bell cause

Les jeux vidéo au secours de notre santé mentale

Les jeux vidéo n’ont malheureusement pas bonne réputation dans les médias. L’accent est plus souvent mis sur la violence qu’ils peuvent contenir ou leur potentiel addictif.

Illustrations par Marianne Vincent.

C’est un média qui se voit démonisé alors qu’il s’agit à la base d’une forme d’art ou de divertissement excessivement vaste et variée, qui mérite que l’on s’attarde à son apport positif dans notre société. Plusieurs études ayant entre autre démontré que certains types de jeux peuvent être d’une grande aide en santé mentale, l’approche de la journée Bell Cause m’a donnée envie d’en savoir plus sur cet aspect encore méconnu.

Mon idée de base était de vous raconter l’histoire d’une personne au prise avec des troubles mentaux et dont la vie a changée positivement grâce à un jeu vidéo. Je me suis donc tournée vers les réseaux sociaux afin de dénicher cette personne spéciale. À ma grande surprise, à peine quelques minutes plus tard, ma messagerie débordait de témoignages tous plus touchants les uns que les autres. Voici donc un condensé de toutes ces belles histoires de vies transformées grâce aux méchants jeux vidéo.

Sentiment d’accomplissement

Pour plusieurs, le plus grand combat de la dépression est de se sentir utile. Comme s’il fallait justifier notre droit à l’espace que l’on occupe sur Terre. Ce qui n’est pas aisé lorsque l’on n’arrive plus à sortir de son lit ou de son pyjama. Les divertissements qui s’offrent à nous deviennent limités et peu engageants, surtout avec le manque de motivation et de concentration. C’est là que les jeux vidéo deviennent une planche de salut. Non seulement ils permettent de se divertir tout en restant dans un état participatif, mais, comme la plupart fonctionnent avec un système de récompenses, ils permettent une gratification instantanée qui influence la production de sérotonine.

bell cause

Résultat, notre cerveau reste actif et ressent à nouveau de la satisfaction. Une fois cette dynamique enclenchée, le fait d’avoir envie de continuer sa partie, de relever un défi, de battre son record ou tout simplement de revivre ces bons moments donne une nouvelle raison de se lever le matin. Cela peut sembler minime, mais pour une personne au bout du rouleau, il s’agit d’un pas énorme.

L’importance du contact humain

Dans la même veine, sortir de chez soi devient une tâche très lourde lorsque l’énergie nous manque. Que ce soit pour cause de maladie mentale, repos forcé, deuil ou tout autre obstacle de la vie. L’humain a toutefois besoin de contacts, au moins de temps en temps, pour s’épanouir. Avec la venue des jeux en ligne, les gens pour qui socialiser est plus ardu peuvent maintenant se faire des ami.es, se créer une communauté, dans le confort de leur salon. Il existe une multitude d’histoires d’amitiés développées en ligne et qui ont changé des vies. Il est faux de croire que ces amitiés ont moins de valeur que celles créées « dans la vraie vie ». Tout dépend de leur impact sur nous.

Zen, le jeu vidéo ?

Lorsque l’on parle de jeux vidéos, on pense automatiquement à des fusils, une course de voiture ou une mission truffée de monstres à combattre. Pourtant, les jeux narratifs, de type puzzles et d’exploration ont de plus en plus la cote. S’il peut être valorisant de tuer des méchants ou d’arriver en première place d’une course sur un arc-en-ciel, il est possible de choisir un divertissement loin de tout ce stress. Il a été prouvé que le magnifique jeu Gris pouvait calmer les crises d’anxiété de par sa mécanique lente et fluide. Comme l’histoire porte sur le deuil, ce peut être un excellent moyen de passer à l’étape suivante du processus.

Le jeu narratif Gone Home a également donné les mêmes résultats, en plus de posséder une narrative inclusive. La franchise mobile Monument Valley est sortie gagnante d’une étude sur l’aide à l’hyper focus et la concentration chez les gens atteints de troubles du déficit d’attention. Medworks Media a d’ailleurs établi une liste de jeux et applications adaptés au déficit d’attention, que vous pouvez consulter en ligne. Quant à Proteus, jeu simpliste basé sur les sons et les couleurs, il a su calmer des gens en crise de panique ou dans un moment d’anxiété sociale. Et ce ne sont là que quelques exemples. Les studios sont de plus en plus sensibles aux réalités différentes de leurs joueurs et commencent à penser leurs créations en conséquence.

Le jeu, outil de thérapie

Face à ces constats, plusieurs studios et groupes de recherche ont décidé de mettre les nouvelles technologies au service de la médecine. Notamment, en plus d’offrir une possibilité d’évasion virtuelle, le VR a également ouvert plusieurs portes pour la recherche sur la gestion du stress et de la douleur chez les jeunes patients. Des applications, comme Gong, ont vu le jour afin d’aider les patients aphasiques à communiquer. Le projet EVO a été évalué par des firmes de chercheurs, qui ont conclu que l’application aide grandement les habiletés cognitives et moteurs des enfants autistes ou avec certains troubles d’apprentissage, comme le rapporte un article de Blacknut Le mag datant de janvier 2019. La gamification de la science nous apporte déjà énormément, et nous n’en sommes qu’à ses débuts.

Pour une communauté en santé

J’aurais aimé rendre le tout plus personnel. Vous parler de chaque individu et de comment sa vie a été améliorée drastiquement ou même sauvée grâce aux jeux vidéo. Comme Sarah, à qui Kirby a appris qu’il est possible d’échouer et de se relever aussi souvent qu’il le faudra. Blaise, pour qui le bruit de la mer dans Assassin’s Creed: Blackflag a aidé à faire le deuil de sa grand-mère, loin de lui dans sa ville natale française. Ou Julien, pour qui la carrière de ses rêves s’est avérée réalisable grâce à Mario, et la vie bien plus douce grâce à son ami Link. Mais je soupçonne que plusieurs d’entre vous en faites partie, que vous l’avez observé autour de vous.

J’ai le souhait que ce monde merveilleux qu’est le jeu vidéo gagne enfin ses lettres de noblesse, pour tout le bonheur et les bienfaits qu’il peut nous apporter. Je souhaite surtout que le tabou entourant la santé mentale soit levé. Nous avons tou.tes à un moment ou à un autre besoin d’aide, que ce soit par la médecine, notre entourage ou encore un plombier moustachu roulant sur une tabarli de carapace bleue. Alors, s’il vous plait, gens de cette belle communauté, si ça feel pas, faites signe.

Commentez cet article