PHIL HARRISSON

Phil Harrison a félicité les employés de Stadia pour leur progrès, tout en sachant qu’ils allaient être licenciés

Le 27 janvier, une semaine avant la fermeture de leurs studios, les employés de Stadia ont reçu un courriel de félicitations de Phil Harrison, leur vice-président et directeur général.

Image à la une : Google Stadia

Selon le contenu que s’est procuré Kotaku, Phil Harrison loue les progrès accomplis : « Stadia a fait de grands progrès à construire divers et talentueuses équipes, et a établi un line up fort de jeux exclusifs ». « Nous allons confirmer sous peu les orientations du budget de Stadia et vous informerons des objectifs et résultats attendus pour Stadia en 2021 ».

À LIRE AUSSI : Google ferme ses studios de développement, mais le service de Stadia n’est pas affecté

Sauf que dans la conférence téléphonique du 4 février qui a suivi l’annonce de fermeture des studios, Phil Harrison a confirmé auprès de ces mêmes employés qu’il savait le destin funeste des studios au moment d’envoyer son courriel. L’intéressé a également annoncé regretter ce geste. S’en sont suivi de nombreuses interrogations à ce sujet, qui ont entraîné selon Kotaku une conférence très tendue.

C’est certes cynique, mais cela est malheureusement courant. D’un autre côté, Google cherche actuellement à transférer les employés de Stadia dans d’autres branches de la société. Ils ne sont pas dans la misère non plus et sont infiniment mieux traités que les travailleurs qui trouvent porte close, ou les travailleurs autonomes corvéables et jetables à loisir sans l’once d’une indemnité.

Cette fermeture des studios de Stadia a touché plus de 150 développeurs. Cependant, c’est une décision lourde et un véritable désaveu pour Stadia de la part de Google.

Commentez cet article