Madden 23 : la loi du moindre effort

À pareille date l’an dernier, je donnais une note plus sévère à Madden 22 après des années de stagnation et une paresse évidente de la part d’EA Sports dans le développement de sa franchise exclusive de la NFL.

Crédit images : EA Sports

Normalement, on pardonnait au jeu qui restait, après tout, une amélioration de l’année précédente et une simulation de football amusante. Sauf que Madden 22 a brisé quelque chose dans la communauté et la grogne s’est manifestée suffisamment fort pour que EA Sports réagisse.

Il fallait changer la direction de la franchise et redonner aux habitués avant qu’ils ne quittent le navire complètement.

Le résultat : c’est Madden 23

john madden

Un peu plus qu’une refonte cosmétique, mais pas tant…

Soyons honnêtes, en apparence, Madden 23 est une fois de plus qu’une mise à jour cosmétique du même jeu présenté lors des années précédentes. L’engin (Frostbite) est toujours utilisé et un joueur moins habitué ne ferait pas vraiment la différence entre Madden 22 et Madden 23.

C’est problématique, parce que d’une année à l’autre, EA part toujours de la même base corrompue afin de faire ses changements.

On présente alors de nouvelles fonctionnalités, surtout au niveau des passes, mais on applique le tout sur une version du jeu datant de plusieurs mois puisque les dernières mises à jour de Madden 22 n’ont pas été appliquées à l’engin utilisé pour développer Madden 23.

Non seulement on reconduit les mêmes défauts, mais on n’ajoute pas de réelles qualités.

La nouvelle mécanique de passe, par exemple, est théoriquement intéressante. Elle offre plus de contrôle et de précision aux joueurs. En théorie, ça récompense les joueurs plus attentifs. Le hic, c’est que la nouvelle mécanique se butte à l’intelligence artificielle de la défensive qui est, une fois de plus, complètement irréaliste tellement elle est dominante.

Prenons un exemple rencontré plusieurs fois durant mes premières heures avec Madden 23. Je développe un jeu et décoche une passe, comme d’habitude. Le nouvel engin me souligne qu’il s’agit d’une passe parfaite avec une précision parfaite. Forcément, j’espère un résultat positif. Mais non, le ballon tombe dans les mains d’un joueur adverse alors que mon receveur de passe se trouve loin de l’action, en mouvement dans la direction opposée.

C’est le problème des nouveautés de Madden 23. Elles sont implantées sur un jeu fondamentalement brisé et tant et aussi longtemps qu’EA refusera de faire table rase sur l’engin de Madden, les joueurs seront  prisonniers de ces versions inférieures à des simulations vieilles de plus de quinze ans comme NFL 2K5.

On pourrait dire la même chose de tous les changements au niveau de la jouabilité sur le terrain. Rien n’est quantifiable dans la mesure où le jeu est virtuellement identique et orienté vers la communauté compétitive en ligne qui ne se préoccupe pas trop du réalisme. Même qu’on pourrait dire qu’on s’éloigne de la simulation de football un peu plus chaque année en raison des changements graduels loin de la réalité du football et des mouvements intelligents sur le terrain.

Redonner aux joueurs

Là où EA tente de sauver la mise, c’est dans la portion Ultimate Team (MUT) de Madden 23. Une fois de plus, c’est la seule préoccupation apparente de la compagnie puisqu’on parle du mode bénéficiant des micro-transactions.

Dans MUT, donc, certaines portions sont maintenant gratuites et permettent aux joueurs d’obtenir une équipe compétitive plus rapidement sans ajouter des sous dans le jeu avec l’achat d’une monnaie virtuelle.

Sans dire que MUT n’est plus un mode «pay to win», disons qu’EA a adoucit sa position devant la pression populaire et pour ceux moins familiers avec le mode, c’est une excellente nouvelle.

Par contre, le jeu en ligne est toujours ralenti par les serveurs déficients d’EA Sports qui, pour une raison obscure, n’injecte pas des ressources dans ce qui est le poumon de son jeu en ligne : la stabilité des serveurs.

Quand on sort de MUT, et des options payantes de Madden, on réalise vite que les modifications favorables se font plus rares.

Toujours la même ritournelle

Ça fait longtemps qu’on dit que Madden, d’une année à l’autre, est un pas dans la bonne direction. Mais éventuellement, il faudrait arriver à destination.

Madden 23 est encore un pas dans la bonne direction, mais EA n’a pas de réelles raisons de tout mettre sur la table avec son jeu parce qu’il n’y a pas de compétition. Seul au sommet, EA peut se permettre de simplement livrer un jeu paresseux et les gens vont quand même l’acheter parce que la NFL est une puissante license.

Trop puissante même.

Tellement que les gens ont hâte à la sortie du jeu chaque été et oublient les déceptions de l’année précédente.

Les joueurs oublient que le mode Franchise est essentiellement le même depuis dix ans, même qu’il perd des options sans trop d’explications. Même chose pour les modes histoires du jeu, les visages des joueurs et les fonctions de créations de joueurs.

Rien ne bouge, ou presque, sauf le look des menus et l’habillage thématique d’une année à l’autre.

Madden 23, c’est l’année hommage à John Madden décédé en 2021. Mais un coup le match Madden Classic terminé en lançant le jeu pour la première fois, l’impact sur Madden 23 est l’inclusion de quelques scènes entre les matchs avec le bon John Madden et sa voix unique. Pour le reste, ça ne change strictement rien.

Surtout que, une fois de plus, c’est la même équipe de commentateurs aux commandes avec les mêmes lignes dites et répétées ad nauseam depuis au moins 2007.

Le verdict

Pour Madden 23, je dois donner une meilleure note que pour Madden 22, ne serait-ce que pour les petits efforts déployés par EA Sport.

Mais un meilleur jeu n’est pas forcément un bon jeu, loin de là.

Oui, l’expérience sur le terrain est meilleure et il y a un peu moins de bug évident, mais on part de tellement loin qu’une maigre amélioration n’est pas suffisante.

Madden 23 est une fois de plus une expérience frustrante et le manque de considération de la part de EA est de plus en évident. Tant que la franchise sera payante, pourquoi la modifier réellement?

À LIRE AUSSI : Décès de John Madden : 30 ans de carrière avec Madden NFL

Verdict
5/10 Mitigé

C’est malheureux pour les irréductibles de football, mais il faudrait une fois de plus se contenter, cette saison, d’un jeu médiocre et répétitif. En espérant une réelle compétition dans les prochaines années pour forcer EA à monter son jeu d’un cran.

Commentez cet article