Twitch vs Facebook Gaming – quelle est la meilleure plateforme pour streamer?

S’il y a quelques années YouTube dominait l’espace des créateurs de contenu ayant comme sujet le jeu vidéo, aujourd’hui on les retrouve en direct surtout sur Twitch et Facebook Gaming. Bien que majoritairement sur Twitch, la plateforme ayant un plus long historique, certains instavidéastes se tournent vers Facebook Gaming qui est plus généreuse dans le partage des revenus. Quelles sont les avantages de chaque plateforme? On a demandé à deux créateurs de contenu : Simon Leclerc (AvecSimon) YouTuber et streamer sur Twitch, ainsi que Valérie Lévesque qui a choisi Facebook Gaming et est d’ailleurs la seule femme québécoise a avoir atteint un statut de partenaire sur cette plateforme.

Image à la une : iStock – luza studios

AvecSimon (Simon Leclerc)

twitch

Gracieuseté de Simon Leclerc

Quel est ton parcours en tant que créateur de contenu numérique?

Simon : Mon parcours est plutôt rocambolesque. J’ai commencé il y a 13 ans comme youtubeur, j’étais en secondaire 4 et mes petites vidéos faisaient bien rire mes amis et ma famille. Ensuite j’ai déménagé et rencontré un ami avec qui nous avons fait une seconde chaîne Youtube à deux, des sketchs humoristiques d’une absurdité incroyable et même une mini web-série.

J’ai ensuite à nouveau déménagé, et après avoir décidé de partir chacun de notre côté mon ami Yohan et moi, j’avais envie de créer à nouveau. J’ai décidé de recommencer les vidéos une fois au collège avec une nouvelle chaîne Youtube nommée AvecSimon qui est encore ma chaîne aujourd’hui, mais également le surnom d’artiste que j’ai sur toutes les plateformes.

De cette aventure, beaucoup de choses sont arrivés, autant des bonnes que des mauvaises. En passant par VJ recherché à Musique Plus, à mon premier one-man-show de 1h, jusqu’à une web série sur le Club Illico.

Malgré tout, c’est grâce à ce très long cheminement qu’un jour, il y a 7 ans, j’ai commencé plein temps à faire de la création de contenu. À collaborer avec des marques et des agences pour des contrats publicitaires et des projets multiples. Aujourd’hui, j’en vie à plein temps et je n’en reviens toujours pas du chemin pour en arriver là!

Pourquoi faire du stream versus d’autres types de contenus?

Simon : J’ai longtemps fait des vidéos sur Youtube, mais le streaming est venu beaucoup me chercher pour le côté proximité avec l’audience. Il y a quelque chose d’unique de pouvoir discuter et répondre en temps réel à sa communauté, mais aussi un aspect « spectacle » si on veut.

C’est personnellement quelque chose qui m’a toujours énormément attiré, devoir animer, faire rire sur une scène, et Twitch pour moi c’est un peu ma scène, sauf que je contrôle tout de A à Z.

Peux-tu dire que tu gagnes ta vie uniquement avec le streaming?

Simon : J’aimerais beaucoup, mais non malheureusement, le streaming est une belle forme de revenus lorsqu’on se donne à 300%, mais au Québec, nous sommes très peu nombreux qui peuvent en soutirer un montant raisonnable et en vivre pleinement.

Je dois continuer les contrats et les centaines de projets que je me donne pour aller chercher la vie que j’ai aujourd’hui. Je crois qu’il y a moyen d’en vivre malgré tout, mais nous sommes petits au Québec et la compétition est grande, ça disperse beaucoup les chances disons!

Quels sont les avantages selon toi de Twitch?

Simon : Le fait que la plateforme existe depuis très longtemps et qu’elle soit conçue depuis le jour 1 pour du live streaming, fait en sorte selon moi que cette plateforme évolue bien et est plus pratique et logique pour le streaming.

J’ai essayé Youtube et Facebook dans le passé, ce sont honnêtement deux plateformes très mal conçues selon moi pour l’instant pour qualifier de « bonne » plateforme pour le live streaming. Je trouve les outils peu développés et moins poussés à faire que la communauté se sent proche et impliquée dans le stream.

Qu’est-ce que tu changerais à Twitch?

Simon : Bien des choses, même si je la préfère, elle ne reste pas parfaite. Je dirais que la plateforme fait parfois des choix et des décisions sans réellement prendre le pouls de la communauté et de ses streamers.

Des choses ont été retirées dans le passé et d’autres ajoutées et on sent parfois que ces choix sont là uniquement pour le marketing et le gros $ des entreprises. Malheureusement, quand l’argent est dans la balance dans une aussi grosse entreprise, les décisions vont régulièrement aller vers ce qui rapporte du cash!

Les publicités trop intenses qu’on ne peut pas vraiment diminuer plus que le minimum donné. Tout récemment Twitch a décidé de devoir nous forcer à mettre nous-mêmes nos diffusions en ligne après avoir arrêté un stream. Quelque chose qui se faisait automatiquement avant, maintenant nous devons le faire manuellement.

C’est fait dans le but d’éviter les copyrights avec la musique en nous donnant le choix ou non de la mettre en ligne publique, mais selon moi, un choix désagréable qui fait en sorte que parfois les gens oublient et ne publient pas leurs rediffusions.


Valérie Lévesque

facebook gaming

Gracieuseté de Valérie Lévesque

Quel est ton parcours en tant que créatrice de contenu numérique?

Valérie : J’ai commencé à créer du contenu Web en 2015 sur Facebook avec du contenu culinaire/blogue. L’histoire a évolué vers la création plus geeko/otaku vers 2017 avec du contenu vidéo toujours sur Facebook avec leur programme pour créateur qui permettait d’avoir des revenus publicitaires! C’est en 2019 que je me suis lancée dans le streaming de jeu vidéo quand j’ai vu que Facebook venait de lancer sa plateforme de streaming et que j’avais enfin le matériel informatique nécessaire ! J’ai donc toujours été sur Facebook à suivre leur actualité et étant donné que j’avais travaillé fort depuis 2015 pour bâtir ma communauté, j’y suis restée pour cette étape de ma création de contenu Web.

Pourquoi faire du stream versus d’autres types de contenus?

Valérie : J’avais toujours rêvé d’en faire, je l’avais inscrit dans mon blogue en 2016 comme objectif! Cependant, en étant parent à la maison avec deux jeunes enfants ce n’était pas possible au départ. J’ai économisé longtemps pour pouvoir enfin commencer en 2019 quand ils sont enfin entrés à l’école et que c’était mon tour de m’épanouir professionnellement. J’adore la proximité en direct avec les gens et ça donne l’impression de mieux connaître sa communauté!

Peux-tu dire que tu gagnes ta vie uniquement avec le streaming?

Valérie : Oui, c’est le cas! Évidemment, c’est un salaire modeste avec une vie simple à la campagne en région éloignée que cela me permet ! Mais j’ai confiance que ça va aller de mieux en mieux avec les mois à venir! 🙂

Quels sont les avantages selon toi de Facebook Gaming?

Valérie : Les principaux avantages sont reliés à la monétisation. Facebook ne prend pas de commission sur les étoiles (même à l’achat pour les viewers) ni sur les subs (abonnements) (jusqu’en 2023 et la commission sera plus minime que les compétiteurs). Il y a également des pauses publicitaires et divers bonus en cours. Il y a également la monétisation des vidéos sur demandes et bientôt des REELS. Donc c’est le principal avantage qui fait en sorte que les créateurs sont rémunérés pour leur travail.

Qu’est-ce que tu changerais à Facebook Gaming?

Valérie : Le principal problème de FBGG, c’est la plateforme qui a beaucoup de problèmes techniques et les notifications ne sont souvent pas envoyées. C’est important de rappeler à sa communauté son horaire et ne pas attendre après les notifications. Idéalement, avoir un Discord en complément aide beaucoup. Mais les problèmes techniques font souvent fuir les créateurs, malheureusement. La plateforme est jeune (2018) et elle évolue tout le temps. Il faut être patient et ce sera bien récompensé un jour, je l’espère bien!

À LIRE AUSSI : Webcam Logitech C922x Pro 1080p : pour commencer à streamer sans se ruiner

Commentez cet article