Rainbow Six Siege : Ubisoft passe à l’attaque pour l’année 6

Comme chaque année, le Six Invitational est l’occasion pour Ubisoft de faire le point sur l’évolution de son jeu-service. Si la situation sanitaire a entraîné le report du championnat du monde une semaine avant son coup d’envoi, cela n’a pas empêché la compagnie de dévoiler ce qui s’en vient pour les amateurs du jeu de tir compétitif. Attention, avalanche de nouveautés et de changements!

Crédits images : Ubisoft Montréal

Flores, le Ratero de la nation

En tête de gondole, le nouvel opérateur Flores nous provient d’Argentine. Son gadget principal, le RCE-Ratero, est un drone explosif. Ayant une durée de vie limitée, il pourra s’agripper aux surfaces avant d’exploser, pouvant démolir n’importe quel gadget en défense, adversaires compris. Il s’inscrira donc dans la volonté de résoudre les problèmes actuels de la fameuse “meta 20 secondes”, et apportera un outil de plus pour faire le ménage dans la jungle de gadgets défensifs actuelle. 

À LIRE AUSSI : Toronto se dote d’un amphithéâtre esports

Toujours dans cet esprit, Ubisoft va proposer une nouvelle option parmi les armes secondaires : le Gonne-6 et son unique munition permettront de se débarrasser d’un gadget, comme une castle barricade ou une Evil Eye. Plusieurs opérateurs vont également subir quelques changements : Goyo perdra définitivement ses boucliers, pour ne garder que ses charges explosives; les Evil Eyes de Maestro deviendront occultées sur un coup au corps-à-corps, à moins de les ouvrir, tout comme les Miroirs Noirs de Mira. 

De leur côté, les caméras blindées vont dorénavant pouvoir changer d’angle, et neutraliser les gadgets ennemis au moyen de fléchettes EMP, vraisemblablement similaires au Shock drone de Twitch. 

Renverser la meta actuelle

Mais le plus grand coup de pied dans la méta se trouve dans la phase de préparation : désormais, les attaquants pourront changer leur choix d’opérateur et d’accessoires tout au long de la séquence. La prise d’information durant cette phase devient donc capitale pour l’attaque, qui pourra s’adapter avant le début de chaque manche. 

Autre changement de taille, les joueurs éliminés pourront toujours contrôler leurs drones, ainsi que leurs capacités. 

Enfin, autre pièce au menu de ces changements centraux, le système d’armure laisse place à des quantités de points de vie variables, à savoir 100 / 120 / 140, plus clair et explicite. 

La plupart de ces changements pointent dans une direction forte : Ubisoft veut rétablir la balance, qui penche bien trop fort du côté de la défense actuellement. Un coup de volant important, qui devrait fortement changer l’expérience des joueurs de tous niveaux. 

Prévu initialement pour l’année 5, le système de replay va enfin voir le jour. Cet outil crucial pour la scène compétitive, et d’une complexité technique extrême, débarquera d’abord via TTS, dès le début de l’année 6. 

Afin d’assurer la stabilité des mises à jour, Ubisoft annonce d’ailleurs vouloir mettre une plus grande emphase sur le TTS (Technical Test Server). Une direction logique, étant considérée la volonté de refonte de mécaniques centrales.

Vers une meilleure qualité de vie pour les joueurs

Bien entendu, la feuille de route pour l’année 6 a été également révélée. La grande nouveauté notable est la disparition de la passe de saison, pour laisser la place au battle pass. Celui-ci débloquera le nouvel opérateur de chaque saison dès son premier niveau, tandis que l’exclusivité est portée à deux semaines au lieu d’une. 

Pas de nouvelle carte à se mettre sous la dent, mais Ubisoft continuera le travail de refonte des terrains de jeu existants. Si les vétérans peuvent trouver la décision regrettable, on peut comprendre que la vingtaine de cartes que comporte R6 soit déjà une barrière colossale pour les nouveaux joueurs. Car au-delà des nombreux opérateurs et leurs interactions multiples, les cartes et leur aspect évolutif représentent l’aspect central des mécaniques du jeu. Une cellule de développement dédiée aux nouveaux joueurs a d’ailleurs été créée, pour aider les débutants dans leurs premiers pas. À voir s’ils trouveront les solutions pour un des jeux compétitifs les plus difficiles d’accès. 

Beaucoup d’annonces ont d’ailleurs été faites en lien avec la qualité de vie pour les joueurs. Lutte contre les attaques de déni de service (DDoS), “streamer mode”, matchmaking, nouveaux menus, et surtout le fameux système de réputation sont notamment dans les fourneaux. Autant de nœuds de frustration à démêler pour Ubisoft qui sont essentiels pour maintenir sa base de joueurs. 

Rainbow Six Siege : Ubisoft passe à l’attaque pour l’année 6

Ikumi Nakamura, nouvelle Valentine d’Ubisoft

Bien évidemment, le rayon esthétique n’est pas en reste. Les skins élite seront désormais plus souples et pourront être modifiés, tout en conservant leur animation de victoire. Un nouvel élite débarquera pour Kali, mais c’est surtout Zofia qui se verra incarner Jill Valentine à travers un partenariat avec Capcom. Enfin, c’est Ikumi Nakamura qui a reçu un gros coup de projecteur. Deux nouveaux skins pour les agents japonais Hibana et Echo ont été dévoilés, créations de la célèbre designeuse. 

Pour terminer avec les annonces, le meilleur pour la fin : un jeu de plateau sur Rainbow Six: Siege est en développement, en partenariat avec Mythic Games, et prévu pour l’été 2021.

Le volet esports, le raté de l’année

Le penchant esports a durement souffert de la pandémie actuelle. Ce Six Invitational semblait bien présompteux, prévu au mois de février au coeur d’une épidémie mondiale d’un virus respiratoire, et son report douloureux mais logique. Ubisoft se devait donc de faire des annonces importantes pour l’année à venir. Les diverses ligues régionales adopteront de nouveaux formats plus homogène, avec des structures identiques en Europe et Amérique du Nord.

Mais c’est surtout cette dernière qui fait parler. Avorté par la crise sanitaire, Ubisoft semble vouloir s’accrocher à ce format en LAN à tout prix, qui devrait voir son coup d’envoi le 24 mars prochain. Un optimisme plutôt singulier, qui a déjà entraîné des complications et une situation scandaleuse pour Altiora, une équipe de joueurs canadiens et québécois. En effet, leur miraculeuse qualification pour le Six Invitational a eu pour conséquence… de leur coûter leur place dans la future ligue nord-américaine : l’intervalle de temps entre les deux événements étant trop court pour pouvoir transitionner entre les deux, dû aux démarches de visas et de quarantaine sanitaire. Altiora a donc déclaré se séparer des cinq joueurs qui lui ont permis de décrocher sa place dans la future ligue, qui fusionne les deux régions canadiennes et étasuniennes. Toutefois, avec le report du Six Invitational 2021, l’imbroglio engendré s’épaissit. À voir si Altiora maintiendra son alignement canadien, ou si les démarches pour une équipe étasunienne seront poursuivies. 

Mirage va flamber à Vegas

On peut toutefois se consoler côté canadien et québécois avec la confirmation de la présence de l’équipe Mirage, structure bien connue de la scène québécoise sur de multiples jeux. Leur alignement n’a cependant pas encore été révélé. Comme les autres équipes de la ligue, Mirage ira s’installer à Las Vegas dans une gaming house, et bénéficiera du programme de soutien au équipes, et des cosmétiques qui vont avec. Un grand pas pour l’organisation québécoise. 

Pour en apprendre plus sur l’entrée de Mirage dans la ligue nord-américaine, consultez notre entrevue avec Yannick Babin

Vous pouvez retrouver toutes les annonces sur la vidéo du panel Year 6, mais également des détails plus complets quant aux nombreux changements à venir sur les dernières communications d’Ubisoft.

Commentez cet article