Pourquoi les jeux de lutte sont si importants pour les fans

J’étais très attristé lorsque j’ai vu les avalanches de bogues dans le dernier jeu de lutte WWE 2K20. Après tout, c’est à travers les jeux vidéo que je suis devenu un fan de lutte.

Sans WWF Raw au SNES, je ne serais jamais tombé sur tous les bons (et moins bons) jeux de lutte qui ont suivi. Je n’aurais jamais voulu en savoir plus sur les personnages suggérés. Je ne serais jamais devenu collaborateur pour Balle Courbe et je ne serais jamais allé en voyage en Arizona pour assister à un Royal Rumble.

Les jeux vidéo, particulièrement ceux de la WWF au Nintendo 64, la console la plus sous-estimée ever, ont eu une grande importance dans mon développement. Je vous explique pourquoi :

Entretenir le fandom

via GIPHY

Alors que les émissions de lutte sont hebdomadaires et qu’on doit attendre 7 jours avant notre dose de divertissement sportif, les jeux de lutte nous permettent d’y baigner dans nos temps libres.

Étant donné le volume impressionnant de personnages dans une émission, certains d’entre eux ne passent que très rapidement à l’écran.

Les jeux vidéo nous permettent de côtoyer la ribambelle de talents et de nous familiariser avec tous les lutteurs et lutteuses.

via GIPHY

En premier lieu, nous assistons à leur entrée avec leur musique respective, ce qui nous permet de déjà saisir un peu leur personnalité.

Ensuite, soit en les jouant nous-mêmes ou en les affrontant, on s’habitue à leur style de lutte et à leur répertoire de manœuvres.

On peut même lever les bras comme Finn Balor lors de son approche vers le ring devant notre télévision dans le jeu vidéo, comme lors de ses apparitions au Centre Bell.

Ainsi, on s’attache déjà à nos protagonistes préférés et on jubile davantage lorsqu’on les retrouve au petit écran!

Créer des personnages

via GIPHY

Non seulement nous pouvons nous imbiber de la programmation régulière de nos émissions favorites en jouant à des jeux vidéos de lutte, mais nous pouvons aussi y ajouter notre touche!

La fonction de créer ses lutteurs et ses lutteuses est un énorme attrait pour tous les joueurs. Nous pouvons décider de nous créer nous-mêmes et de nous mettre en scène ou nous pouvons construire des personnages aussi loufoques que nous le désirons.

À partir de ce moment-là, le jeu devient un terrain de sable infini pour notre créativité. Certaines versions nous laissaient même fonder nos propres arènes et notre propre ceinture.

Nous passons des heures à peaufiner un personnage et à lui monter la meilleure entrée de la planète avec des abus de feux d’artifice.

Ne nous mentons pas, nous avons tous investi beaucoup trop de notre temps à scénariser une entrée incroyable pour finalement la sauter lorsque nous jouons tellement nous sommes tannés de la voir rendu le temps de faire des matchs!

Du plaisir en multijoueur

via GIPHY

Le gaming a beaucoup évolué depuis l’arrivée des premiers jeux de lutte, mais une chose est demeurée : le plaisir de jouer à plusieurs.

Les multiples modes de jeu nous permettent d’interagir entre nous de façons variées. Nous pouvons décider de nous affronter tous ensemble dans des triple threat matches ou des fatal four way.

Sinon, nous pouvons unir nos forces en formant une équipe du nombre de lutteurs de notre choix contre un nombre de lutteurs de notre choix. La liberté créative de ces jeux est un gros facteur de vente pour moi!

Je dois avouer que j’ai toujours eu un faible pour le mode de special guest referee. En étant l’arbitre invité, je détenais dans mes mains le résultat du match.

Ainsi, il m’arriverait de me revirer contre un de mes amis qui avait frappé l’arbitre par inadvertance. Personnellement, mon truc préféré, c’était de prendre parti en lançant des conditions aléatoires durant le match :

« Je vais favoriser le premier lutteur qui va donner un coup d’une pancarte arrêt-stop à l’autre! »

Créer des matchs de rêve

via GIPHY

Même si certains disent que la lutte est fake, elle est contrainte aux lois de la réalité. Certains lutteurs se blessent, vieillissent ou décèdent, écartant pour toujours la possibilité de nous offrir de nouveaux matchs.

Les jeux de lutte nous permettent de perpétuer la mémoire des disparus. Non seulement nous pouvons les revoir en action, mais nous pouvons les faire affronter des personnages qu’ils n’auraient jamais pu croiser.

On peut prendre un lutteur sorti de l’Attitude Era et le mettre contre un champion actuel. Et si le cœur nous en dit, on peut même rajouter un ancien champion de la Golden Era.

J’adore créer des Royal Rumble et voir le ring rempli de lutteurs qui n’auraient jamais pu se croiser.

Les jeux vidéo n’obéissent pas aux règles normales du temps qui passe. C’est-à-dire qu’on peut recréer un vieux match d’un ancien Wrestlemania, mais y apporter une nouvelle touche.

On peut par exemple décider que Macho Man Randy Savage contre Ricky Steamboat de Wrestlemania III devienne un match à échelle!

Une régression décevante

via GIPHY

WWF No Mercy au Nintendo 64 demeure le meilleur jeu de lutte pour moi. Ce n’est pas pour rien qu’il est devenu un jeu culte après toutes ces années.

Il s’agit du jeu de lutte avec les contrôles les plus simples. N’importe qui pouvait prendre une manette et saisir comment jouer en quelques instants afin de se rajouter à la partie.

De nos jours, le réalisme fait en sorte que créer un personnage prend une éternité à essayer de sélectionner des détails comme la largeur des narines. Les personnages de WWF No Mercy pouvaient se créer en quelques instants.

Ce n’est pas pour rien qu’un utilisateur a mis sur pied un mod où le jeu est actualisé en 2016 avec tous les lutteurs contemporains à la disponibilité du joueur.

Bref, les jeux de lutte sont importants dans le cœur de tous les fervents de lutte. Je souhaite sincèrement que les prochains jeux vidéo de lutte soient au point.

WWE 2K20 nous a montré qu’un jeu rempli de bogues n’était pas qu’un problème du passé. Peut-être que ce fut raté cette année, mais j’espère que le prochain jeu sera aussi marquant pour les jeunes d’aujourd’hui qu’ils l’ont été pour moi.

Commentez cet article