This is the Police 2 : dur, dur d’être un policier

Est-ce que vous vous êtes déjà demandé comment c’est de diriger un commissariat de police ? Est-ce que vos collègues vont vous respecter où n’en faire qu’à leur tête? Allez-vous être capable de faire une bonne gestion de temps et de votre main-d’oeuvre disponible pour répondre aux appels d’urgence reçus ? C’est ce que This is the Police 2 nous propose avec son style qui mélange gestion et tactique pour offrir la paix aux habitants de la ville.

Normalement, les jeux tactiques ne sont pas vraiment ceux que je préfère jouer, mais je dois avouer que j’ai bien aimé essayer de gérer le commissariat rempli de policiers têtus, qui ont de fortes personnalités et qui sont assez difficile à plaire et à mettre en confiance. Mais commençons par le commencement.

Dans le jeu, il y a 2 types principaux de jouabilité : la gestion et la tactique. Pour la gestion, il faut gérer les policiers et les envoyer sur les différents appels que l’on reçoit. Dans cette section, il faut aussi gérer l’horaire de nos policiers, choisir qui sera de service le lendemain. On peut choisir de mettre tous les policiers en service, mais considérant que pour le surlendemain il n’y aura plus personne de disponible, il est préférable de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier. En plus de choisir qui travaillera le lendemain, on choisit également l’équipement qu’ils auront. S’ajoutant aux appels d’urgence, il y a des enquêtes qui nécessitent la présence d’un agent pour toute la journée. On peut ajouter à cela des petits services à rendre à certains citoyens, moyennant des frais qui iront dans vos poches, bien évidemment.

Pour le côté tactique, c’est là où l’on doit mener les missions d’infiltration à bien, il peut s’agir d’une prise d’otage, d’une alerte à la bombe ou même d’un vol à main armée. C’est à nous de bien choisir la stratégie pour appréhender les suspects, désamorcer la situation et tout remettre en ordre, et ce, tout en évitant que des civils ou agents ne soient tués. Mais attention, si l’un des policiers ne vous respecte pas et refuse votre autorité, il va n’en faire qu’à sa tête et probablement faire échouer la mission. Il faut donc bien choisir qui va participer à la mission pour en sortir vainqueur.

Dans le jeu, la personnalité des policiers est très importante, celle-ci influence grandement comment vos agents de la paix réagissent face à vos ordres et à une situation donnée, ce qui complique énormément la tâche de bien gérer tout ce monde : un qui refusera catégoriquement de travailler avec des femmes; une autre va refuser de travailler avec ses collègues qui ont moins d’expérience qu’elle et qui, pourtant, refuse de partir solo. D’autres ont des problèmes d’alcoolisme, ce qui peut engendrer un accident de voiture, blessant ou même tuant le policier qui est trop ivre pour travailler. Plusieurs des policiers vont sortir des excuses bidon pour ne pas rentrer travailler, d’autres vont tout simplement ne pas rentrer sans même avertir leur supérieur immédiat, vous. En plus de tout cela, il faut gagner le respect des agents qui sont sous vos ordres. S’ils vous respectent, ils sont assidus au travail et acceptent même de faire ces missions spéciales qui frôlent la légalité et qui vous rapportent de l’argent. Mais si les agents ne vous respectent pas, il font n’importe quoi, entre au boulot quand ça leur chante et font échouer certaines missions.

En plus du caractère assez fort des membres des forces de l’ordre, il y a des points de compétences que chaque policier gagne à chaque fois qu’il mène une mission à bien. On peut dépenser ces points pour améliorer une caractéristique de l’agent, ce qui aide pour la réussite des prochaines missions. Exemple : On peut ajouter un point d’intelligence à un agent, ce qui le rend plus efficace durant les enquêtes.

Pour ce type de jeux, où la gestion est roi, l’histoire m’importe peu. C’est la partie jouable qui m’intéresse. Les très longues cinématiques sans rythme qui nous montrent que la nouvelle shérif Lilly n’a aucune autorité et ne se fait aucunement respecter de ses pairs ou encore que Nash est un vieux policier déchu, victime d’un complot, qui est recherché par les fédéraux et qui, en plus, doit payer la somme de 20 000$ par semaine à un homme assez louche, ne m’intéresse tout simplement pas. Oui, d’habitude je suis la première à prôner l’histoire dans les jeux, mais dans le cas présent elle est trop longue, plate et sans importance. De plus, les cinématiques, qui sont dans un style bande dessinée animée, sont beaucoup trop longues pour rien et ennuyeuses. Et que dire du jeu des acteurs que je trouve tout simplement mauvais… Heureusement, il y a moyen de sauter les trop nombreuses et souvent inutiles cinématiques pour se concentrer sur le jeu.

Un autre point négatif qui, selon moi, n’est pas pardonnable c’est qu’il y a plusieurs fautes de frappe dans le jeu. Exemple : Dans une phrase il y est écrit “des bons types de bon” plutôt que : “des bons types de bois”. Une fois ça passe, mais lorsque tu tombes sur ce genre d’erreurs au moins à tous les deux textes, c’est trop.

En résumé, This is the Police 2 est un excellent jeu de gestion et de tactique où la forte personnalité des policiers sous vos ordres apporte un bon défi à la jouabilité. Et pour éviter de mourir d’ennui avec les longues cinématiques, il n’y a qu’à les sauter.

Verdict
Très bon
Commentez cet article