pénurie composants

Pénurie de composants partie 2 : pourquoi les cryptomonnaies vivent un boom qui vous prive de cartes graphiques, mais pas les scalpers

Si la situation est différente de 2017 à cause de la crise de la Covid, les cryptomonnaies n’en connaissent pas moins un énorme bond qui a une conséquence malheureuse pour nous autres joueurs, l’énorme difficulté à se procurer une carte graphique. Et cela ne risque pas de se tasser. Face à une économie qui se dévalue rapidement et pressées de diversifier leurs investissements dans des valeurs refuge, les 500 premières entreprises mondiales dont Tesla fait parti pourraient bien entrer dans la danse et faire flamber les cours.

Image à la une : iStock/peshkov

Pourquoi tout le monde investit dans le Bitcoin et les cryptomonnaies ?

Pour faire simple, nous sommes en plein milieu d’une période très incertaine où se profile une crise économique de l’après-Covid. Une partie de l’économie est maintenue artificiellement en vie grâce aux emprunts du gouvernement, et c’est la même situation qui prévaut aux États-Unis ou en Europe. Sauf qu’en émettant une grande masse d’argent, cela a pour conséquence de dévaluer sa valeur. Si l’on remonte à il y a 50 ans la Mustang coutait 2368 US$. En fabricant de l’argent, cela augmente sa masse et baisse sa rareté ce qui diminue sa valeur, et demande donc dans le temps un plus grand nombre de dollars pour magasiner une Mustang en 2021.

À LIRE AUSSI : Pénurie de composants partie 1 : pourquoi vivons nous cette disette

D’autre part, l’endettement qui découlera des emprunts lors de l’après-crise laisse présager une perte supplémentaire pour les monnaies traditionnelles. En temps de crise, il est de coutume que les investisseurs misent sur des valeurs refuges qui étaient jusque là l’immobilier, l’or, l’art et les matières et objets rares. Le Bitcoin était regardé par tous les grands patrons du top 500 des entreprises mondiales, mais qui allait être le premier à s’y risquer? S’il perd, c’est la porte assurée et une décision qui servira d’exemple dans les livres d’économie.

De son côté, Elon Musk, tout comme les autres grands patrons du top 500, se faisait presser par les actionnaires afin de diversifier les investissements, comprendre trouver de nouvelles valeurs refuge. Aidé par sa réputation de fonceur il a été le premier à entrouvrir la porte, mais qui risque rapidement de se transformer en boulevard. Apple y réfléchit également, et si d’autres suivent, le Bitcoin est surtout parti pour atteindre les 100 000$.

Du côté du public, il se passe exactement la même chose, mais depuis longtemps vu qu’il est le premier à avoir investi. Les cryptomonnaies fluctuent, mais elles restent plus solides et prennent de valeur contrairement aux devises nationales.

Elon Musk a certes investi  1,5 milliard, mais ce n’est qu’une goutte d’eau face à la valeur boursière de 800 milliards de Tesla. Cela n’en reste pas moins un message très fort. En pleine crise, dans des économies de service qui créent de moins en moins de technologies et dont une partie non négligeable de la consommation dépend du made in china, mieux vaut investir dans les valeurs refuges et le Bitcoin en est peut-être devenue une.

Et c’est là qu’entrent en scène les mineurs. Rappelons tout de même le principe du minage. Comme il n’y a pas de banque pour vérifier les comptes lors d’une transaction entre deux partis en cryptomonnaie, votre carte graphique, qui excelle dans ce type de calcul est mise à disposition de la chaine de paiement pour effectuer ces vérifications, vous rémunérant au passage de quelques cents. Plus on a de cartes graphiques qui minent et plus on amasse de dollars, et comme la valeur du bitcoin ne cesse d’augmenter et que l’on est rémunéré non pas en dollar mais en bitcoin. De plus, ce qui est miné peut alors prendre de la valeur si l’on n’y touche pas.

Comme en 2017, le boom du bitcoin et désormais d’autre crypto monnaies comme l’Euthereum entraine une montée de leur valeur. Face aux ordinateurs Asiscs dédiés au minage, mais dont la demande dépasse l’offre de très loin, les cartes graphiques sont donc prises d’assaut.

Sauf qu’avec toute une génération de joueurs qui avaient fait l’impasse sur les RTX 2000, préférant attendre des RTX 3000 plus intéressantes et mieux maitrisées, la demande est devenue sans précédent.  Cependant, le minage n’est intéressant que dans peu de pays rapport au coût de l’électricité dont la Chine justement. Et comme toutes les usines de production sont situées en Chine, les mineurs chinois arrivent à magasiner les cartes graphiques directement à la sortie de l’usine.

Les scalpers à l’affut

Le phénomène des scalpers n’est pas nouveau, mais l’arrivée de bots permettant d’acheter un produit quelques dixièmes de seconde après sa mise en en ligne est devenu un véritable problème. D’autant plus que les grandes enseignes ne font souvent rien pour contrer ce phénomène. Walmart utilise certes des outils anti-bots, mais ce n’est pas encore suffisant.

Résultat, une partie du rare matériel mis sur le marché se retrouve immédiatement sur eBay, Amazon ou Kijiji au double de son prix. Ce phénomène va malheureusement perdurer tant que l’offre ne sera pas revenue à un meilleur niveau. Des bots publics et des Discord existent pour aider les joueurs, mais ils ne permettent pas d’acheter rapidement. Ils restent cependant une bonne aide pour avertir de la disponibilité d’un produit, mais elle est n’est souvent que de quelques secondes.

Ajoutez à cela les problèmes de pénurie de composant et de conteneurs de transport dont nous vous avons parlé précédemment, et tout est aligné pour qu’un retour à la normale ne soit possible avant plusieurs mois. AMD, Nvidia, tout comme Sony parlent de juin-juillet pour une meilleure disponibilité après une pénurie qui va empirer du fait du peu de disponibilités des conteneurs. Même avec des cartes disponibles en plus grand nombre, la demande va rester extrêmement élevée. Cependant, au lieu de voir des produits s’écouler en quelques secondes, il y a plus de chances de voir des cartes graphiques rester disponibles de quelques minutes à quelques jours.

Commentez cet article