tribute games

Panzer Paladin : pour les amoureux de la belle époque de la NES

Un petit peu de Castlevania pour les boss tirés de l’occulte, un petit peu de Mega Man pour le design et le choix des niveaux, un petit peu de Zelda II pour les combats épée/bouclier dynamiques, avec une bonne dose de Master Blaster pour la relation entre le personnage principal et son véhicule. Ceci donne un bon portrait de ce qu’est Panzer Paladin, mais en fait, ce jeu est plus que la simple addition de ses inspirations. En plus, c’est made in Québec!

La Terre est envahie par les forces de l’occulte, chaque pays est occupé par un démon tiré de son folklore tel que Baba Yaga en Russie, Médusa en Grèce, le Sasquatch au Canada, etc. On incarne Flame, une jeune femme androïde qui peut combattre à bord du Panzer Paladin, un robot géant, ou par elle-même avec son redoutable fouet qui sert également de grappling hook.

Bien que Tribute Games est connu pour ses jeux à saveur rétro, Panzer Paladin est sans doute leur jeu le plus réellement rétro dans son gameplay. On avance à travers plus d’une quinzaine de niveaux créés avec soin en tuant des ennemis et évitant des pièges, avec du jeu de plateformes très précis. Il faut attendre d’être sur le bord du dernier pixel de la plateforme avant de sauter, comme dans le temps. Les contrôles sont précis et il est donc agréable de naviguer les niveaux. À bord du Panzer Paladin, on peut collecter plusieurs armes qui auront une durabilité limitée. Chaque arme a des particularités différentes, telles sa force de dommage, sa durabilité, et un sort qu’on peut activer en sacrifiant l’arme.

La mécanique des armes est vraiment au coeur de ce qui fait que Panzer Paladin n’est pas un simple clone ou pâle hommage à ses références. Chaque arme peut être utilisée bien entendu comme arme de mêlée, mais elle peut aussi être lancée sur un ennemi pour multiplier le dommage (ce qui détruit l’arme) ou sacrifiée pour libérer un sort qui peut être passif ou actif, tel que récupérer des points de vie, augmenter sa défense, lancer des rayons ou des éclairs, etc. Bien que le premier niveau, qui sert également de tutoriel, explique la base de ces mécaniques, certaines nuances sont laissées à la découverte des joueurs. Il est important de comprendre comment gérer l’inventaire. Bien qu’on n’a sur soi que quatre armes à la fois, on peut à n’importe quel moment ouvrir le menu de l’inventaire et interchanger les armes équipées et celles en réserve. Par exemple, vous êtes presque mort? Aller chercher une arme dans votre inventaire qui vous redonnera des points de vie en la sacrifiant. Le jeu devient beaucoup plus agréable une fois cet aspect maîtrisé, surtout dans les niveaux de difficulté plus élevés.

tribute games

Petit bémol sur la mécanique de sacrifices des armes. On sacrifie une arme en tenant les deux gâchettes (ZR et ZL), qu’on utilise pour rien d’autre dans le jeu, ce qui la rend chose peu intuitive. Bien que le fait de lancer une arme offre déjà un bonus de dommage, il aurait été intéressant de pouvoir libérer le sort d’une arme en la lançant sur un ennemi, ce qui rendrait cette action plus organique au reste du gameplay.

Des armes, il y a en à la tonne et on doit les collecter et les garder en réserve, car, à la manière de The Legend of Zelda : Breath of the Wild, elles se cassent rapidement. Le paladin possède également un bouclier, qui lui est incassable, qui peut bloquer autant les attaques de mêlées que les projectiles. À la manière de Zelda II, on peut bloquer en bas ou en haut. Entre les niveaux, on peut également accéder à l’atelier où on peut transformer des armes en points qui servent à augmenter la vitalité maximale de Grit, le paladin. Dans le mode « Forge », on peut également dessiner et créer des armes à notre guise. À certains moments et dans certaines conditions, un personnage de Chevalier apparaît dans les niveaux soit pour nous combattre ou nous aider en donnant une arme. Si on est connecté à Internet pendant la partie, l’arme donnée peut être la création d’un autre joueur, tout comme les autres joueurs peuvent profiter de nos créations.

Comme mentionné ci-haut, Blaster Master est également une importante inspiration pour Panzer Paladin, qui se manifeste dans le fait que Flame peut quitter le paladin à tout moment et continuer le niveau à pied. Elle est plus agile et peut se faufiler là où le paladin ne peut pas, ce qui est pratique pour découvrir des endroits secrets ou traverser des passages obligés infranchissables par le paladin. Elle possède un fouet pour attaquer les ennemis, mais qui sert également de grappling hook pour se balancer à des crochets. Flame est cependant très fragile et va mourir en seulement 2 ou 3 coups. Bien que le gameplay du paladin avec les armes est le coeur du jeu, j’aurais apprécié davantage de gameplay avec Flame ou une synergie plus développée entre Flame et Grit dans le design des niveaux. Quoique, rien n’empêche le joueur d’abandonner le paladin et essayer de faire tout le niveau avec Flame!

tribute games

Après avoir complété le niveau tutoriel, qui se déroule au Canada, les joueurs peuvent ensuite faire le reste des niveaux dans l’ordre qu’ils souhaitent. Les niveaux sont rejouables à la difficulté qu’on veut. Une petite épée apparaît sur le portrait du boss des niveaux complétés avec un code de couleur qui nous indique à quelle difficulté nous l’avons complété. Le jeu contient également un mode speedrun où on peut rejouer les niveaux déjà complétés dans le but de les terminer le plus rapidement possible. Le mode speedrun enregistre le minutage et il est possible de jouer en voyant un fantôme de notre parcours le plus rapide à date. Aussi, une fois le jeu complété, on débloque le mode remixé, qui propose une version alternative des niveaux. Il y a donc pas mal de contenu!

Panzer Paladin est visuellement plaisant et nous renvoie aux beaux jours de la NES. Les niveaux de la Chine et du Japon sont particulièrement impressionnants par leur direction artistique. Je trouve cependant certains niveaux très chargés visuellement où il est plus difficile de distinguer les plateformes du décor, mais ce n’est que certains passages qui m’ont fait cet effet.

tribute games

En somme, Panzer Paladin est un hommage à une autre époque, mais c’est bien plus que ça. C’est un jeu qui est à la fois simple et accessible, mais qui surprend par la profondeur de ses mécaniques et ses boss amusants à combattre. Le choix de difficulté permet aux joueurs moins aguerris de l’apprivoiser tranquillement avant de passer aux choses sérieuses avec les niveaux de difficulté plus élevés.

Verdict
Très bon 8/10
Commentez cet article