Mario & Luigi Bowser’s Inside Story + Bowser Jr’s Journey : jeu solide avec un ajout ordinaire

En 2009, sortait un tout nouveau jeu de Mario & Luigi sur la Nintendo DS, celui-ci ayant la qualité des jeux originaux de Nintendo et qui, en plus, était un RPG, avait conquis un grand nombre de joueurs. 10 ans plus tard, suivant la tendance des remakes et ports de jeux qu’il y a depuis quelque temps, Nintendo a ressort l’aventure se déroulant dans les entrailles de Bowser, mais en rajoutant, en plus du jeu l’original, une nouvelle perspective à l’histoire. Il était donc temps pour moi de dépoussiérer ma Nintendo 3DS pour essayer Mario & Luigi : Inside Bowser’s Story + Bowser Jr’s Journey.

Rien ne va plus au Royaume Champignon! Les toads sont affectés par une terrible maladie, appelée Bloub, qui les rend gros et ronds comme un ballon. Personne ne sait comment guérir les toads de cette terrible maladie. La seule chose que les membres du conseil royal savent c’est que la cause de cette maladie est un champignon mystérieux : le champignon Bloub. C’est durant cette réunion d’urgence organisée par Princesse Peach que Bowser arrive mécontent de ne pas avoir été invité à cette réunion. De fil en aiguille, Bowser mange un champignon Vortex qui lui fait avaler tout ce qui se trouve sur son passage. C’est donc, tous les membres du conseil royal, Princesse Peach, Mario et Luigi qui se font aspirer dans les entrailles de Bowser. Le but est donc de sortir du corps de Bowser tout en trouvant un remède au Bloub.

Mario et Luigi : Bowser’s Inside Story est plus un RPG qu’un jeu d’aventure. Les joueurs ont la possibilité d’acquérir des items (morceaux de vêtements et accessoires) pour améliorer les statistiques de nos deux héros. De plus, chaque combat donne de l’expérience permettant aux personnages d’augmenter de niveau lorsque la quantité d’expérience requise est atteinte. À toutes les fois que nos protagonistes augmentent d’un niveau, ils reçoivent des points de compétence qui peuvent être utilisés pour augmenter leurs statistiques. De plus les combats sont du tour par tour où Mario et Luigi ont plusieurs types d’attaques, dont certaines qui sont des attaques combinées entre les deux frères, permettant de faire beaucoup plus de dégâts aux ennemis. Lorsque c’est au tour de l’assaillant d’attaquer, le joueur à la possibilité de diriger Mario ou Luigi pour qu’ils se défendent. Chacun ayant un bouton de commande attribué (A pour Mario et B pour Luigi) il faut être vigilant de ne pas se tromper dans les commandes pour défendre nos deux frères italiens préférés. En fait, l’attribution des commandes spécifiques aux personnages n’est pas uniquement réservée à la défense. Celle-ci est valable également au moment d’attaquer ou encore lorsque l’on se promène dans les tableaux en tant que bouton d’action pour chacun des frères.

Et Bowser dans tout ça ? Ne vous inquiétez pas, il est bien présent dans le jeu. Il aurait été un peu idiot de le mettre en plan alors qu’on joue littéralement dans ses entrailles. Alors que nos deux frères moustachus explorent de fond en comble l’intérieur de Bowser, tout en combattant des ennemis et en faisant des mini-jeux, notre grande tortue à cervelle d’oiseau se retrouve perdue dans le Royaume Champignon et part en guerre contre Faffreux, le vilain qui a donné des champignons Bloub aux habitants et qui a pris possession du château de Bowser. C’est donc à coups de poing et de crachats de flamme que Bowser combat ses ennemis pour reprendre possession de son château. Mais les combats ne se limitent pas seulement à ça. La vilaine et grosse tortue a aussi la possibilité d’aspirer certains ennemis qui, se rendant dans son estomac, doivent combattre Mario et Luigi.

Dans le jeu, on voit l’histoire sous plusieurs angles différents. Il y a celui de Mario et Luigi, qui sont à l’intérieur de Bowser, il y a celui de Bowser qui explore le royaume champignon pour vaincre ses ennemis et celui de Bowser Junior, qui est l’ajout à ce jeu sorti en 2009. Dans Bowser Junior’s Journey, on apprend que les Goomba ont, eux aussi, été affectés par la terrible maladie Bloub. Alors que Bowser s’absente de son château pour s’inviter à la réunion au château de Peach, les sbires et Bowser junior apprennent la recette d’un possible remède contre cette maladie infâme. Junior décide de partir à l’aventure pour collecter les ingrédients du remède.

Alors que l’on pourrait s’attendre à un jeu d’aventure ou RPG comme l’histoire principale du jeu, cet ajout à l’histoire ne l’est malheureusement pas. Bowser Junior’s Journey est un RPG tactique dans lequel le joueur n’a pas énormément de contrôle lors des combats. Mettons un point au clair, ici il n’est pas possible de diriger Junior et encore moins possible d’explorer le Royaume Champignon à notre guise. Après de longues cinématiques où l’on voit à quel point Bowser Junior est un enfant gâté qui a la même cervelle d’oiseau que son père, un engagement au combat commence. C’est seulement cette partie que le joueur peut diriger. Il peut choisir les combattants qui affronteront l’ennemi, le positionnement des troupes et qui aura droit aux items spéciaux qui permettent d’augmenter les statistiques de nos combattants. Et c’est tout. Ensuite le combat commence et le joueur n’a rien d’autre à faire que de regarder le combat. Il ne peut pas diriger ses troupes, modifier le positionnement d’un combattant ou même donner des objets pour aider son armée. Tout ce que le joueur peut faire, c’est de regarder le combat et peser une fois de temps en temps sur A en espérant que cela change quelques chose (un peu comme quand on pèse sur A à maintes reprises durant la capture d’un Pokémon espérant que cela augmente les chances de capturer le Pokémon). Il y a quelques éléments qui offrent une “certaine” variété aux combats. Par exemple, il y a des combats qui ont une limite de temps, mais étant donné que l’on ne peut pas diriger l’armée durant les combats, je trouve cette variante assez inutile. Elle n’est là que pour donner l’impression qu’il y a une variante.

OK, j’exagère peut-être un peu. Ce n’est pas vrai que le joueur ne peut vraiment rien faire durant les combats. Il y a quelques commandes (quatre en fait) pour diriger Bowser Junior. La première est le blocage qui permet de protéger Junior des ennemis. Mais lorsque je l’ai essayé, cela ne changeait rien et Junior recevait des coups pareil, donc un peu inutile à mon avis. Le deuxième est un cri de ralliement pour remonter le moral des troupes ce qui leur donne plus de vitalité durant le combat. Comme vous pouvez voir, ces petites directives n’apportent pas grand-chose à la jouabilité du jeu.

Ce que j’apprécie de Mario & Luigi : Bowser’s Inside Story c’est qu’il y a toujours un nouvel élément qui se rajoute au fur et à mesure de l’histoire. Cela offre une grande variété au jeu et enlève complètement la monotonie que l’on peut parfois retrouver dans ce type de jeu. J’ai eu du plaisir à y jouer du début à la fin. Malheureusement, je ne peux pas en dire autant pour Bowser Junior’s Journey. Le fait de n’avoir quasiment aucun contrôle lors des combats et de ne même pas avoir la possibilité d’explorer les lieux par moi-même est un turn-off total. Si le jeu avait été un mélange des deux, je crois que je l’aurais beaucoup plus apprécié. Je crois cependant que les gens qui aiment davantage le style tactique vont sans doute avoir plus de plaisir à y jouer que moi.

Verdict
Mitigé
Commentez cet article