megamigs 2020

Le monde des relations publiques avec Marie Claude Bernard

Le 25 et 26 septembre prochains se déroule le volet Formations et carrières du MEGAMIGS 2020! Malgré la pandémie, c’est plus de 2000 emplois dans le secteur qui seront à combler au Québec dans les prochains mois. Lors de cet événement en ligne, les étudiants et futurs travailleurs de ce milieu pourront découvrir des conférences sur l’industrie, s’informer sur les carrières et formations possibles au Québec et discuter avec des vétérans pour des conseils de mentorat. Procurez-vous vos billets ici!

Pour témoigner de la diversité des métiers qui existent en jeu vidéo, on a décidé de faire une série d’entrevues avec des travailleurs du milieu qui nous parlent de leur métier et de leur parcours académique et professionnel, question de vous inspirer si vous aspirez à travailler dans cette industrie en constante effervescence!

On commence avec Marie Claude Bernard qui nous fait découvrir le monde des relations publiques!

Quel est exactement ton métier et poste actuel?

Je suis gestionnaire sénior des relations publiques et des événements chez Behaviour Interactif et chargée de cours à l’Université du Québec à Montréal.

Quel est ton parcours académique et professionnel?

J’ai débuté mon baccalauréat en Stratégie de productions à l’UQAM. Après un an, mon côté très pragmatique ne savait pas trop ce que je pourrais faire à la sortie des études, donc j’ai choisi d’aller travailler en communications un an, pour mieux cibler mes objectifs. J’ai donc travaillé dans un superbe organisme dédié à la réussite scolaire des adolescents. J’ai énormément grandi à travers ce rôle, et cerné que je souhaitais faire des relations publiques.

J’ai donc entamé ce bac, que j’ai complété en deux ans en continuant à travailler. J’ai ensuite fait quelques années en agence, comme environ tout le monde dans mon domaine.

Est ensuite arrivée l’opportunité de travailler en jeu vidéo, grâce à l’Alliance numérique et au MIGS! J’y ai passé trois ans, probablement les plus intenses de ma carrière, et les plus riches en émotion! C’est là que j’ai pu aller à la rencontre de l’industrie dans les conférences comme à Montréal, et développer ma passion pour l’organisation d’événements.

mega migs

Crédit image : Ubisoft

J’ai ensuite passé cinq ans chez Ubisoft Montréal, aux communications externes et aux affaires corporatives. Ubisoft est souvent vu comme une école de l’industrie, et vu son envergure, les défis ne manquent pas. J’ai pu travailler sur des lancements de jeu comme Assassin’s Creed, Far Cry ou Child of Light, autant que sur des projets de soutien aux développeurs indépendants comme la Série indie et bien d’autres. Malgré tout ce qui s’y passe ces derniers mois, je chéris mon passage, pour ce que j’ai pu y accomplir et les personnes que j’y ai rencontrées, et qui sont restées des amis.

J’ai ensuite fait un très court mandat chez Hinterland pour le lancement de The Long Dark, pour finalement aboutir au rôle qui m’occupe aujourd’hui, soit celui de gestionnaire sénior des relations publiques et des événements chez Behaviour Interactif.

En parallèle, j’enseigne les relations de presse à l’UQAM depuis un peu plus de six ans. C’est une excellente occasion de transmettre mes connaissances, mais aussi de me questionner sur les pratiques en relations publiques. Les échanges avec les étudiants sont tellement riches.

mega migs

Crédit photo : Marie Claude Bernard

As-tu eu un mentor/professeur qui a marqué ton parcours?

J’ai eu la chance d’être très bien entourée tout au long de ma carrière.

Ma toute première patronne m’a définitivement appris le protocole et la délicatesse requises dans les relations de travail avec des gens d’affaires et différents paliers de gouvernement. Sa rigueur et son souci de préserver des relations enrichissantes ont teinté tout mon parcours.

J’ai également pu travailler avec un expert du marketing et des communications durant mon passage chez Ubisoft Montréal. Son sens aiguisé de la stratégie et son œil pour les tendances m’ont vraiment marqué. Il est devenu un ami très cher.

Ces deux personnes ont joué un rôle important, mais la vérité est que depuis mes tous débuts, je suis entourée de gens extraordinaires qui me font réfléchir et me dépasser.

Comment as-tu trouvé ton emploi actuel?

De façon toute bête, en consultant les offres d’emploi! J’ai passé trois entrevues, puis j’ai été embauchée. Mon rôle a beaucoup changé en trois ans, tout comme le studio, d’ailleurs.

Dans mes trois emplois précédents, j’avais été soit référée, ou on m’avait offert un poste. Les deux types d’embauche sont différents, mais je trouve motivant d’avoir à me vendre et à démontrer la valeur que je peux avoir pour une entreprise, grâce aux RP.

À quoi ressemble une journée de travail typique pour toi?

OUF. C’est très cliché de dire qu’il n’y a pas de journée typique, mais… il n’y a pas de journée typique. Les constantes sont que je consulte l’actualité de façon maladive, que je travaille avec les équipes marketing et produit, et les partenaires externes pour concevoir des stratégies qui feront parler de nos jeux dans les médias, que j’accompagne des porte-paroles lors d’entrevues, et que j’éteins des feux. Toutes sortes de feux.

Dans les temps non-pandémiques, j’organise et j’assiste également à de nombreux événements à l’international, que ce soit pour accompagner nos porte-paroles à des entrevues, organiser des événements avec la communauté, ou pour une présence sur un plancher d’exposition.

Quelle est la réalisation dont tu es la plus fière?

Il y en a plusieurs et souvent, on s’accroche à ces moments-phares qui ont laissé des traces tangibles. C’est plus facile de s’y référer, et c’est le genre de choses pour lesquelles notre mère appelle pour nous féliciter! J’en liste quelques-uns plus bas.

Mais je suis également fière d’avoir réussi à tripler, en un an, la couverture internationale pour Dead by Daylight, alors que notre jeu en est à sa 4e année de vie!

dead by daylight

Crédit image : Behaviour

Pour les réalisations plus flashy :

  • Organisation de la conférence de presse d’Ubisoft Montréal en collaboration avec le cabinet de la Première Ministre Marois pour l’annonce d’un investissement de plusieurs centaines de millions de dollars et des centaines d’emplois
  • Mise en place de la Série indie Ubisoft en collaboration avec Banque nationale, une collaboration à travers le réseau Ubisoft et la Banque pour soutenir les développeurs de jeu indie au Canada
  • L’organisation du 4e anniversaire de Dead by Daylight, une diffusion visant à célébrer, mais également annoncer le futur du jeu, tourné et conçu en pleine pandémie, chacun chez soi, et qui a attiré trois fois plus de joueurs que l’an dernier

Quels conseils donnerais-tu à un jeune qui voudrait pratiquer le même métier?

Je lui dirais la même chose que je dis à mes étudiants du bac : consomme l’actualité, de toutes les sources, à tous les moments. Travaille à identifier les différences dans le traitement de l’information. Cela aidera à bien cibler les journalistes à qui tu t’adresseras, et plus globalement, à devenir un bon citoyen renseigné.

Ensuite, sors de ta zone de confort et assiste à des événements comme le MEGAMIGS. Va à la rencontre des gens qui font le travail que tu vises et pose-leur des questions. Il y a également des plateformes en ligne qui te permettent de le faire : Academos, LinkedIn, et même Twitter, si tu sais t’y prendre.

Après, la vérité, c’est qu’il faut se lancer. Les apprentissages académiques servent de base, mais rien ne nous prépare à la réalité des RP et des événements dans l’industrie du jeu. Alors envoie des CV, multiplie les rencontres, les entrevues, et persévère. Une fois le pied dans un studio, c’est là que le fun commence!

Commentez cet article