Les 10 moments marquants du esport en 2018

De victoires surprises à la performance dominante de certaines équipes, en passant par le lancement d’une ambitieuse nouvelle ligue, la dernière année a été forte en émotions dans le monde du esport.  Maintenant que 2018 est derrière nous, il est temps de revenir sur les moments les plus marquants des douze derniers mois.

10 – Plus de 440 000 spectateurs sont témoins de la naissance de l’Overwatch League

L’Overwatch League (OWL), qui a fait ses débuts l’hiver dernier, représente un jalon important dans l’industrie du esport. Avec ses équipes franchisées et rattachées à des villes comme Londres et Philadelphie, c’est la ligue de sport électronique qui ressemble le plus à celles des sports traditionnels. Son lancement était donc suivi de près tant par les amateurs que par les différents acteurs du esport, curieux de voir si ce modèle est viable.

S’il est trop tôt pour savoir si la ligue sera un succès à long terme, on peut dire que ses premiers pas ont été réussis, alors que la première diffusion Twitch affichait à son zénith plus de 440 000 spectateurs simultanés.

La ligue reprendra ses activités en 2019 forte de huit nouvelles équipes, dont une à Toronto et une autre à Vancouver.

9 – Un jeune de 16 ans détrône le septuple champion du monde de Tetris

Depuis 2010, un championnat du monde de la version classique de Tetris est organisé aux États-Unis. Au cours de ses huit premières années d’existence, le tournoi a été remporté à sept reprises par l’Américain Jonas Neubauer.

Cette année, cependant, Neubauer affrontait en finale un nouvel adversaire, le jeune Joseph Saelee, âgé de seulement 16 ans (Saelee est né 12 ans après la sortie du jeu!). Contrairement à la plupart des joueurs de haut niveau de Tetris qui gardent les flèches de gauche ou de droite enfoncées pour diriger les pièces, Saelee emploient une technique appelée hypertapping, qui consiste à appuyer excessivement rapidement sur les flèches (plus de dix fois par secondes), ce qui lui permet de faire certaines manœuvres impossibles à réaliser avec une méthode classique.

Saelee a balayé la finale trois de cinq pour causer la surprise et mettre la main sur le titre de champion du monde de Tetris.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur cette compétition de Tetris, nous vous invitons à consulter cette vidéo qui explique bien comment le score fonctionne et quelles stratégies les joueurs emploient.

8 – Les Coréens trébuchent aux Worlds de LoL; Cloud9 en demi-finales

Puisqu’une équipe sud-coréenne a remporté le championnat du monde de League of Legends chaque année depuis 2013, la question sur toutes les lèvres cette année était de savoir si les Chinois de Royal Never Give Up, vainqueurs du Mid-Season Invitational, arriveraient à surpasser les trois représentants de la Corée pour mettre la main sur le titre.

Or, le tournoi de LoL le plus prestigieux de l’année a pris une tournure dramatique lors des quarts de finale alors que dans chacune des séries, l’équipe favorite a été éliminée du tournoi. Plus surprenant encore, trois équipes de la LCS (FNATIC, Vitality et Cloud9), se sont qualifiées pour les demi-finales, du jamais vu depuis la saison 1 de LoL.

La présence de Cloud9 était particulièrement remarquable, non seulement parce qu’il s’agissait de la première apparition d’une équipe nord-américaine en demi-finales en sept ans, mais aussi parce que les joueurs de C9 étaient bons derniers dans la NA LCS après les cinq premières semaines de la saison d’été!

Malheureusement pour les fans occidentaux, c’est l’équipe chinoise Invictus Gaming qui a finalement remporté ce tournoi fort en rebondissements en disposant facilement de FNATIC 3-0 lors de la finale.

7 – Cloud9 devient la première équipe nord-américaine à remporter un majeur de CS:GO

Historiquement, les équipes nord-américaines n’ont jamais été dominantes à CS:GO. Outre une rare apparition de Team Liquid en finale d’un tournoi majeur en 2016, les équipes du continent n’ont jamais été considérées comme de sérieuses prétendantes au titre.

Pour cette raison, les fans nord-américains se souviendront longtemps  de la victoire surprise de Cloud9 au tournoi majeur de Boston en janvier 2018, non seulement parce qu’il s’agissait d’un moment historique, mais aussi parce que la finale contre l’équipe légendaire Faze Clan a été chaudement disputée, se terminant en prolongation lors du match ultime.

Cette victoire marquait le début d’une année de rêve pour C9 à travers plusieurs jeux : demi-finale des Worlds à LoL, champions de la saison 6 de Rocket League, victoire de leur équipe, le London Spitfire, dans la OWL… Ces succès ont permis à C9 de mettre la main sur le trophée d’organisation esports de l’année lors de la remise des Esports Awards 2018.

6 – L’incroyable finale de Rocket League entre NRG et Dignitas

Difficile d’imaginer une finale plus enlevante que celle opposant NRG à Dignitas en grande finale de la saison 5 de Rocket League. Dans le septième match d’un quatre de sept, les deux équipes avaient deux buts chacune alors qu’il ne restait qu’une dizaine de secondes à la partie. Avec quatre petites secondes à jouer, le joueur de Dignitas Turboplasta a sauté sur un rebond devant le filet pour donner une avance de 3-2 à son équipe.

Il ne fallait toutefois pas compter NRG battu pour autant! À RL, un match ne se termine pas tant que le ballon n’a pas touché le sol, et étant donné la nature pour le moins aérienne du jeu, cela peut ajouter de nombreuses secondes à la partie une fois que le temps règlementaire s’est écoulé. NRG a profité de ce moment pour jongler le ballon à plusieurs reprises, gardant les spectateurs sur le bord de leur siège, avant de finalement marqué un spectaculaire but pour égaliser la marque et forcer une prolongation.

Le scénario de rêve ne s’est finalement pas matérialisé puisque Dignitas a marqué 22 secondes plus tard pour remporter les grands honneurs, mais cette finale restera tout de même marquée dans les esprits comme le meilleur moment compétitif dans l’histoire de Rocket League.

5 – Astralis adopte Nuke et domine la scène de CS:GO

Si les succès de l’équipe CS:GO de Cloud9 ont été brefs, on ne peut en dire autant de ceux d’Astralis. L’équipe danoise a connu une année de rêve en remportant pas moins de sept tournois majeurs en 2018, un succès hors de l’ordinaire dans l’univers ultra-compétitif de CS:GO.  On n’avait pas vu une telle domination depuis les belles années de Ninjas in Pyjamas, tout de suite après la sortie du jeu, en 2012.

Astralis a réussi cet exploit notamment en s’appropriant la carte Nuke, une carte mal-aimée de la scène compétitive en raison de sa verticalité (les deux sites pour planter la bombe sont situés l’un sur l’autre). En maîtrisant cette carte souvent bannie lors des matchs compétitifs, l’équipe a réussi à remporter pas moins de 26 matchs consécutifs sur cette carte, forçant les autres équipes à modifier leur approche afin de pouvoir rivaliser avec eux.

Related image

4 – Sonic Fox remporte deux titres à Dragon Ball FighterZ et Injustice 2

Rares sont les athlètes, esportifs ou traditionnels, qui réussissent à dominer dans différentes disciplines. C’est pourtant ce que réussit à faire année après année l’américain Dominique « SonixFox » McLean.

En 2018, SonicFox a porté à 5 son nombre de titres à vie à l’EVO, le plus grand tournoi de jeux de combat de l’année, en mettant la main sur le trophée de Dragon Ball FighterZ, triomphant ainsi sur les 2,574 (!!!) autres joueurs inscrits au tournoi. Auparavant, McLean a été deux fois champions de l’EVO à Mortal Kombat X (2015 et 2016) et une fois à Injustice : Gods Among Us (2014).

En 2018, sa domination ne se limite toutefois pas à DBFZ : McLean a aussi remporté l’Injustice 2 Pro Series Grand Finals, se classant ainsi meilleur au monde dans deux jeux complètement différents.

SonicFox a profité de sa victoire à l’EVO pour annoncer au monde via Twitter qu’il est homosexuel, et il a terminé cette année forte en émotions en se voyant décerner le prix d’athlète de l’année aux Esports Awards 2018.

3 – Doublelift devient champion de la NA LCS quelques jours après le meurtre de sa mère

Difficile d’imaginer une histoire plus tragique que celle de Yiliang « Doublelift » Peng, le flamboyant ADC de Team Liquid, qui a appris, quelques jours seulement avant la finale printanière de la NA LCS à laquelle il devait participer, que son frère venait de poignarder à mort leur propre mère.

Fidèle à sa réputation de compétiteur acharné, Doublelift a décidé de prendre part malgré tout à la finale opposant Team Liquid à 100 Thieves. L’ADC étoile a joué à la hauteur de son talent, aidant son équipe à disposer facilement de 100 Thieves 3-0. Peng a terminé les séries éliminatoires de cette saison avec un ratio kills/deaths/assists (KDA) absurde de 35.1, cimentant du même coup son statut de superstar.

2 – Les joueurs d’OG éliminent leurs anciens coéquipiers, remportent The International

Que la victoire d’OG à The International, le plus grand tournoi de DOTA 2 de l’année ne se mérite pas la première place de notre palmarès témoigne de l’incroyable année de esports que nous avons vécue. En effet, la route d’OG vers le championnat du tournoi esport le plus payant de l’année est digne d’un scénario de film. Tenez-vous-le pour dit : lorsqu’Hollywood commencera à faire des films sur les grands moments du esport, cet épisode sera assurément le premier qu’ils retiendront tellement il est chargé émotivement.

Après avoir dû se qualifier pour le tournoi via les qualifications ouvertes, les joueurs d’OG, que personne ne voyait avoir du succès dans ce tournoi, ont affronté en demi-finales Evil Geniuses. La formation d’EG comporte alors deux anciens joueurs d’OG, s4 et Fly, qui ont quitté le navire en mai 2018 alors qu’OG éprouvait des difficultés. Ces départs avaient été très difficiles à digérer pour OG, surtout pour le joueur N0tail qui avait cofondé OG avec Fly, son ami de longue date.

OG a finalement disposé d’EG par la marque de 2-1 en demi-finale, et le regard glacial  lancé par N0tail à son ancien coéquipier Fly lors de la poignée de main en dit long sur son état d’esprit à ce moment.

OG poursuivra ensuite sur sa lancée et triomphera de justesse sur LGD-PSG par la marque de 3-2 en finales pour mettre la main sur le prix de quelque 11.2 M$ US.

Si vous souhaitez revivre cet événement en détails, vous pouvez consulter notre article complet sur The International.

1 – Serral devient le premier champion non-coréen de StarCraft II

Depuis la sortie de StarCraft 2 en 2010, les joueurs sud-coréens règnent sans partage sur ce titre de Blizzard qui, avant l’avènement des MOBAs, a pendant un moment été l’un des esports les plus en vus. De 2010 à 2017, c’est évidemment un Sud-Coréen qui a remporté le BlizzCon, le plus important tournoi de l’année, et jamais un joueur d’une autre nation n’a été un sérieux prétendant au titre. Les joueurs des autres pays sont d’ailleurs appelés sans discernement « foreigners » sur la scène SC 2, un symbole évident de la mainmise coréenne sur le titre.

C’est donc un exploit exceptionnel qu’a réussi le joueur Zerg finlandais Joona « Serral » Sotala en remportant le Blizzcon en novembre, après avoir éliminé coup sur coup les vedettes coréennes Dark, Rogue et Stats. Cette victoire marque le point final d’une année couronnée de succès pour le Finlandais de 20 ans, qui a anéanti la compétition sur le circuit du World Championship Series (dont les Coréens sont exclus) tout au long de l’année, remportant chacune des quatre étapes de 2018.

Image result for serral wins

Si d’autres foreigners se sont démarqués par le passé, comme le Français Stephano ou, plus récemment, la Canadienne Scarlett, jamais un joueur de StarCraft 2 n’avait perfectionné son art au point d’être d’être considéré comme favori lorsqu’il affronte les meilleurs de la Corée du Sud.

Cette victoire tombe à point pour la scène esport de StarCraft 2, qui vit depuis quelques années une certaine renaissance, notamment grâce au passage au modèle Free to Play et à l’exclusion effective des joueurs coréens des compétitions destinées aux occidentaux (en 2015, la finale des trois saisons du WCS Americas s’est disputée entre deux joueurs coréens…). Si elle relève davantage de l’exploit individuel que d’un signe que le reste du monde est en train de combler l’écart, la victoire de Serral risque néanmoins de continuer de mousser l’intérêt pour StarCraft 2 à l’extérieur de la République de Corée.

Si vous souhaitez voir le prodige finlandais en action, nous vous recommandons fortement le visionnement de son enlevante série contre le jeune italien de 16 ans Reynor, en finale de WCS Montréal.

Sur ce, nous vous souhaitons une année esport 2019 tout aussi haut en couleur!

Commentez cet article