle équipe, Rogue a décroché la troisième place. Ce fut un changement drastique en termes de performance. Depuis, le bateau avance à pleine voile.

En plus de cette médaille de bronze, Taroco a terminé quatrième lors de l’événement suivant, deuxième pendant le Rocket League Summit 2, premier au dernier événement d’hiver, deuxième lors du majeur d’hiver et premier ce week-end. Cette stabilité est impressionnante pour une équipe qui œuvre ensemble depuis moins de 6 mois.

Crédit photo: Psyonix Studios

Le format du printemps

Plus la saison de la RLCS X, plus les restrictions augmentent. L’année a débuté avec le Fall Split qui incorporait 32 équipes. Puis, l’hiver n’a admis que 24 équipes pour son format de tournoi à élimination double. Aujourd’hui, le Spring Split ne possède plus que 20 équipes.

Parmi ces 20 équipes, 12 sont automatiquement invités grâce à leur performance au cours du reste de la saison. Par conséquent, il ne reste que 8 places pour ceux et celles qui désirent accéder via les qualifications fermées.

Chacun des trois événements nord-américains se procédera comme suit. D’abord, les 20 équipes sont séparées en 4 groupes de 5 équipes. Les équipes affrontent chacun des adversaires de leur groupe en Round-Robin. La dernière place de chacun des groupes est ensuite éliminée.

Ensuite, les 16 équipes restantes procèdent à un tournoi à double élimination intitulé le Knockout Gauntlet. Les deux premières positions de chacun des groupes accèdent directement à l’arbre supérieur, alors que les deux autres débutent dans l’arbre inférieur. Le top 8 se permet de procéder à la dernière journée, soit celle à simple élimination.

Finalement, un tournoi à élimination simple se déroule lors de la dernière journée et couronne une équipe championne. Un accès à cette dernière journée assure aux équipes un minimum de 210 points au classement et 5000$.

Rogue frôle l’élimination, mais remporte le tout

Donc, le premier événement nord-américain du Spring Split a eu lieu ce week-end. Évidemment, le Québécois et son équipe ont progressé à la troisième journée sans anicroche. En fait, ils l’ont fait en battant les champions de l’hiver, NRG Esports, 3 à 0.

Lors de leur première rencontre du dimanche, FaZe Clan leur a donné un grand fil à retorde, bien plus que NRG. Après cinq parties de ce premier 4 de 7, Rogue était au pied du mur. FaZe avait le vent dans le dos, mais s’est fracassé à l’endurance du Québécois et ses coéquipiers. Malgré un déficit de deux parties, Rogue a terminé la série 4 à 3.

Après avoir frôlé l’élimination, les ultimes vainqueurs du tournoi ont terrassé leur compétition. Ils ont vaincu G2 Esports 4 à 2 et les Kansas City Pioneers en finale 4 à 1. Ce fut donc un deuxième événement nord-américain remporté par le Québécois Taroco dans la scène compétitive de Rocket League.

Commentez cet article