Google Stadia : les utilisateurs sont mécontents

Streaming de jeux : pourquoi ça ne marche pas fort

Alors qu’il voulait remplacer les consoles, force est de constater que l’engouement pour les jeux en streaming n’est pas là. Après des mois d’errements, Stadia commence à accueillir plus de titres et de fonctionnalités, Xcloud a été inclus dans le Game Pass et Nvidia propose une excellente version gratuite de Geforce Now.

Cependant, impossible de savoir combien de joueurs utilisent le service de streaming de Google. L’annonce de Luna, la version made in Amazon n’a pas non plus soulevé l’enthousiasme. Les yeux restent rivés vers les nouvelles consoles, tandis que les PCistes attendent de pied ferme une meilleure disponibilité des RTX 3080 et les annonces de Radeon 6000. Pourtant, ces services offrent bien la simplicité d’utilisation promise, mais les défauts sont à voir ailleurs.

0,3 seconde, c’est bien trop long!

Voilà l’un des rares points de discorde entre Mario et moi, le temps de réponse de 0,3 seconde. Pour Mario, cela reste jouable dans beaucoup de jeux, excepté les titres très rapides comme Doom Eternal. Pour moi, c’est jouable dans quelques jeux comme Crayta ou pour farmer, et injouable dans la plupart des autres titres. Il n’empêche que ce décalage peut être bien vécu lorsque l’on parle de quelque chose de complémentaire, mais pour un service principal, c’est une autre histoire. 0,3 seconde, c’est assez de temps pour voir sa protection se faire détruire et amorcer une réaction. Difficile, voire impossible, dans cette condition de réussir les activités de haut niveau où un temps de réaction autour 0,1 à 0,2 seconde est parfois vital.

Le streaming a certes apporté la simplicité, mais ce lag des commandes est un véritable problème dès lors que de l’action un minimum soutenue se présente. C’est le point le plus problématique du streaming et qui limite la diffusion d’un Stadia. Difficile de voir les joueurs consoles et PC se ruer vers des jeux rendus injouables dès lors que survient la moindre difficulté.

Streaming de jeux : pourquoi ça ne marche pas fort

Tous les services ne sont pas égaux

En ayant intégré Xcloud dans le Game Pass Ultimate, Microsoft est celui qui s’en tire le mieux. On peut farmer ses jeux ou se faire une petite partie en streaming sur son cellulaire Android sur l’heure du repas, et reprendre son jeu sur sa console le soir en rentrant. À l’inverse de Stadia qui est un service principal, le Xcloud est complémentaire.

Geforce Now est lui aussi très intéressant dans sa version gratuite certes limitée à une heure, mais dont les reconnexions sont illimitées. Là encore, pour aller farmer un peu, jouer à des petits jeux, ou gérer son inventaire depuis une autre machine, c’est parfait.

Streaming de jeux : pourquoi ça ne marche pas fort

Les services d’Amazon et Facebook sont encore trop récents. Par contre, Stadia se dirige vers ses un an, et difficile d’y voir le succès. Google ne donne aucun chiffre, mais les téléchargements de l’application ont bondi de 500 000 à 1 million lorsque Google a offert deux mois d’abonnement à Stadia Pro. Cela reste tout de même très peu. Lorsque l’on additionne les 100 millions de joueurs sur PS4, 100 autres millions sur PC et c’est sans parler de Nintendo et de la Xbox, Google ne pèse pas grand-chose.

L’abonnement demandé pour jouer en 4K, et acheter ses autres jeux à l’unité même s’il inclut des jeux offerts à vie n’est peut-être pas la bonne formule également. Le Game Pass répond mieux de ce côté aux désirs et habitudes des joueurs. Google a adapté au streaming le modèle économique exclusif de Sony ou Nintendo, mais il ne peut compter sur des dizaines de millions de joueurs ou son simple nom pour se le permettre.

Les GAFA sont détestés par les médias

En ayant détourné une large part des revenus publicitaires de médias, Google et Facebook sont détestés en particulier. Difficile alors de faire parler de son produit, ou ne serait-ce inciter la presse à y jouer. Google a beau envoyer tous les codes de review et assurer une superbe job de communication au niveau même local, Stadia n’est pas aimé par les médias parce que c’est tout simplement Google.

L’image de Facebook n’est pas meilleure. D’ailleurs, avez vu de longs tests de son service de streaming ? Il y aurait bien des lectures, mais ça ne fera jamais autant cliquer qu’une news concernant la PS5. Et puis, on le voit bien dans les commentaires également. Un Stadia va déclencher plus de sarcasmes que de commentaires positifs.

Cette détestation de Google et de Facebook va cependant amener à ce que chaque problème soit crié sur les toits, et à être repris en cœur même dans les médias généralistes. Et comme les  nouvelles qui annoncent des problèmes font également cliquer, cela contribue à saper l’image d’un Stadia.

cloud gaming

La question est de savoir si Google et Amazon peuvent perdre de l’argent pendant 10 ans

Le streaming voué à remplacer les consoles apporte la simplicité d’utilisation, mais le décalage des commandes reste le plus gros écueil à surmonter pour s’imposer. Si Microsoft en l’incluant gratuitement dans ses services a les moyens de le soutenir et de le rendre complémentaire, il en est autrement de Stadia, ou Luna qui sont des services principaux.

Faites le sondage autour de vous, quel joueur PC ou console ayant souscrit à Amazon Prime compte passer à Luna? Pratiquement personne. Attirer les néophytes ? Observez une personne qui n’a jamais joué essayer de s’en tirer à la manette, alors avec en plus un décalage de 0,3 seconde…

Il va falloir plusieurs années avant que le lag des commandes soit en partie réglé. L’autre solution serait de commencer par multiplier les centres de stockages proches des villes pour réduire le ping, mais ce serait hors de prix même pour Google. Alors que Microsoft pensait réaliser sa dernière Xbox avec la Series X, Phil Spencer a révisé son jugement, elle est loin d’être la dernière. Microsoft qui est aussi dans le streaming sait bien pourquoi. Parce que ce décalage des commandes est tout simplement injouable dès lors que l’on parle jeux d’action ou confort de jeu.

On peut essayer de faire avec et être très tolérant comme Mario, mais vient tout de même un point même pour sa tolérance, où cela devient injouable comparé aux consoles et PC.

Streaming de jeux : pourquoi ça ne marche pas fort

Jouer à Stadia ou Luna comme service principal, c’est se couper d’une partie des (quelques)  jeux disponibles qui n’offriront pas de sitôt le confort d’une console. D’un autre côté, Google va également devoir renouveler le parc de serveurs afin de s’adapter aux nouvelles générations de jeux, et encore par la suite pour le 8K ou le streaming de textures. Et cela va déjà lui coûter des millions.

Pendant ce temps, la PS5 et les Xbox/PC vont forger des communautés solides qui iront difficilement vers un autre support. La question n’est donc pas de savoir si Stadia ou Luna vont connaitre le succès dans les années à venir  (il est clair que non), mais de savoir si Google et Amazon sont prêts à perdre énormément d’argent durant au moins les dix prochaines années tout en étant très loin d’avoir l’assurance de s’imposer sur le marché du streaming de jeux pour autant.

Commentez cet article