Tout ce qu’il est important de savoir avant de monter son PC!

Quand vient l’heure de monter un PC, ce n’est pas toujours évident de faire son choix parmi la pléthore de composants offerts. Tout ça sans compter les erreurs basiques comme choisir une alimentation ordinaire, le meilleur moyen de tuer rapidement votre ordinateur, sans parler des composants mal dimensionnés pour ses besoins. Nous allons ici passer en revue chaque élément pour en expliquer l’importance.

Il n’est donc pas question de monter la configuration la moins dispendieuse avec du cheap, mais de donner une idée à ceux qui voudraient se lancer dans l’aventure du bon matériel à choisir. L’entrée de gamme des constructeurs réputés permet de monter un PC à moindres frais, tout en assurant une fiabilité similaire ou proche du haut de gamme.

L’alimentation, l’élément le plus important!

Contrairement aux idées reçues, l’alimentation est l’élément le plus important d’un PC. Au-delà de sa fonction principale, une alimentation de qualité corrige les variations de l’intensité du courant afin de fournir une tension continue qui ne change pas. Sans correction, ces variations ont pour effet de dégrader les différents composants de l’ordinateur soumis à de permanentes surtensions et sous-tensions. Les alimentations de qualité utilisent également des composants surdimensionnés, taillés pour encaisser des charges plus importantes que prévu, ce qui allonge leur longévité. Côté constructeurs, Seasonic est le poids lourd de ce milieu, reconnu pour la qualité sans compromis de ses alimentations. Fait amusant, toutes les alimentations de qualité de nombreux constructeurs sont conçues et fabriquées en réalité par Seasonic. Parmi ses clients on peut citer Corsair, Zalman ou encore Thermaltake.

Bronze, or, platinum quésako? Cette valeur indique la part d’énergie restituée à l’ordinateur. Une bronze 80+ assure qu’au moins 82% de l’électricité consommée ira à l’ordinateur. Cette valeur augmente en montant en gamme, une platinum ou une titanium sont au-dessus de 90%.

Quelle puissance choisir? Pour un PC de jeu, tout dépend de la carte graphique. Une RTX 2070 va exiger un minimum de 500 Watts, une RX 580 550 Watts, alors qu’une RX 5700 XT va en demander 600. Si une carte graphique consomme généralement de 200 à 300 Watts, il faut ajouter les 65-105 Watts d’un processeur, plus les éléments du PC comme le stockage, la mémoire, ou le refroidissement… Personnellement, je choisis des alimentations d’un minimum de 650 Watts à 750 Watts qui travailleront à la moitié de leur capacité. Si vous comptez overclocker votre CPU/mémoire et opter pour une carte puissante type 2080 ou 2080Ti, 850 Watts seront préférables.

Tout ce qu'il est important de savoir avant de monter son PC!

Processeur, plus ils y a de threads, mieux c’est!

L’arrivée de la PS5 et de la Xbox Series X, avec leurs processeurs 8 cœurs 16 threads basés sur l’architecture Zen2 (Ryzen 3000), vont mettre à genou les six cœurs comme le i7 9700K. Dans moins de deux ans, un processeur 12 threads sera le minimum et 16 threads la norme, les jeux utilisant à ce moment une base de 8 cœurs 16 threads. Actuellement, les Ryzen 3700 X à 8 cœurs 16 threads et Ryzen 3900X 12 cœurs 24 threads ont la cote. Intel et son 9900KS les battent en nombre de FPS, mais au prix d’une consommation record et d’une garantie réduite, sans parler des tarifs stratosphériques. Si votre budget est serré, le Ryzen 5 3600 à 260$ a des performances similaires en jeu au i7 9700K à plus de 600$, et une meilleure longévité grâce à ses 12 threads. Autrement, évitez tout ce qui est Intel Core i3 et AMD Ryzen 3 excepté pour les jeux rétro ou peu demandeurs. Dans les faits, ces processeurs sont bien trop faibles et destinés en priorité à la bureautique.

Carte Mère, pas la plus chère mais la mieux adaptée

Le plus important est de déterminer le chipset dont on a besoin. X 570, H 310, Z 390, B 365… autant de noms dont il va falloir savoir à quoi ils correspondent selon que vous choisissiez Intel ou AMD. Les chipsets qui équipent les cartes mères d’entrée de gamme sont limités en fonctionnalités, mais ils sont rarement indispensables pour jouer. Par exemple, pourquoi choisir un chipset plus dispendieux qui va permettre du SLI alors que l’on n’en aura pas, ou bénéficier de la gestion du RAID qu’on n’utilisera jamais? Rien ne sert donc d’avoir celui qui fait tout, mais celui qui correspond à votre utilisation, et pour une machine de jeu, si l’on ne compte pas overclocker, on peut très bien se contenter de l’entrée de gamme. Autrement, regardez également le nombre de ports SATA selon vos besoins, mais on peut en ajouter au moyen d’une carte PCIe.

 Concernant l’overcklocking : Généralement, une carte mère type Gigabyte, MSI, Asrock, ou Asus à 100-200$ fera très bien la job et durera des années sans soucis. Si vous comptez overclocker, évitez les cartes mères sous les 300$. D’expérience, celles en dessous de ce prix m’ont souvent lâché au bout de deux ans, et je me le suis fait confirmer par plusieurs assembleurs. Les cartes mères pour le gaming possèdent des composants de meilleure qualité mieux à même d’encaisser les tensions supplémentaires, mais les prix grimpent dans les 300 à 400$… minimum. Concernant l’overclock automatique que peuvent proposer certaines cartes de gaming, c’est une solution à éviter et qui a plus de chances de tuer votre processeur à moyen terme.

 

Tout ce qu'il est important de savoir avant de monter son PC!

Mémoire : vitesse = FPS! 

De ce côté, j’ai toujours joué sur la sûreté en ne choisissant que ces trois constructeurs réputés : Corsair, Kingston ou Crucial (hyper X) et aucune n’a jamais lâché, et j’ai fait des dizaines de PC. Une mémoire d’entrée de gamme de ces sociétés sera toujours infiniment supérieure en qualité à celle de barrettes génériques ou de marques communes, même équipées d’un refroidissement. Actuellement, 16 Go suffisent, mais 32 Go ne vont pas être de trop pour anticiper la nouvelle génération de jeux. Si vous magasinez vos barrettes en deux fois, prenez des modèles de la même marque et ayant les mêmes latences.

Tension et vitesse : La vitesse de la mémoire influe sur le nombre de FPS, et une mémoire d’entrée de gamme à 2200 MHz même en CL 14 peut vous en faire perdre beaucoup, peu importe que vous ayez un 9900KS et une 2080Ti, si l’accès aux informations est lent entre les composants, cela va influencer le framerate. Avec les processeurs actuels, je vous déconseillerai tout ce qui est en dessous de 2600 MHz, vous allez perdre une bonne dizaine de FPS au minimum avec une mémoire à 2000 MHz CL 16. Que vous soyez Intel ou AMD (Ryzen 3000), le meilleur compromis actuel est d’aller vers un kit à 3200 MHz en CL 16 pour un PC puissant, et de privilégier un kit 2666 en CL 16 pour machine d’entrée de gamme. Le CL est très important puisqu’il indique le temps d’attente entre deux instructions mémoire. Plus il est court, plus la mémoire est rapide et plus vous aurez de FPS, du moins en théorie. En tout cas, ce type de mémoire très demandé des joueurs est dans le creux des prix actuellement. Comptez 104$ pour un kit de 16GO 3200 MHz CL-16 de chez Corsair.

Tout ce qu'il est important de savoir avant de monter son PC!

SSD : 3 cellules et puce DRAM obligatoire!

Évitez pour l’instant les SSD à quatre cellules trop fragiles et privilégiez ceux à trois cellules. Veillez également à la présence d’une puce de DRAM. Cette mémoire ultra rapide, et donc dispendieuse, enregistre où se trouvent les informations sur le SSD. Des constructeurs économisent en plaçant ces infirmations dans l’une des puces mémoire du SSD ou dans un dossier créé dans Windows. Ils peuvent ainsi proposer des SSD à prix cassé, mais dont la durée de vie n’excède pas les deux ans.

SSD SATA ou NVME (M2)? Les SSD SATA ont été pratiques pour soulager de vieilles configurations, mais désormais les cartes mères comportent pour la plupart deux emplacements NVME (M.2). Attention cependant, pas toutes les cartes mères ne peuvent booter sur un NVME, tandis que certains NVME ont des débits qui sont les mêmes que des SSD en SATA (Crucial M500). En tout cas dans la pratique, je trouve dommage de mettre Windows sur un NVME, un SSD en SATA suffit pour démarrer rapidement son ordinateur, permet de charger instantanément les jeux classiques, et on a deux emplacements NVME de libres pour les jeux actuels.

Tout ce qu'il est important de savoir avant de monter son PC!

Refroidissement à air ou watercooling?

Les watercooling des constructeurs sont prévus d’ordinaire pour tenir au moins cinq à six ans minimum, soit un peu plus que la durée de vie fonctionnelle d’un ordinateur de jeu. Pour un vrai watercooling à base de pompe et de multiples tuyaux, je vous conseillerai fortement de passer par une boutique spécialisée dans la pose, ou de vous de vous entraîner avant sur un vieil ordinateur si vous tenez à le faire vous-même. Ce type de refroidissement reste très dispendieux, et il faut savoir plusieurs choses comme retirer le liquide de manière sûre ou bien faire attention aux raccords.

Les ventilateurs montés sur des dissipateurs sont toujours efficaces, la palme revenant à Noctua avec la gamme NHU-12, meilleure que les watercooling de constructeurs, tout en étant plus silencieuse. Il y a plusieurs excellents fabricants comme Zalman ou Thermaltake qui proposent des produits de grande qualité de 20 à 60$. J’ai cependant une ÉNORME préférence pour la Rolls du refroidissement, l’Autrichien Noctua. Et puis, si vous changez de processeur, en présentant la facture de votre CPU ou carte mère, Noctua vous envoie gratuitement les pièces pour adapter votre refroidissement à votre nouvelle plateforme, vous dispensant d’en racheter. Ils sont plus dispendieux à l’achat, mais sur le long terme, ils reviennent moins chers tout en refroidissant mieux.

Si votre choix se porte sur un AMD Ryzen 3000, le ventilateur livré avec ses processeurs est étonnamment d’une très bonne qualité, comporte même des pipelines en cuivre, et n’a rien à envier à un refroidissement dans les 50$. Si vous ne comptez pas overclocker, il fera une bonne job en jeu, et en plus il est RGB!

Tout ce qu'il est important de savoir avant de monter son PC!

Boitier, trouver le bon compromis, ou verser dans l’ostentatoire?

Les entrées de gamme de marques budget ont plus tendance à comporter des éléments coupants à l’intérieur et laissent souvent passer les vibrations et différents bruits, sans parler de leur agencement parfois aux fraises. Les boîtiers dans les 60-100$ de constructeurs réputés tels Antec, Lian-Li, Fractal Design, Cougar, Phanteks, Corsair, Cooler Master ou encore Thermaltake sont d’un bien meilleur niveau. Une configuration d’entrée milieu de gamme y sera à l’aise à condition d’ajouter quelques ventilateurs.

Jusqu’à environ 200$, on trouve surtout des boîtiers en acier. Longtemps réputés pour leur poids, ils se sont allégés de plusieurs kilos au cours des dernières années. On peut donc se faire un bon PC de jeu très bien aéré et facile à déplacer dans un boitier à 120-150$, le prix d’un boîtier de qualité.

Au-dessus de 200$, on entre parfois dans la démesure, mais on est dans un autre monde! Face à des boîtiers dans les 100 à 200$ qui ne cessent de s’améliorer, la gamme supérieure joue sur la facilité de montage et la noblesse des matériaux. L’acier est remplacé par de l’aluminium bien plus léger, les espaces pour passer les fils sont démultipliés pour un management des câbles au top, les filtres à poussières augmentent en nombre et gagnent en qualité, le RGB vient de série, tandis que les panneaux en plexiglas se muent en verre trempé. Même la sensation des boutons de mise en marche/reset semble avoir bénéficié de la même attention que dans un char de luxe. À l’usage, ils s’avèrent infiniment plus agréables et faciles à utiliser, ou même à déplacer, mais pour le double du prix d’un bon boitier!

Tout ce qu'il est important de savoir avant de monter son PC!

Enfin, un petit mot au sujet du ventilateur latéral, il peut se muer en un véritable nid à poussière et demande un nettoyage aux deux-trois mois. Le ventilateur doit être placé pour souffler vers l’intérieur du boitier, et non pas en extraction. Celle-ci doit se faire vers l’arrière et le dessus du boitier.

RGB, avec ou sans lumière?

L’éclairage se gère de deux moyens différents. De nombreux ventilateurs et straps sont compatibles avec les cartes mères, et peuvent être gérés directement depuis le bureau. Cependant, si le logiciel rencontre des problèmes de compatibilité comme actuellement Dragon Center de MSI sur les cartes mères X570, on peut dire adieu à son RGB tant que le problème n’est pas réglé. De plus cette solution multiplie les connexions sur la carte mère, à moins de passer par un répartiteur, et encore, ce qui n’est pas très esthétique et complique le management des câbles.

C’est la raison pour laquelle sont apparus les boîtiers de contrôle RGB. Pouvant gérer généralement huit ventilateurs et quatre straps, ils peuvent être commandés au moyen d’une télécommande et certains comme Corsair également depuis leur logiciel de contrôle. Un répartiteur pour les ventilateurs de 1 vers 4 suffira à les alimenter et gérer leur vitesse de rotation, tandis que les câbles de contrôle vont directement vers le boitier RGB, permettant ainsi un câble management bien plus facile.

Ventilation, c’est selon

Tout dépend de l’environnement de l’ordinateur et ce qu’il y a à l’intérieur de celui-ci. Un ordinateur dans une pièce climatisée ne va pas avoir obligatoirement besoin de ventilateurs supplémentaires par rapport à une machine qui fonctionnera durant les canicules de l’été sans climatisation. De même, deux cartes graphiques de la même gamme mais de constructeurs différents peuvent avoir une différence de plus de 12 degrés selon leur refroidissement, tandis qu’une 2060 ne dégage pas autant de chaleur qu’une 2080 Ti.

En tout cas, un boîtier en jeu dans les 60 à 70 degrés est quelque chose de normal, et les composants sont en général prévus pour fonctionner autour de 80 degrés voire 95 pour certaines cartes graphiques, et même 100 degrés pour le processeur, exception faite des disques durs à plateaux, plus à l’aise jusqu’à 70 degrés.

On peut cependant mettre en place assez de ventilation pour viser dans les 50 degrés en jeu, exception faite lors des périodes de canicule si l’on n’a pas de climatisation. Il est cependant important de ne jamais descendre en dessous des températures de la pièce pour éviter un phénomène de condensation qui serait alors fatal pour les composants.

Carte graphique, faites votre choix!

Difficile entre Nvidia et AMD de vous recommander l’un ou l’autre tant cela dépend de l’objectif final du joueur et de son budget. J’aurais tout de même tendance à choisir une carte graphique overclockée par un constructeur tiers comme Gigabyte, XFX, MSI, EVGA, ou encore Zotac, et comportant plusieurs ventilateurs. Si vous voulez jouer dans les nombreuses options graphiques, Nvidia fait une superbe job côté logiciel et effets spéciaux. AMD est bien moins bon là-dessus, mais ses drivers fonctionnent enfin et sont aussi stables que ceux de Nvidia.

Un mot peut-être au sujet du SLI et Crossfire. À moins d’être une société qui en a besoin ou un nanti qui veut jouer en 4K 144 FPS, cela n’a aucun intérêt. Les drivers ou les nouveaux jeux rencontrent des problèmes de compatibilité dès la génération suivante de cartes graphiques, et la consommation conséquente de deux cartes graphiques demande une alimentation d’au moins 1000 Watts. Des joueurs font également l’erreur de prendre une carte graphique moyenne ou d’entrée de gamme en prévoyant une seconde pour l’épauler lorsque les prix auront baissé, mais c’est un remède bien pire. Entre les incompatibilités qui vont rapidement en découler et la consommation délirante, sans compter le gain, certes présent, mais pas si énorme passé une génération, c’est se créer des soucis inutiles. Bref, le SLI ou le crossfire, c’est très bien pour un professionnel qui a besoin d’une puissance qu’il ne peut atteindre avec une RTX Titan, mais pour le commun des mortels, c’est une solution coûteuse et qui génère plus de contraintes que de bénéfices.

Tout ce qu'il est important de savoir avant de monter son PC!

Mon conseil final serait plutôt que de monter un PC qui fait la job, de le penser comme une machine qui va devoir durer quelques années en changeant le minimum d’éléments, excepté la carte graphique et le processeur (AMD). Il va revenir un peu plus cher, mais vous ne vous retrouverez pas deux à trois ans après à devoir tout changer. Je connais des joueurs qui ont ben du cash à dépenser et qui changent en moyenne leur PC au complet tous les trois ans, mais à quel prix? Et puis, un PC plus durable permet de laisser passer une génération de CPU ou de cartes graphiques qui ne seraient pas assez intéressants avant un gap important, tout en continuant de fournir la puissance nécessaire pour jouer dans de bonnes conditions.

Commentez cet article