Préhistoire du jeu vidéo : la découverte des pionniers de cette industrie

Depuis quelques années on voit régulièrement l’apparition de nouveaux ouvrages sur le jeu vidéo. Par contre, même si l’histoire de ce média intéresse de plus en plus de personnes, ce sont les créateurs et les licences populaires, voire certains éditeurs qui sont souvent au centre de l’attention. Cela se comprend d’un point de vu commercial, mais cela n’empêche pas aux historiens du jeu vidéo de vouloir mettre en avant des aspects méconnus de cette industrie.

Les années défilent et on en apprend de plus en plus sur les coulisses de ce qui posera les piliers de l’ère moderne des consoles de jeu vidéo. Des machines comme la Magnavox Odyssey, considérée comme la première console de salon, sont donc très largement documentées et il est aisé de dénicher des informations sur la toile. Les personnes considérées comme les pères créateurs du jeu vidéo sont connues et on trouve plus ou moins facilement des biographies sur eux. Mais plus on remonte dans le temps et plus il devient difficile de trouver de la documentation sur les débuts de l’histoire du jeu vidéo.

Préhistoire du jeu vidéo : la découverte des pionniers de cette industrie

Y avait-t-il quelque chose avant le jeu vidéo qu’on connaît ? Une question légitime et qui semble avoir traversé l’esprit de Damien Djaouti, enseignant-chercheur en informatique à l’université de Montpellier. Cette suite à ces articles dans le mook (magazine) français Pix’n Love, que l’auteur a approfondi ses recherches dans ce sens, ce qui en résulte par un ouvrage du nom de « Préhistoire du jeu vidéo » aux Éditions LudoScience.

Le nom du livre peut sembler faussement accrocheur, surtout que l’ouvrage dans nos mains fait tout juste 120 pages. Mais il ne faut pas se laisser tromper par les apparences, car il faut prendre en considération qu’il existe très peu d’archives sur cette époque du jeu vidéo. Des phénomènes comme Spacewar! en 1962, qui est considéré comme un des premiers jeux informatiques, est documenté car son influence a été reconnu au travers des décennies. Cela devient tout de suite plus problématique quand ce sont des créations isolées ou même, qui ont juste vue le jour le temps de quelques expositions.

La compilation d’informations pour cet ouvrage a donc été très difficile, notamment quand les créateurs de ces jeux n’ont jamais pris la peine d’archiver leur travaux. Beaucoup de choses ont donc malheureusement été perdu et les créateurs eux même commencent à ne plus être tout jeune, et fatalement à tomber dans l’oubli. Le travail de recherche est donc primordial afin d’en garder une trace et pour que cela reste une documentation accessible au plus grand nombre. Et c’est ce qui rend la Préhistoire du jeu vidéo d’autant plus intéressant.

Préhistoire du jeu vidéo : la découverte des pionniers de cette industrie

La lecture de l’ouvrage peut sembler parfois un peu saccadée, car l’auteur a fait le choix de suivre une chronologie dans le temps, en mettant bout à bout chaque sujet. Ainsi on peut lire un chapitre parlant du premier jeu informatique français, puis en tournant quelques pages on tombe directement sur un chapitre énumérant le premier jeu de gestion sportive. Pourtant ce n’est pas un manque de cohérence de la part de l’auteur, car on comprend rapidement que ces créations font partie intégrante des premiers balbutiements de l’informatique. Les premiers jeux ou créations sont parfois des tentatives isolées par des personnes qui commençaient tout juste à vouloir chercher les limites de leur machine, sans forcément chercher à créer des expériences ludiques.

Le titre Préhistoire du jeu vidéo est donc tout trouvé et nous fait plonger dans une période très peu abordée jusqu’à présent. La lecture est par moment un peu technique, car on reste sur des machines issues du monde informatique, mais pour peu qu’on s’intéresse à l’histoire du jeu vidéo, ce serait dommage de passer à côté.

Commentez cet article