Road to the Cup Hockey ’94 : un jeu de hockey totalement oublié

Quand un jeu inconnu refait surface, c’est toujours avec un certain plaisir non dissimulé qu’on lui tend les bras. Mais quand il s’agit d’un jeu de hockey et bien là, c’est encore mieux, en particulier quand on sait qu’il aurait pu sortir durant la même période que NHL ’94 et être un concurrent de taille.

Un peu perdu au milieu de tous

Le jeu vidéo et le hockey ont toujours fait bon ménage, en tout cas depuis les années 80 si on se cantonne aux consoles de salon. Les jeux ayant fait crier de joie les joueurs sont nombreux et fort à parier que des titres comme Blades of Steel ou Ice Hockey vous sont familiers.

Par contre, si on énumère le nom de Road to the Cup Hockey ’94, il y a de fortes probabilités que ce soit un jeu qui ne vous dise absolument rien. Et le raison c’est qu’il n’a jamais été édité, alors que pourtant on sait qu’il était en développement puisqu’il a été présenté en démonstration durant le CES de Chicago en juin 1993. Mais c’est la seule et unique apparition publique qu’on connait du jeu et il en existe très peu de trace.

Les seuls indices qu’on a pu avoir c’est une mention dans un vieux CV de Tom Schenck, qui se trouve avoir travaillé en tant que programmeur dans les années 1993 pour une société du nom de Park Place Production. Selon ses dires, il s’est occupé du développement des routines de l’intelligence artificielle, ainsi que du moteur graphique pour la version Super Nintendo de Road to the Cup Hockey ’94. Son message date de mai 1994 et cela aurait pu en rester là, s’il n’y avait pas eu la curiosité de Sal Barry, l’auteur de Puckjunk.com, un site consacré à sa passion du Hockey.

Les traces sont vraiment rares

Même après d’amples recherches dans les vieux magazines ou archives de l’époque, je n’ai pu trouver aucune preuve écrite de l’existence de Road to the Cup Hockey ’94. On retrouve bien quelques articles autour du CES de 1993, mais on y parle souvent que des grosses productions du moment. Les journalistes portaient malheureusement peu d’intérêt aux jeux des petits éditeurs, ce qui fait qu’à ce jour aucune image de Road to the Cup Hockey ’94 n’est arrivée jusqu’à nous.

Heureusement, Sal Barry a pu retrouver et entrer en contact avec Tom Schenck, puis Noah Stein qui a également travaillé en tant que programmeur sur la version Genesis du jeu. Selon Schenck, leur priorité à ce moment-là était surtout de produire une version jouable de leur prototype. Il avait de grandes idées pour le jeu, mais il fallait avoir quelque chose à présenter pour le CES de Chicago.

Noah Stein :

Nous avons essayé d’avoir quelque chose de jouable pour le CES. J’y ai mis beaucoup d’effort, peut-être trois mois de travail au total, alors que le CES arrivait à grands pas. J’ai pu faire fonctionner certaines mécaniques, on pouvait patiner et faire des passes avant et arrière. Il y avait aussi un slap shot. La rondelle pouvait aller dans le but, mais il ne détectait pas le score. Une poignée de joueurs couraient sur le terrain, mais c’était encore très rudimentaire.

En extrapolant un peu, il est donc facile de deviner pourquoi Road to the Cup Hockey ’94 n’a pas marqué les esprits en juin 1993. En livrant un prototype à peine jouable, il était difficile de porter l’attention sur soi alors qu’en face on avait des jeux comme le Mortal Kombat d’Acclaim ou Sim City 2000 de Maxis.

Pourtant, si on en croit les deux développeurs, le jeu ne manquait pas d’ambition. Le producteur de Road to the Cup Hockey ’94 était très enthousiaste et a créé un document de plus de 900 pages, dictant comment le jeu doit réagir dans chaque situation possible. L’équipe du joueur devait interpréter les actions de ce dernier, et se coordonner en conséquence.

Noah Stein précise qu’il a grandement travaillé sur l’arborescence de décisions que devaient prendre les équipiers en fonction de l’emplacement du joueur sur le terrain, s’il est en possession ou non de la rondelle, et s’il est en position de défense ou en attaque. Un gros travail de programmation qui n’a malheureusement jamais abouti dans la démo présentée lors du CES de 1993,

Dans la jungle des éditeurs de jeu vidéo

Park Place Productions s’est fait un nom dans le début des années 90, en développant un grand nombre de jeux de sports. Notamment EA Hockey pour Electronic Arts en 1991, puis NHLPA Hockey ’93. Ce qui attire l’intérêt de l’éditeur pour Jimmy Simmons, qui était développeur sur une grande partie des jeux sportifs de Park Place. EA en profite pour l’engager et ainsi commencé à développer eux-même leurs jeux de sports.

C’est durant cette période que Park Place Productions est contacté par Electro Brain, un petit éditeur et développeur de jeux vidéo qui a oeuvré durant les années 1990. Leur envie était probablement de profiter du savoir-faire de Park Place dans les jeux de sports. C’est pourquoi ils leur ont proposé de travailler sur Road to the Cup Hockey ’94.

Si on en croit Noah Stein, si on n’était pas trop regardant sur les détails, Road to the Cup Hockey ’94 était clairement un clone de la série des NHL de EA. En témoigne sa vue de dessus, si caractéristique de ces jeux. Il y a même de fortes chances que des éléments de NHL Hockey et de NHLPA Hockey ’93 auraient pu être réutilisés dans le développement de ce nouveau jeu. Park Place avait en effet garder les droits sur le code source de ces jeux, ce qui leur aurait donné le droit de l’injecter dans Road to the Cup Hockey ’94, sans l’accord de EA.

Une pratique courante à l’époque pour gagner du temps et qui a déjà servi à Park Place dans Joe Montana Football, qui contient des éléments de John Madden Football sur Genesis.

Road to the Cup Hockey ’94 aurait donc potentiellement pu être un sérieux concurrent de NHL ’ 94, notamment avec toutes les mécaniques inédites qui étaient prévues. En plus du fait que Schenck nous précise que leur jeu aurait dû contenir un système de saison avec la progression d’une équipe jusqu’à la Coupe Stanley.

C’est l’argent qui fait les décisions

Road to the Cup Hockey ’94 est donc un jeu prometteur, mais son développement s’arrête brusquement en 1993. À cette époque Park Place Productions signe un accord avec Sony, qui vient tout juste d’acquérir les droits pour la ESPN National Hockey Night. C’est à ce moment qu’il est décidé d’implanter une vue horizontale, car les dirigeants du studio avaient pour ambition de réutiliser les codes de programmation de Road to the Cup Hockey ’94 dans ESPN National Hockey Night.

Si on en croit les souvenirs de Tom Shenck, malheureusement les délais pour le développement de Road to the Cup Hockey ’94 n’ont pas pu être tenus par Park Place :

Park Place a sous-estimé les délais de soumissions établis dans les contrats. Le résultat c’est que les employés comme moi ont dû travailler 80 heures par semaine pour réussir à tenir les engagements. J’avais un sac de couchage en dessous de mon bureau. C’était un équipement standard pour les programmeurs dans ce temps-là. Park Place avant même officiellement des lits superposés pour ses employés.

C’est ainsi que Road to the Cup Hockey ’94 dépasse le budget alloué par Electro-Brain. Le studio ne voulait plus payer et le développement n’avançait plus, il a donc été décidé de couper les frais.

Cela n’a pas arrangé les affaires de Park Place qui était déjà très endetté et qui ne pouvait plus payer ses employés. C’est ce qui a motivé un grand nombre d’entre eux, 30 au total, à aller travailler chez Sony qui venait d’ouvrir Sony Imagesoft, son nouveau studio de développement de jeux vidéo. Park Place intenta même un procès contre Sony par la suite, qui accuse la société d’avoir démarché ses employés, qui auraient amené avec eux des codes sources et matériel leur appartenant.

Ce qui corrobore avec les informations données par Schenck, qui nous certifie que selon ses sources, du code provenant de Road to the Cup Hockey ’94 aurait été utilisé dans ESPN National Hockey Night. Un jeu édité par Sony en 1994 et développé par Sony Imagesoft.

Il est aujourd’hui impossible à dire s’il existe encore des traces de Road to the Cup Hockey ’94. Si un prototype dort quelque part dans un carton dans le grenier d’un ancien développeur ou s’il a totalement disparu de la circulation. Cela se rajoute simplement à la longue liste de jeux qui n’ont jamais atteint l’étape de distribution dans les commerces, mais au moins on connaît leur existence, ce qui est parfois déjà un petit miracle en soi.

Commentez cet article