Rétrospective des jeux vidéo bibliques !

Qu’ils soient fictifs ou réels, les cultes religieux ont depuis longtemps leur place dans le jeu vidéo. Souvent c’est pour renforcer l’immersion dans le jeu en élaborant des religions qui n’existent pas, afin de donner un fond à l’univers qui est alors créé de toute pièce. Dans d’autres circonstances, en revanche, on prend simplement un événement religieux tiré de la bible pour en faire un jeu vidéo.

Au début il y avait le commencement

Les premières traces d’un jeu vidéo avec pour base la religion se situent dans les années 80 sur Radio Shack TRS-80 Color Computer. Un ordinateur domestique qui permettait entre autres de jouer à des jeux stockés sur des cartouches. On y trouve notamment beaucoup de clones de jeux de l’époque, comme un certain Monkey Kong, un dérivé de Space Invaders sous le nom de Invaders!, ou encore un Pac-Man se nommant Scarfman.

La majorité des jeux bibliques de cette époque ont été développés par BibleBytes Software. Une division de Command Plus fondée par John et Philip Conrod en 1982 et qui avait pour objectif de promouvoir et distribuer des jeux chrétiens à des chrétiens. Ce qu’ils ont fait jusqu’à la fermeture de la société en 1986, car leur éditeur Accent Plus ne voulait plus produire leurs jeux.

Et contre toute attente, ils ont été très productifs sur TRS-80, car ce sont pas loin de 12 logiciels qui sont sortis en 1982. Des noms comme Bible Scramble Games, Moses’ Rod, The Exodus Game ou encore The Church Growth Game, sont assez évocateurs pour comprendre de quoi on parle. Étant des jeux textuels, il n’y a pas beaucoup de traces d’eux sur la toile, mais ils ont été réunis dans une compilation du nom de Bible Computer Games qui est sorti par la suite sur Texas Instruments ou Commodore 64.

Avec un Joystick et un bouton

Comme souvent, c’est l’Atari 2600 qui accueille ce qui peut être considéré comme le premier jeu vidéo biblique. Un cas encore une fois particulier, puisque The Music Machine était vendu dans des librairies religieuses. Le jeu a été édité par Sparrow en 1983, une société religieuse qui produit principalement des albums de musique. Ironiquement, ces conditions de distribution font qu’il s’agit d’un des jeux les plus rares de la machine.

The Music Machine possède une jouabilité relativement basique, comme souvent avec l’Atari 2600. On contrôle Mr. Pims sur le bas de l’écran tandis qu’il doit attraper les fruits de l’esprit lâchés par la Music Machine. Il faut marquer le plus de points possible pour passer au niveau suivant, tout en essayant de ne pas perdre de vies.

Si on reste dans les jeux extrêmement rares sur Atari 2600, on peut citer Red Sea Crossing. Dans ce titre il est question de jouer Moise tandis qu’il traverse la mer rouge. Il faut avancer en ligne droite pendant qu’on évite des obstacles sous la forme de crustacés et autres poissons. Très peu de détails sont connus sur ce jeu. On sait seulement qu’il a été développé par un certain Steve Schustack en 1983, qu’il a dû être produit à environ 500 exemplaires et distribué dans un magazine religieux. Ces circonstances particulières en font un des jeux Atari 2600 les plus rares à ce jour. Seulement deux exemplaires connus sont actuellement encore en circulation.

Et la NES dans tout ça?

Sans que cela soit vraiment surprenant, la NES aussi a eu le droit à des jeux religieux. Dans le tas, il y en a plusieurs qui sont depuis longtemps rentrés dans les étagères des collectionneurs. Souvent un peu pour la blague, car ce ne sont pas des jeux licenciés par Nintendo, et qui sont loin d’être réputés pour leur grande qualité ludique. Comme c’est le cas de Bible Adventures en 1991 par Wisdom Tree, un genre de compilation de trois jeux : Noah’s Ark, Baby Moses, David and Goliath. La cartouche apparaît régulièrement dans les tops des jeux les plus mauvais de l’histoire.

Un peu comme Exodus : Journey of the Promised Land, encore une fois édité par Wisdom Tree en 1991. On y reprend les principes de Boulder Dash, avec Moise qui doit traverser un labyrinthe en terrassant ses adversaires en leur envoyant la parole de Dieu. Entre chaque niveau le joueur est conduit à répondre à des questions bibliques pour gagner une vie supplémentaire. Le jeu connaîtra plusieurs éditions, notamment sur GameBoy ou sur Genesis.

Fort de sa lancée, encore une fois en 1991 Wisdom Tree produit King of King’s: The Early Years. Encore une compilation de trois semblants de jeux de plateformes bibliques avec : The Wise Men, Flight to Egypt, Jesus and the Temple. Dans le premier on vit le voyage des trois mages pendant leur périple pour aller voir bébé Jésus. Dans le deuxième c’est Joseph, Marie et bébé Jésus en promenade sur le dos d’un âne. Et pour le dernier c’est Jésus qui est abandonné au temple à ses douze ans et on aide Joseph à le retrouver.

Et surement parce qu’ils aiment beaucoup faire des clones de Boulder Dash, en 1992 c’est Joshua & the Battle of Jericho qui sort sur NES. Comme dans Exodus on fait face à des questions à choix multiples, basées sur les évènements de la bible.

Pour remonter un peu la barre, il faut parler de Noah’s Ark en 1992. Un jeu édité par Konami en Europe, mais pas dans tous les pays à cause de son thème biblique. Aussi étonnant que cela puisse paraître on est devant un titre pas trop mauvais. Un rendu cartoon, avec Noé qui essaye d’avancer en tirant des flèches sur tout ce qui bouge, son objectif est de se rendre vers la fin du niveau avant que celui-ci se retrouve submergé sous les eaux. Il faut faire abstraction de la musique horripilante et du manque de cohérence de l’ensemble, mais avec ses gros Boss, ses transformations et ses 21 niveaux, le côté très arcade de Noah’s Ark nous offre de bonnes sensations.

Color Dreams et Wisdom Tree ont décidément été très actifs durant les années de la NES. En 1992, ils récidivent avec Spiritual Warfare, qui aura le droit en 1994 à des conversions sur Genesis et GameBoy. Un semblant de clone de The Legend of Zelda dans lequel un jeune chrétien doit réunir les morceaux de l’armure de Dieu pour sauver son village en prise avec des démons, qu’il peut éliminer en leur envoyant la parole de Dieu.

Et ne voulant pas s’arrêter en si bon chemin, pendant que Wisdom Tree voulait nous faire lire la bible sur GameBoy avec King James Bible en 1994, la même année ils ont eu l’idée saugrenue de faire un FPS sur Super Nintendo avec l’histoire de l’arche de Noé. Super 3D Noah’s Ark est tout bêtement un clone “non-violent” de Wolfenstein 3D, avec qui il partage le même moteur graphique. L’anecdote étant qu’il devait à l’origine s’agir d’un jeu licencié du film Hellraiser.

Vous aurez donc compris que Wisdom Tree est derrière une grande partie des jeux non licenciés qui ont été créés autour des thèmes de la Bible. Aussi surprenant que cela puisse paraître la compagnie est encore active de nos jours et ils ressortent régulièrement leurs jeux sous diverses formes. En 2016, ils ont même créé un Kickstarter pour produire un accessoire “plug and play” en forme d’une manette NES, qu’on peut brancher sur une télévision pour pouvoir profiter de leurs anciennes productions.

Il faut bien une fin à l’histoire

Avec l’arrivé edes années 2000, les jeux bibliques ont disparu des consoles aussi rapidement qu’ils étaient arrivés. On dénombre quand même quelques jeux d’aventure sur PC qui prennent pour fond certains événements relatés dans la bible, mais c’est souvent pour construire leur univers et sans forcément pour en faire un jeu religieux.

Si on voulait creuser un peu plus, le dernier représentant d’un jeu vidéo biblique est The Bible Game sur Playstation 2, Xbox et Game Boy Advance en 2005. Sur console de salon, c’est un party-game dans lequel quatre joueurs s’affrontent durant une émission de télévision. Il faut naturellement y répondre à des questions sur la bible, ainsi que participer à des mini-jeux, par exemple une épreuve de rythme qui nous fait monter une échelle vers le paradis.

Commentez cet article