Sonic Team Racing : quand le hérisson tente la course en coopération

Il est difficile de penser que SEGA allait un jour marcher sur les plates-bandes de Mario Kart. Pourtant en 2011, ils ont surpris tout le monde avec Sonic & SEGA All-Star Racing. Puis l’année suivante avec le très chouette Sonic & All-Stars Racing Transformed. Pourtant, il faut attendre plus de sept ans avant que SUMO Digital se relance dans le développement d’un troisième épisode. Avec Team Sonic Racing, on abandonne les célèbres licences de SEGA, pour se focaliser sur la bande à Sonic.

C’est tout en bleu

Il ne faut pas se le cacher, ce qui a partiellement contribué au succès des deux premiers volets, c’est aussi et surtout qu’on avait un mélange improbable de plusieurs licences de SEGA. Cela donne à ces jeux une ambiance particulière même si on n’est pas spécialement un grand fan de la firme du hérisson bleu. Alors quand on nous annonce que Team Sonic Racing s’émancipe et se concentre avant tout sur Sonic et son équipe, il y a de quoi grincer un peu des dents. Une critique qui a vite été entendue dans les hautes sphères de SEGA, qui se sont empressées de vouloir nous vendre Team Sonic Racing comme une nouvelle licence, qui n’aurait rien à voir avec les deux épisodes “All-Stars”.

Pourtant on verra par la suite que même si l’ajout de nouvelles idées vient un peu chambouler les choses, la structure de Team Sonic Racing reste exactement la même. Ce qui n’est pas mal, car les sensations de conduite sont tout simplement excellentes. La prise de vitesse par les acrobaties et surtout le drift sont toujours aussi grisants. Il faut être de mauvaise foi pour critiquer cet aspect du jeu. Ce qui risque d’un peu moins plaire c’est qu’on est dans un système d’équipe. On est directement assigné avec deux autres pilotes et c’est le cumul des points de chaque membres qui détermine la place de l’équipe dans le classement final.

Il faut savoir se tendre la main

L’entraide est donc le mot maître et ce n’est pas quelque chose qu’il faut prendre à la légère. Vous aurez beau foncer tête baissée et passer la ligne d’arrivée à la première place, si vous n’avez pas assisté vos coéquipiers il y a de forte chance que le trophée vous échappe. Dans ce sens plusieurs outils sont mis à disposition des joueurs pour qu’ils puissent se venir en aide. Par exemple, si un joueur se fait cogner par un adversaire et qu’il est ralenti, il peut être propulsé par un coéquipier qui passe à côté de lui. Un petit boost qui peut vite changer la situation, mais qui permet surtout de se relancer dans la course sans perdre trop de temps. Dans ce sens, le membre de l’équipe qui est devant les autres laisse une traînée derrière lui, que les autres peuvent utiliser pour gagner un petit turbo.

Des idées simples mais efficaces pour renforcer l’esprit d’équipe, surtout dans le cas du multijoueur en local. Mais ce qui impact encore plus cet aspect, c’est qu’il est possible de partager les objets avec ses compagnons. Si on ramasse une arme ou un boost sur la piste, il suffit alors d’appuyer sur un bouton pour le proposer à ses équipiers ou au contraire, prendre un des leurs. Ce simple transfert amène une notion stratégique au jeu car on doit prendre en considération le bien-être de l’ensemble de l’équipe. Cette collaboration est encore plus mise en valeur  par l’intégration d’une barre d’énergie qui, une fois remplie, octroie un Super Turbo à toute l’équipe en même temps. Celle-ci augmente selon les actions de chaque pilote, avec leurs acrobaties, leurs sauts, les dégâts infligés aux concurrents et ainsi de suite.

Du bon contenu pour toi et les autres

Les deux autres épisodes proposaient une campagne principale qui se résumait à une succession d’épreuves avec une difficulté montante. Dans Sonic Team Racing on va plutôt parler d’un mode histoire. Le scénario est alors mis en scène par des illustrations fixes et des dialogues doublés en francais. Malheureusement, on aura vite fait de les désactiver pour se concentrer sur les courses. De ce côté pas de grandes surprises. Du classique où il faut prendre la première place, des pistes d’anneaux, des championnats, des courses éliminatoires.  Il n’est pas surprenant de voir qu’on utilise les épreuves déjà proposées par les jeux précédents, mais leurs diversités fait que cela fonctionne toujours aussi bien.

Le hic des circuits

Tout aurait presque pu être parfait dans Sonic Team Racing, notamment car la richesse du contenu est fort appréciable. On aurait peut-être aimé que le panel de pilotes soit un peu plus vaste, mais dans la considération qu’on se cantonne à la licence Sonic, c’est un peu moins préjudiciable. Surtout qu’il est en contrepartie possible à loisir de personnaliser les statistiques des véhicules en modifiant leurs pièces, ou en ajoutant des objets cosmétiques. Mais ce qui entache cette perfection c’est l’éventail de circuits dont est constitué le jeu. Sur une vingtaine de pistes, presque la moitié a été tirée de Sonic & SEGA All-Stars Racing. Cela ne serait pas trop un souci, si seulement leur qualité globale était à la hauteur. Les fans de Sonic s’y retrouveront, avec des thèmes repris dans les classiques du hérisson et des environnements inspirés des jeux 16 bits.

Mais ce qui coince c’est que le tracé des circuits est souvent sans saveur. Quelques-uns sortent du lot avec beaucoup de mouvements, de courbes et des tremplins qui demandent aux joueurs de se concentrer sur son pilotage. Mais pour d’autres en revanche, c’est seulement des lignes droites et des répétitions d’éléments. Cela donne vite le sentiment de ne pas profiter pleinement de ce que pourrait offrir Sonic Team Racing. Fort heureusement il se rattrape allègrement sur d’autres points. Dans ce sens, le jeu en ligne et en local est très important et même plus que conseillé. En local pour profiter de l’écran partagé et s’amuser entre amis. En ligne pour se mesurer à autre chose que l’IA parfois un peu bancale. Trois joueurs en local peuvent profiter des parties en ligne, ce qui augmente encore plus l’intérêt des mécaniques de jeu en équipe.

Quand même très sympathique

Sonic Team Racing souffre immanquablement de la comparaison avec Sonic & SEGA All-Stars Racing et Sonic & All-Stars Racing Transformed. Mais je dois dire qu’en faisant abstraction de cela, il est facile de se laisser prendre à ce nouveau concept. Les débuts ont été un peu difficiles, car j’avais vite tendance à seulement penser à ma position dans la course. Par contre, une fois qu’on assimile la notion de travail d’équipe, la jouabilité prend une toute autre dimension. On n’a pas la folie des deux premiers volets, mais il y a quand même moyen de passer un très bon moment. Surtout si vous avez la possibilité de jouer en famille ou avec des amis. Car l’avantage de cette mécanique de jeu en équipe, c’est que même des néophytes peuvent progresser en étant épaulés par des pilotes plus expérimentés. Ce n’est pas parfait, on regrette l’absence des autres licences de SEGA, mais Sonic Team Racing arrive quand même à se démarquer et ce serait vraiment dommage se priver de ses bonnes idées.

Verdict
Très bon
Commentez cet article