La DreamHack Montréal sur le toit du monde esports

Il est 19h22 lorsque le Finlandais Joona « Serral » Sotala soulève son cinquième trophée de l’année, face aux tribunes du Stade olympique dimanche dernier. Il est l’ultime champion couronné durant cette troisième édition de la DreamHack Montréal, clôturant un événement exceptionnel qui aura renforcé la métropole québécoise sur sa place dans le monde du sport électronique.

C’est donc un pari réussi sur toute la ligne pour l’équipe de DreamHack Canada avec cette troisième édition, et surtout son déménagement de la Place Bonaventure à l’enceinte olympique. Zone BYOC remplie à 1200 joueurs, billets visiteurs vendus au-delà des prévisions, les chiffres ont dépassé les espérances de Max St-Onge, chef de projet sur l’événement. Mais au-delà de la réussite commerciale, c’est surtout un accomplissement majeur sur bien des points.

Serral confirme, Cloud9 et Kinguin surprennent

Majeur, le terme n’est pas anodin, souvent employé pour classifier les compétitions esports de haut rang. Et cette DreamHack Montréal en comptait plus d’un, dont la majorité s’est déroulée sans accroc.

Comme depuis la première édition, les WCS de Starcraft II étaient le pilier central de l’événement, et occupaient la place de choix. Et le spectacle fut à la hauteur côté jeu, avec une finale incroyable opposant le tout jeune prodige italien Riccardo « Reynor » Romiti, défiant du haut de ses seize printemps l’ogre Serral. Un match qui aurait pu être la sensation de la fin de semaine, Reynor menant trois manches à deux, mais c’était sans compter sur les nerfs d’acier du Finlandais, qui a fini par l’emporter 4-3 et soulever son quatrième titre WCS en autant d’épreuve en 2018. Une suprématie jamais vue sur la scène occidentale de Starcraft II, et qui promet une BlizzCon palpitante.

De chaque côté de la scène SC2 se tenaient les deux shooters en vogue, l’ancêtre CS:GO et l’émergeant Rainbow Six: Siege. Victime d’un calendrier assassin avec le Major Faceit de Londres en vis-à-vis, le DH Open ne promettait pas grand-chose sur le papier, mais aura tout de même réservé des surprises avec la victoire de Kinguin face à Ence, les favoris Heroic passant complètement à côté de leur tournoi en sortant dès la phase de groupe.

Le tournoi de Rainbow Six quant à lui vit la première victoire majeure de Cloud9 face à Rogue, dans une compétition qui aura permis de voir en action les deux nouveaux opérateurs pour la première fois, et donc une nouvelle méta en marche pour le niveau professionnel. Un tournoi sous forme de reprise pour plusieurs équipes dont l’alignement a changé durant la pause, comme pour EG, Millenium ou encore Mock-it, depuis passés sous le giron de PENTA Esports.

La communauté du versus fighting monte sur le ring

Sur Street Fighter V, le ring de boxe était dressé pour accueillir l’élite mondiale de la discipline. Le statut Premier acquis par la compétition désormais étape majeure du Capcom Pro Tour aura permis à Montréal d’accueillir une liste impressionnante de joueurs de haut niveau, comme Problem-X, récent vainqueur de l’EVO, Momochi, NuckleDu, Punk… Mais c’est finalement le vétéran de la scène Justin Wong qui s’est imposé : une première pour l’Américain dans le CPT, et qui par la même occasion décroche son billet pour la Capcom Cup en décembre prochain.

David « JustSaiyan » Shan a également surpris sur Hearthstone, Juan « Hungrybox » Debiedma s’est promené comme prévu sur Smash Melee, et Larry « Larry Lurr » Holland a profité du désistement de dernière minute du Mexicain MKLeo pour s’emparer de la victoire devant le Montréalais Ally sur Smash 4.

Tous les résultats des tournois sur les jeux de combats sont disponibles sur smash.gg.

Enfin, les tournois de Brawlhalla et Shadowverse auront permis de donner un sérieux coup de projecteur sur ces deux scènes plutôt méconnues. Zack « Boomie » Bielamowicz s’est imposé sur le jeu de combat, tandis que Anthony “Crumsion” Doan remporte la compétition sur Shadowverse.

Les BYOC auront également proposé leur lot de spectacle : les Grizzlys, FRENCH CANADIANS, Croissant bois, Mirage Sport Électronique ont respectivement remporté les tournois de FortniteCS:GORocket League, et Overwatch.

Les Québécois en grande forme

Mais au-delà du succès de l’événement, deux tendances sont à retenir au rayon compétitif. Tout d’abord la très bonne prestation des joueurs québécois et canadiens dans de multiples tournois. Sur Starcraft II, le public aura poussé fort derrière le Montréalais Alexandru « Semper » Dimitriu, qui a réussi à se hisser jusqu’au seizièmes de finale, sa meilleure performance à ce jour, et en tombant sur sa route l’un des favoris, l’Américain Neeb.

Sur Rainbow Six, Davide “FoxA” Bucci n’est plus à présenter pour les amateurs de la scène. Le jeune Québécois a su tirer le meilleur de son équipe qui a fait preuve d’une force mentale colossale, s’imposant dans de nombreuses manches en prolongations.

Du côté de Street Fighter V, on l’a dit, la compétition était plus que féroce. Et c’est dans ce coupe-gorge que Henri “Chi-Rithy” Oung a su se glisser jusqu’au top 16, pour tomber face au finaliste de l’EVO 2017, l’Américain Punk. Chi-Rithy s’est même permis le luxe de sortir le Taïwanais Oil King, récent vainqueur du Final Fighters China. Satisfaisant pour le vétéran de la scène, dans un tournoi aux multiples surprises, comme il nous le détaille ici.

Toujours au rayon jeux de combat, Elliot “Ally” Carroza n’a pas perdu de sa superbe, malgré son passage en semi-inactivité depuis quelques mois. Il s’impose en duo avec Zack “CaptainZack” Lauth, et surtout termine deuxième en individuel, s’inclinant face à Larry Lurr. Un résultat positif pour le Montréalais qui se ressource avant la sortie d’Ultimate, comme expliqué en entrevue après la finale. N’oublions pas Kelsy “SuperGirlKels” Medeiros, cinquième en single comme en double. Enfin, c’est Julien “DocPwn” Bachand qui est sorti de sa boite sur Hearthstone, terminant dans le top8, là où on attendait plutôt Monsanto ou Cydonia.

De très bons résultats pour les joueurs de la province donc, tant du côté des vétérans comme Ally ou Chi-Rithy que des jeunes talents.

Les joueuses marquent des points

La seconde tendance à noter est d’actualité : la place des femmes dans l’esports est sujette à de nombreux débats quant à leur inclusion, et comment mettre fin au “boys club” qu’est trop souvent la discipline. Cette DreamHack Montréal aura mis en valeur plusieurs joueuses de talent, à commencer bien entendu par sa porte-parole, Stéphanie Harvey, qui aura dépensé son énergie sans compter cette fin de semaine pour remplir son rôle, et rencontrer la communauté.

On pense bien entendu à Sasha “Scarlett” Hostyn, l’incroyable joueuse Zerg qui aura tenu la dragée haute au champion Serral en quarts de finale. Elle aura vendu chèrement sa peau, alternant des stratégies risquées, seul moyen pour faire trembler le Finlandais. Sa défaite en quart de finale signifie malheureusement que l’Ontarienne ne sera pas à la BlizzCon en novembre. L’ultime compétition de l’année continue à lui échapper, faute de régularité dans ses résultats.

De son côté, SuperGirlKels continue sa bonne progression sur les échelons de Super Smash Wii U, et l’équipe féminine d’Overwatch Sailor Scout tient toujours le flambeau.

Mais la performance féminine majuscule est venue de Lauren « Goddess » Williams, membre de Cloud9 sur Rainbow Six: Siege. Une victoire dans une compétition majeure, et dans une équipe mixte est un fait rare, et qui mérite d’être souligné. Si la parité n’est certainement pas pour demain, Goddess, Scarlett, et SGK inspireront certainement plus d’une joueuse à plonger dans l’univers compétitif.

Des DreamHack-tivités à foison

En marge des compétitions, les activités étaient nombreuses. La zone indie Loto-Québec avec plus d’une vingtaine de studios indépendants regorgeait de pépites, et l’espace Nintendo proposait de mettre les mains en avant-première sur le tant attendu Super Smash Bros Ultimate, pour la dernière fois au Québec avant sa sortie le 7 décembre prochain. Une quantité impressionnante de PC et consoles étaient disponibles en libre accès, et une zone marchande bien remplie avaient de quoi occuper visiteurs comme compétiteurs.

Le marathon de speedrun NoReset a une fois de plus brisé ses propres records, atteignant 6118$ de dons pour le centre de Répit St Louis, et franchissant la barre symbolique du million de vues sur Twitch. La diffusion en direct a même passé allègrement la barre des 8000 spectateurs lors de son passage en page principale du site. Une belle réussite pour l’organisation qui continue de grossir et améliorer son contenu à chaque nouvel événement.