SNK vs. Capcom : Match of the Millennium – un chouette retour sur Nintendo Switch

Le microcosme des jeux de combat n’est pas bien grand et il y existe quelques licences populaires qui s’y côtoient depuis maintenant plusieurs décennies. Alors qu’elles sont habituellement rivales, c’est d’autant plus étonnant quand deux éditeurs décident de réunir leurs licences dans un seul jeu. Une pratique courante de nos jours, mais lorsque sort SNK vs. Capcom : Match of the Millennium en 1999 sur Neo Geo Pocket Color, c’était un peu moins le cas.

Copie du jeu et images gracieuseté de SNK

Un choix vraiment varié

Ce qui frappe tout de suite c’est bien entendu l’esthétique minimaliste du jeu. Car même si la console portable de SNK arbore des couleurs, contrairement à la première version de la Neo Geo Pocket, cela reste avec un éventail restreint de nuances. Pourtant la réalisation graphique est vraiment jolie, avec un travail sur l’utilisation des pixels qui n’a en soi pas pris de trop grosses rides avec le temps. Il faut dire que les personnages et leurs animations profitent d’un rendu déformé et qui rend certains d’entre eux assez mignon, voire rigolo. Une ristourne graphique qu’on a déjà pu observer à l’époque dans d’autres jeux Capcom et qui pour le coup fonctionne à merveille sur un petit écran. On reconnaît aisément chaque personnage et ce n’est donc pas étonnant que SNK vs. Capcom : Match of the Millennium sort à nouveau sur une console portable, comme peut l’être la Nintendo Switch.

À LIRE AUSSI : Samurai Shodown version Switch : les duels dans la poche

SNK vs. Capcom : Match of the Millennium - un chouette retour sur Nintendo Switch

C’est donc typiquement un mélange “fan service” des licences de Capcom et SNK, mais dans le bon sens du terme. Cela peut sembler étonnant de voir un titre qui réunit Street Fighter, King of Fighters, Samurai Showdown, Fatal Fury et Darkstalkers en un seul jeu, mais les changements graphiques finissent par gommer complètement ce décalage, en plus de l’humour qui se reflète dans des échanges durant les dialogues parfois succulents. Cela permet aussi d’incorporer un casting de 18 personnages de bases, ainsi que huit autres à débloquer, tous étant plus ou moins les favoris de leur série respective. Tout ce beau monde possède leur rival et les développeurs se sont vraiment amusés à faire en sorte qu’ils s’affrontent les uns les autres. Le fond du jeu et sa maniabilité en particulier respire quand même beaucoup l’influence de Capcom. On a beau être originellement sur une machine de SNK, le sentiment d’être dans un jeu inspiré de Street Fighter reste fortement présent.

Il faut faire parler les poings

SNK vs. Capcom : Match of the Millennium n’est pas ce qu’on pourrait appeler un jeu technique; de toute manière ce n’est pas ce qu’on attend de lui. La Neo Geo Pocket Color ne disposant que de deux boutons, il fut nécessaire d’adapter la jouabilité à ces contrôles restreints, alors qu’habituellement on tourne plutôt sur une configuration de trois boutons, notamment sur les jeux de Capcom. En plus de cela, il faut uniformiser les licences, sans pour autant les dénaturer. Et c’est plutôt réussi, car le choix a été fait d’utiliser la pression des boutons pour définir les coups légers et puissants.

Ainsi, il suffit de tapoter une touche pour asséner un coup faible, tandis qu’une pression prolongée va déclencher une offensive plus forte. Il a ainsi été possible de conserver le répertoire de techniques de chaque personnage. Il est alors possible d’enchaîner des combos dévastateurs, même si pour le coup il faut vraiment un temps d’adaptation avec les contrôles de la Nintendo Switch. Notamment quand il est question d’effectuer des diagonales, alors que rien ne permet de savoir si notre stick est dans le bon angle. On finit par prendre l’habitude, mais cela demande quand même un peu de temps d’adaptation.

SNK vs. Capcom : Match of the Millennium - un chouette retour sur Nintendo Switch

Un contenu à ne plus savoir quoi en faire

On peut dire que le jeu brille vraiment par son contenu, car il y a bien entendu le mode tournoi où chaque adversaire doit affronter une série de combat pour ensuite affronter son rival. Ce mode se décline en plusieurs possibilités, que ce soit en 1 contre 1 ou en “Team Battle” de 3 contre 3 ou alors, en Tag Team en temps réel. À cela s’ajoute le monde “Olympic”, durant lequel il faut traverser sept épreuves, comme le fait de ne pas se faire toucher par l’adversaire sous peine d’être KO au premier coup, battre le plus d’ennemis possible ou des combats chronométrés. 

SNK vs. Capcom : Match of the Millennium - un chouette retour sur Nintendo Switch

C’est vraiment varié et une belle alternative au mode tournoi. Il y a aussi quatre mini-jeux, deux pour chaque éditeur. Du côté de Ghost’n Goblins il faut attraper des trésors le plus rapidement possible, tandis que Dance Dance Revolution vous demande de bouger en rythme. Pour Samurai Shodown, il faut taper sur des mannequins d’entraînement et dans le mini-jeux de Metal Slug, il sera nécessaire de se débarrasser des extraterrestres. Ce n’est rien d’exceptionnel, mais cela agrémente le contenu de SNK vs. Capcom : Match of the Millennium qui est déjà bien plus que sympathique.

SNK vs. Capcom : Match of the Millennium - un chouette retour sur Nintendo Switch

Même si on est pas forcément un amateur de jeu de combat, ce n’est pas très grave. Car SNK vs. Capcom : Match of the Millennium n’est pas le genre de titre qui veut jouer dans la cour de la compétition. Il s’adresse vraiment aux joueurs qui ont envie de juste passer un bon moment sur un jeu qui peut se jouer durant de courtes parties. De l’action rapide et surtout amusante, sans prise de tête. Et avec grand étonnement on se lance dedans sans grandes attentes et on finit par complètement accrocher, avec l’envie de débloquer chaque personnage secret. Le bémol vient peut-être que les combats et mouvements des personnages sont loin d’être bien expliqués et on avance parfois à tâtons pour les trouver. En dehors de ça, c’est vraiment un jeu plaisant et qui profite grandement de son nouveau support.

Verdict
8/10 Très bon
Commentez cet article