brandon beck de Riot Games

Riot Games devra payer 100 millions dans la poursuite pour discrimination

Suite à un reportage de Kotaku en 2018 qui détaillait des problèmes de culture sexiste chez Riot Games, développeur de League of Legends, une poursuite avait été déposée par deux ex-employées contre la compagnie pour salaires non-payés et autres dommages. Riot Games devra finalement payer 100 millions de dollars, dont 80 millions à des femmes employées et ex-employées.

Image à la une : Riot Games

À LIRE AUSSI :

Riot Games répond aux allégations de sexisme et harcèlement sexuel

Riot ne changera pas l’entente d’arbitrage

Riot Games pourrait avoir à verser 400 millions de dollars pour discrimination

L’entente initiale était de 10 millions, mais les agences californiennes Department of Fair Housing and Employment et la Division of Labor Standards Enforcement s’y sont opposées, poussant pour une entente de 400 millions. La cour a finalement tranché sur 100 millions, dont 80 millions qui iront à 2365 employées et ex-employées qui sont éligibles. On parle de salaires non-payés, différences de salaires basées sur une discrimination de genre, harcèlement sexuel, et autres problèmes causés par une profonde culture sexiste dans la compagnie. L’autre 20 millions couvrira les frais d’avocat et autres dépenses.

Dans la foulée de l’entente, Riot Games promet de changements systémiques dans la compagnie pour enrayer ces problèmes et créer un environnement de travail inclusif pour tous.

Le cas de Riot Games n’est pas sans rappeler une situation similaire chez Activision-Blizzard et Ubisoft, entre autres. C’est un problème systémique dans le milieu du jeu vidéo et espérons que cette entente servira d’exemple pour inspirer du changement.

À LIRE AUSSI : Les patrons de PlayStation, Xbox et Nintendo réagissent à la situation chez Activision-Blizzard

Commentez cet article