Ubisoft enquête sur de vastes accusations de harcèlement et agressions sexuelles

Et d’autres révélations devraient suivre.

Ubisoft vient de diligenter une société externe afin qu’elle enquête sur de nombreuses accusations de harcèlement aussi bien sexuel que moral, ou de comportements déplacés de la part de plusieurs employés d’Ubisoft. L’accusation est d’autant plus grave qu’elle concerne des cadres ayant des postes à responsabilité comme producteurs, et qui auraient bénéficié de la protection de leur hiérarchie.

Tout est parti du compte Twitter de Denny The Villain, fondateur The Cookout Color, une plateforme façon collectif de streameurs. Durant plusieurs billets, il cite plusieurs témoignages reçus à l’encontre d’employés d’Ubisoft ayant eu un comportement inapproprié.

Plusieurs personnes sont nommément visées, mais les messages publiés proviennent de sources anonymes, ce qui nécessite de diligenter une enquête afin de vérifier les faits et regrouper les témoignages. Quelques-unes des personnes incriminées ont cependant fait déjà face à des accusations. C’est le cas d’Adrien Gbinigie, responsable marketing accusé publiquement de viol par Kathryn Johnston, responsable de compte senior chez Keiros Media.

À LIRE AUSSI : #SpeakingOut : Le directeur créatif d’Assassin’s Creed Valhalla démissionne

Stone Chin directeur des relations publiques d’Ubisoft, a également été cité et Denny The Villain qui a promis des preuves accablantes à son encontre, mais il ferait preuve d’un « comportement de prédateur » depuis plusieurs années.

Jay Acevedo, ancien relationniste public senior d’Ubisoft Montréal et ayant quitté la société pour rejoindre Nutaku, s’en d’ailleurs fendu  de ce message sur Twitter : « Peut-être qu’Ubisoft me croira maintenant quand je leur suggérais d’investiguer au sujet de Stone Chin. Ses façons douteuses de réseauter lors d’événements + une situation révélée par une victime. Je me rappelle avoir dit à l’une de mes collègues à l’époque « d’être prudente et de ne pas se retrouver seule avec lui ».

D’autres accusations provenant de sources non citées mettent en cause un directeur créatif d’Ubisoft Toronto ayant choqué une employée lors de la soirée Far Cry après être devenu saoul et enragé. Il aurait demandé à une autre une fellation lors d’une soirée, et aurait un comportement agressif envers les femmes.  D’autres comportements sont également dénoncés, et parfois par plusieurs sources anonymes, comme un ancien directeur créatif ayant léché le visage d’une collègue lors d’une soirée de lancement.  D’autres noms sont cités, aussi bien à Montréal qu’Ubisoft Berlin, ainsi qu’une personne de la direction à Paris, et parmi les responsables d’un important département.

Commentez cet article