Le Québécois «miviens» banni du NHL GWC 2020

Le Québécois Michaël «miviens» Viens a été disqualifié du NHL Gaming World Championship 2020 dans la controverse la semaine dernière.

Source image à la une : NHL.com

« C’est de l’injustice », a-t-il lancé lors d’un entretien téléphonique avec RDS Jeux vidéo samedi.

Selon EA, «miviens» aurait triché en jouant avec un autre compte que le sien lors de la première ronde des qualifications pour ce tournoi organisé par la Ligue nationale de hockey (LNH).

«Miviens est suspendu pour avoir tenté de gagner un avantage concurrentiel injuste et incohérent avec le gameplay standard de NHL 20», écrit-on sur FaceIt.

Évidemment, ce n’était pas le genre de scénario auquel le gamer de Mirage s’était préparé en vue de ce tournoi, lui qui s’était incliné en prolongation lors des finales canadiennes l’année dernière. Dès la première ronde des qualifications cette année, «miviens» avait une fois de plus démontré de quel bois il se chauffait alors qu’il s’était classé au premier rang chez tous les compétiteurs canadiens sur XBOX One avec une fiche de 23 victoires, une défaite et une défaite en temps supplémentaire.

Il s’était même trouvé un sponsorship privé pour lui venir en aide afin de bâtir la meilleure équipe possible en Équipe de rêve pour le tournoi.

« Un de mes viewers – mon meilleur contributeur privé – m’a dit avant même que les règles ne sortent  »écoute Miv, cette année tu ne te feras pas éliminer parce que ton équipe est moins forte que les autres. Je vais te bâtir une équipe et ce n’est pas vrai qu’avec ton talent tu ne te rendras pas à Vegas », raconte-t-il au bout du fil.

Mais c’est malheureusement cette formalité qui lui a coûté sa place parmi les joueurs qualifiés.

« J’ai joué avec son compte et je n’avais pas le droit. Je n’avais aucune idée que je pouvais être banni pour ça, poursuit «miviens». Si l’argent avait été transféré sur mon compte et qu’il avait bâti l’équipe sur mon compte, plutôt que sur un autre, rien de tout ça ne serait arrivé. Mais on a décidé de faire ça de cette façon parce que je ne voulais pas lui laisser mes infos personnelles et lui, ça lui permettait de s’assurer que l’argent servait bel et bien à mon équipe et non pas à m’acheter d’autres choses.»

Mais même s’il ne voulait pas mal faire, «miviens» comprend la raison de son expulsion. Lui et Mirage prennent d’ailleurs le blâme pour ne pas avoir lu les règles de participation point par point. Là où le Québécois de 31 ans trouve la situation injuste cependant, c’est dans le fait que certains de ses adversaires ont enfreint une ou des règles  du tournoi, sans pour autant avoir été bannis de la compétition par EA. Résultat, ces derniers avancent à la prochaine étape comme si de rien n’était alors que «miviens», lui doit se résigner.

« Tous les vrais tricheurs, ceux qui font en sorte que la game ne compte pas, qui se transfèrent des joueurs entre comptes ou qui quittent devant un adversaire qu’ils pensent perdre contre, eux, ne sont pas disqualifiés, déplore-t-il, et pourtant, c’est aussi écrit noir sur blanc dans les règlements pas de dodging et pas de fixing. C’est la même chose que la règle concernant les comptes, mais la 60-70% des participants dodgent et ne se font pas bannir.»

«Si les organisateurs étaient éthiques, les règles seraient appliquées à tous les participants», a plus tard écrit «miviens» dans une longue publication faisant état de la situation sur Twitter.

Du côté de EA, on se limite au silence. Aucune communication n’a été faite à ce sujet. Même «miviens» n’en a pas été informé officiellement.

«Je l’ai appris sur Twitter par un de mes viewers qui a vu ça sur FaceIt, déplore-t-il. Il n’y a aucune communication qui est faite par la part de EA dans ce tournoi-là. J’ai l’impression que les organisateurs se sont servis de mon cas pour envoyer u message d’exemple aux autres participants puisque je suis connu dans la communauté.»

Commentez cet article