nintendo xbox live

Microsoft : Xbox Live sur Nintendo, iOS et Android ?

Microsoft affiche clairement le programme à la GDC : rendre le Xbox live cross-platform avec iOS, Android, Nintendo Switch et plus encore…

Microsoft n’a jamais caché ses ambitions en termes de jeu en ligne en voulant inclure les plateformes mobiles, voire concurrentes en plus du PC et de la Xbox. Un premier pas vers la Nintendo Switch a déjà été fait avec la possibilité de jouer à Minecraft en cross-platform. Mais à la GDC, Microsoft va plus loin et se dit prêt à étendre le Xbox Live sur les plateformes mobiles et Switch pour le multijoueur,  incluant  son système social et les achievements. 

Actuellement deuxième acteur mondial dans le nuage et les serveurs, Microsoft possède une infrastructure solide et un savoir-faire reconnu dans le domaine. En étendant le Xbox Live aux mobiles et surtout à Nintendo, il se dessine une nouvelle carte du futur qui pourrait rafler la mise.

Même si Nintendo possède encore son formidable trésor de guerre de plusieurs milliards, la société peine encore à offrir un service en ligne aussi solide que le Xbox Live. D’un autre côté, Nintendo n’est pas un réel concurrent de Microsoft comme Sony, mais est vu à même l’interne de Microsoft comme un écosystème complémentaire aux Xbox et PC.

Qu’aurait Nintendo à gagner ? Imaginons un jeu comme The Elder Scrolls 6 que l’on jouerait sur Xbox ou PC, et dont la sauvegarde se synchroniserait avec la Switch ou son successeur afin de continuer la partie dans les transports. Nintendo aurait aussi un minimum de services à gérer et pourrait se concentrer sur les offres exclusives s’il maintient son abonnement Switch. Cela inclut certes deux abonnements et deux jeux, mais il est clair que si ce genre de solution émerge, que l’on verra rapidement arriver des offres adaptées. Nintendo pourrait ainsi continuer de proposer ses exclusivités sur sa console, tout en s’assurant que les joueurs puissent continuer leurs autres jeux sur Switch, devenant ainsi un parfait complément aux PC et Xbox.

 

 

Sur mobile, Google et maintenant Apple veulent se lancer dans le streaming de jeu, mais si techniquement les deux sont capables de monter un tel service, il reste encore à régler le problème des jeux exclusifs. Or, il faut au moins trois à quatre ans pour développer un jeu AAA, et proposer au moins plusieurs grands jeux incontournables pour attirer les joueurs. Sony est le meilleur exemple dans ce domaine avec au moins deux hits incontournables qui sortent chaque année. Pour l’instant, Google et Apple sont encore loin de pouvoir proposer cela. Ils pourraient racheter des studios, mais cela va prendre quelques années avant que leur offre ne soit comparable à Microsoft, et puis Amazon s’y est lancé depuis deux ans et engage des développeurs, sauf que les jeux créés pour l’instant sont jugés à l’interne comme étant mauvais et ont fait rire ceux qui les ont vus. Cependant, on voit un changement récent chez Apple et sûrement une nouvelle stratégie qui consiste à soutenir des développeurs de jeu indépendant en les mettant en avant. On a par exemple vu Apple à Montréal venir soutenir Budge Studios, réputé pour ses applications à destination des jeunes et qui se lance dans les jeux.

Microsoft a une énorme force de frappe avec son Xbox Live, tandis que sa présence désormais légitime dans les jeux vidéo après trois générations de consoles en fait un acteur de premier plan qui possède l’expertise. En étendant son service au mobile, il imprègne la marque Xbox chez ces joueurs qui, s’ils franchissent le pas d’une machine ou d’un abonnement streaming de jeux, iront naturellement vers celui qui va leur assurer une transition en douceur.  De son côté, Nintendo tirerait un avantage de ce partenariat. Il pourrait continuer à développer ses exclusivités pour ses consoles, n’aurait pas besoin de se lancer dans le multiplateforme et renforcerait sa place de console portable et complémentaire aux machines plus puissantes.

 

 

Commentez cet article