critique monster hunter rise review

Monster Hunter Rise : un essentiel pour votre Nintendo Switch

Quand Monster Hunter Rise a été annoncé sur Nintendo Switch, au lieu d’un port de Monster Hunter World, j’avais peur que Rise soit une version moins complète que ce dernier. Mais alors qu’on a commencé à avoir plus d’images et de détails sur Rise, il est devenu clair qu’il s’agit bien d’un titre Monster Hunter digne de ce nom, et qu’il apportait du nouveau à la franchise. Alors, qu’en est-il maintenant que j’ai pu mettre mes mains dessus?

Copie du jeu fournie par Nintendo. Crédit images : Capcom

Monster Hunter Rise est un jeu qui a été conçu pour la Nintendo Switch, et ça parait. Bien que je rêvais d’un port de Monster Hunter World sur Switch, il aurait fallu tout un travail d’optimisation et le résultat n’aurait peut-être pas été concluant.

Monster Hunter Rise pousse la Nintendo Switch au maximum de sa capacité, c’est sans équivoque un des plus beaux jeux sur cette console. La jouabilité est d’une grande fluidité et même en jouant à quatre joueurs en ligne, dans des moments d’action vraiment intenses où on attaque simultanément un monstre avec une tonne d’effets visuels, je n’ai ressenti aucun ralentissement ou latence. Les temps de chargement sont très rapides, peut-être 4-5 secondes en amorçant ou quittant une quête. Le jeu roule sur le RE Engine et démontre que cet engin fonctionne très bien sur Nintendo Switch. Capcom a réussi un tour de force technique.

Voici d’ailleurs un petit extrait de gameplay en ligne que j’ai capturé sur Nintendo Switch:

C’est quoi Monster Hunter?

Considérant la popularité de la Nintendo Switch et le buzz autour de la sortie de MHR, il est fort possible que des curieux soient tentés d’acheter un jeu de cette série pour la première fois. Bien que Monster Hunter est rendu plus accessible que jamais, il faut quand même savoir dans quoi on s’embarque, car ce n’est pas pour tout le monde et la courbe d’apprentissage peut être ardue.

Vous incarnez un chasseur qui évolue dans un petit village entouré de contrées sauvages remplies de monstres gigantesques. Le village vous sert de «hub» pour prendre des quêtes, améliorer et gérer votre équipement, entre autres. Puis, vous partez chasser des monstres dans différents niveaux qui sont chacun un petit monde ouvert. Chaque mission peut être longue et ardue, car chaque monstre est un «boss» en soit qui peut parfois prendre plusieurs dizaines de minutes à combattre, même avec des amis. Être préparé, avoir les bons outils, est essentiel à la réussite d’une quête. Le loot que vous prenez sur les monstres tués ou capturés (et le loot pris dans l’environnement de chaque niveau) sert ensuite à se forger de nouvelles armes et armures, qui sont à l’effigie des monstres chassés!

Aussi, on peut utiliser divers types d’armes qui ont chacune une jouabilité complètement différente. Il est conseillé de choisir un type d’arme et de prendre la temps de le maîtrisé. Voilà, en gros, l’essence de Monster Hunter!

À LIRE AUSSI : Monster Hunter Digital Event : le résumé des annonces

critique monster hunter rise review

Le wire-bug et les palamutes : des game-changers

La grande nouveauté dans Monster Hunter Rise est la plus grande mobilité de notre chasseur. Ceci est grâce à deux nouveautés : le wire-bug et le palamute.

Le wire-bug est essentiellement un insecte que possède tous les chasseurs par défaut qui sert comme une sorte de grappin. On peut facilement propulser notre chasseur vers l’avant ou dans les airs, ce qui est très utile pour monter sur des plateformes, amorcer une escalade ainsi que des attaques aériennes.

La série Monster Hunter est connu pour ses emblématiques compagnons félins qui nous aident pendant nos quêtes. Cette fois-ci, on a également droit à un compagnon canin, le palamute, qui sert également de monture.

Avec le wire-bug et le palamute, on se déplace beaucoup plus rapidement que dans les jeux précédents. Le design des niveaux est pensé en fonction de cela, avec beaucoup plus de verticalité et de larges chemins où on monte notre palamute, qui est même capable de sauter et escalader à certains endroits! Ce qui est surprenant aussi, c’est la quantité d’action qu’on peut faire en restant sur son palamute, et même en mouvement. C’est fini le temps où ramasser des plantes, champignons et insectes prenait une éternité; la plupart des points de ressources peuvent être récoltés en mouvement sur le palamute, ce qui réduit considérablement le temps de grinding pour ces éléments. On collecte également au passage des insectes qui nous donnent des bonus temporaires pour la quête en cours. C’est donc une bonne pratique d’explorer un peu avant de foncer droit vers le monstre qui est l’objectif de la quête.

critique monster hunter rise review

Entre solo et en ligne

Monster Hunter Rise propose essentiellement deux types de progression, une en solo et une en ligne, avec chaque mode proposant une tonne de quêtes différentes. Le mode solo propose une campagne avec une histoire simple, mais efficace, alors que le village de Kamura doit se préparer tranquillement pour le phénomène du Rampage, alors qu’inexplicablement, des monstres se mettent en groupe pour attaquer directement le village. À un certain point, on débloque donc des quêtes «rampage» qui au lieu de nous envoyer chasser des monstres dans un environnement ouvert, on doit s’occuper des défenses du village en utilisant des armes d’artillerie, entre autres, alors que des dizaines de monstres essaient de détruire les remparts protégeant notre paisible village.

La transition entre les modes solo et en ligne se fait de façon facile et organique. Pas d’écran de transition ou de chargement, on peut créer un lobby ou en rejoindre un, mais on reste dans le même environnement de notre village. Pour accepter les quêtes en ligne, qui sont plus difficiles et réellement conçues pour plusieurs joueurs, il faut se rendre dans le «Gathering hub», une maison du village à laquelle on a accès même en mode solo. C’est essentiellement du drop-in, drop-out, à la Diablo. On peut créer ou joindre des groupes jusqu’à un maximum de 4 joueurs. N’importe quel membre du groupe peut accepter une quête et la partager sur un babillard. Si quelqu’un dans votre liste d’amis Nintendo Switch est en train de jouer, il est très facile de joindre sa partie ou de la quitter. Il faut cependant prendre le temps de se familiariser avec les menus du jeu et l’utilité de chaque NPC. Le jeu contient beaucoup de tutoriels, mais il faut prendre le temps d’explorer. Ne sautez pas immédiatement dans le mode en ligne sans prendre le temps de comprendre les bases du jeu et comment le naviguer.

À noter qu’il possible de jouer en multijoueur local avec 4 Nintendo Switch dans la même pièce, comme à la belle époque du Nintendo 3DS!

Du contenu, beaucoup de contenu

Les vraies vedettes de Monster Hunter, sont bien entendu les monstres. Il y a en a à la tonne, et les habitués de la série vont en reconnaitre la majorité. Monster Hunter Rise en compte 61, dont 47 sont de retour de générations précédentes. (C’est comme des Pokémon, mais moins cute!) Jetez un coup d’oeil au Wiki pour plus de détails!

Les monstres sont généralement très rapides, leurs attaques et animations sont uniques à chacun et il faut donc prendre le temps de les étudier et être capable d’anticiper leur attaque. Foncer dans le tas sans jamais esquiver, est un moyen sûr d’échouer. Certaines armes sont plus dévastatrices que d’autres, mais plus lentes. Choisir le bon moment pour attaquer et ne pas avoir peur d’utiliser des outils spéciaux comme des pièges ou bombes aveuglantes pour se donner un avantage, est essentiel. Les monstres de MHR sont généralement intimidants et réussir à en abattre ou capturer un procure un réel sentiment d’accomplissement. On n’est pas dans le niveau de difficulté des Dark Souls et compagnie, mais la maîtrise des armes, esquives et déplacements de notre chasseur est tout aussi importante.

critique monster hunter rise review

Une des grandes critiques récurrentes de joueurs qui ont essayé Monster Hunter, mais n’ont pas embarqué, est la quantité importante de gestion d’inventaire. Il y a beaucoup de gestion, oui, car le crafting est une part essentielle du jeu. En plus des morceaux de monstres qui serviront à crafter armes et armures, on peut également ramasser dans la nature des tonnes de ressources différentes qui serviront à fabriquer potions, munitions, poisons, antidotes, pièges, nourriture, etc. Heureusement, la navigation dans les menus d’inventaires s’est beaucoup simplifiée au fil des générations de jeux Monster Hunter, et c’est également le cas avec Rise qui contient plusieurs améliorations «quality of life» à ce niveau.

Cela étant dit, la gestion d’inventaire et le crafting sont au coeur de l’expérience Monster Hunter. Si ce n’est pas le genre de chose dans laquelle vous avez envie de mettre du temps, il est fort possible que ce ne soit simplement pas votre genre de jeu. C’est intimidant au début, mais si on apprécie ce genre de gameplay, ça vaut la peine de prendre le temps de comprendre.

Monster Hunter Rise est un véritable tour de force par Capcom sur la Nintendo Switch. C’est sans contredit un des plus beaux jeux sur la console, sans compromis visuel apparent et qui offre une tonne de contenu qui pourra être apprécié autant par les vétérans de la série que par les nouveaux adeptes. La courbe d’apprentissage peut être raide, mais le sentiment d’accomplissement qui attend au bout en vaut le jeu.

Verdict
Incroyable 10/10
Commentez cet article