luigi's mansion 3

Luigi’s Mansion : quand l’horreur rencontre l’humour

Difficile de s’imaginer qu’une licence comme Luigi’s Mansion a démarré sa carrière en demi-teinte. Déjà considéré comme un bon jeu au moment de sa sortie, il fut tout de même légèrement critiqué, mais le temps fait parfois bien les choses dans le jeu vidéo. Pourtant, il aura fallu attendre plusieurs années avant que cela devienne une série à part entière.

Une question de circonstance

Luigi’s Mansion, c’est un peu le genre de jeu qui est difficile à classer. Car même si le jeu original sur GameCube est considéré comme un classique, en plus d’être apprécié, cela n’a pas toujours été le cas. Du moins pas pour tous les joueurs. Il est souvent pointé du doigt pour sa faible durée de vie et parfois pour un manque d’originalité, la comparaison avec des jeux comme Resident Evil étant assez évidente, les zombies en moins. Il faut dire aussi que de nos jours, Luigi possède une certaine aura de sympathie, mais cela n’a pas toujours été le cas, du moins pas au moment de sa sortie. Le personnage a longtemps été considéré comme le faire-valoir de Mario, celui qu’on contrôle seulement en tant que deuxième joueur. C’est seulement avec Mario Kart, puis plus tard avec la série des Mario Party, que le plombier vert a commencé à développer sa propre personnalité.

La consécration est donc venue avec Luigi’s Mansion, qui a été sa première véritable aventure en solitaire. Du moins, si on fait abstraction de manière volontaire de la série de jeux éducatifs Mario is Missing!, dans laquelle Luigi traversait le monde à la recherche de son frère. Ce qui n’a pas toujours été le cas, puisqu’on a appris un peu plus tard que durant les phases de développement c’est Mario qui était initialement prévu comme héros principal. C’était avant de devenir un simple outil scénaristique, puisque c’est lui que Luigi doit aller sauver dans le manoir de Luigi’s Mansion. C’est encore plus étonnant quand on sait que historiquement, chaque console de salon de Nintendo a été lancée avec un jeu de plateforme Mario. Officiellement, le changement de personnage a été opéré afin de proposer une nouvelle licence et un peu de fraîcheur dans le jeu. Mais on peut aussi supposer que c’était pour ne pas avoir deux jeux Mario sur la console à ce moment-là, et ainsi ne pas faire d’ombre à Super Mario Sunshine qui sortait quelques mois après.

Le temps fait bien les choses

La bonne réputation de Luigi’s Mansion s’est donc installée avec les années, mais elle n’est pas seulement à imputer à la présence de Luigi dans le casting. Non, car c’est aussi et avant tout un bon jeu. Il est vrai qu’on traverse l’aventure assez rapidement, en à peine une poignée d’heures si on ne flâne pas trop. Ce serait pourtant renier tout le plaisir qu’on ressent en maniant notre héros vert peureux. Il y a un léger fond horrifique, mais c’est surtout l’atmosphère hautement humoristique qui contribue fortement au charme du jeu. Qu’on se soit lancé dedans au moment de sa sortie ou plusieurs années après, il est toujours aussi facile de se laisser happer dedans. Contrairement à d’autres jeux en 3D de l’époque, la réalisation cartoonesque de Luigi’s Mansion fait en sorte qu’il n’a pas trop mal vieilli.

L’évolution de certains genres fait qu’on a parfois du mal à revenir sur des titres qui ont pris quelques années dans les dents. Notamment au niveau de la jouabilité quand il s’agit d’un jeu d’action en 3D. Force est de constater que ce n’est pas du tout le cas avec Luigi’s Mansion. Il faut dire que la maniabilité du personnage est d’une grande facilité et il en va de même pour les mécaniques qui enrobent le jeu. Parodie d’un célèbre long-métrage de cinéma, l’aspirateur de Luigi servant à capturer des fantômes est aussi un moyen de fouiller les décors à la recherche de trésors, histoire de faire monter un peu le score final d’une zone. L’expérience est en toute simplicité et appuyée par l’apparence parfois ridicule des spectres, apportant au passage encore un peu plus d’humour à l’ensemble.

Il fallait une suite de toute urgence

Le mois de sortie de la GameCube n’était pas spécialement accompagné par de grands titres, même si on peut quand même énumérer Crazy Taxi et Wave Race. C’est en partie ce qui a permis à Luigi’s Mansion de faire des ventes records durant sa première semaine de commercialisation, atteignant au total 3,3 millions de ventes, avec pas loin de 2,2 millions rien qu’en Amérique du Nord. Il sera d’ailleurs un des premiers jeux de la gamme “Player’s Choice” sur GameCube, une série de jeux à petits prix.

Malgré tout, il faudra attendre quelques années et le passage de plusieurs consoles avant que Nintendo se décide à offrir une suite à la licence. C’est ce qui arriva en mars 2013 avec Luigi’s Mansion: Dark to the Moon. Un deuxième opus qui a un peu surpris les fans du premier, avec une orientation plus tournée vers la réflexion et l’exploration. On reste dans quelque chose de classique, avec la chasse aux fantômes, mais tout est rehaussé. C’est pas loin de cinq manoirs qu’on doit visiter cette fois, en remplissant divers objectifs. Le nombre de fantômes est varié et on n’hésite pas à nous surprendre avec des entités toutes plus marrantes les unes que les autres. Le contenu en solo est dantesque, avec des secrets à dénicher de tous les côtés, mais en plus Dark Moon se greffe d’un mode multijoueur vraiment sympathique.

En octobre 2018, c’est le jeu d’origine sur GameCube qui bénéficie d’un remake sur Nintendo 3DS. Techniquement plus abouti que sur console de salon, le jeu a subi un petit dépoussiérage graphique, notamment avec l’ajout de nouveaux éléments dans les décors. Même si le plaisir reste inchangé, il est dommage de voir que le changement principal, qui est le mode coopération à deux joueurs, reste très limité. En plus de devoir posséder sa propre cartouche du jeu, le deuxième joueur est obligé de suivre Luigi et ses interactions sont limitées. Il lui est impossible de ramasser des clés ou de résoudre certaines énigmes. Le seul changement notable, c’est que ce remake intègre une deuxième quête (déjà disponible sur GameCube), mais avec cette fois une difficulté rehaussée qui était jusqu’alors seulement disponible dans la version PAL de Luigi’s Mansion.

On en veut encore plus

On ne peut pas dire que Luigi’s Mansion est une licence à part dans l’univers de Nintendo, mais contrairement à Mario, dont l’image est utilisée dans une multitude de séries, cela reste quand même particulier de pouvoir diriger notre ami Luigi. Alors, quand en plus les jeux en question ont une multitude de qualité et proposent un humour désopilant, ce serait dommage de bouder notre plaisir. Notamment car il aura fallu attendre plus d’une dizaine d’années avant que Nintendo se décide à profiter de la nostalgie qui entoure cette licence pour nous gratifier de nouveaux épisodes. Il ne reste plus qu’à espérer que Luigi’s Mansion 3 sur Nintendo Switch nous en mette plein la vue, et que la série ne s’arrête pas en si bon chemin.

Commentez cet article