Hearthstone au LAN ETS: anatomie d’une victoire

Un Ontarien a bien failli remporter pour une deuxième année consécutive le tournoi de Hearthstone du LAN ETS, mais heureusement pour la fierté de la scène québécoise, un joueur de la province est venu mettre fin à ses espoirs : moi! Vous m’excuserez, je l’espère, l’autopromotion assumée, mais il est difficile de faire un compte-rendu du tournoi de Hearthstone sans parler de son gagnant…

J’ai donc vaincu en finale du tournoi Mitchell « Biz778 » Bizjak, un compétiteur de 21 ans venu d’Oshawa pour prendre part au LAN ETS. Inconnu de la scène locale, ce membre du club de gaming des Lords du Durham College a causé la surprise de la fin de semaine en se frayant un chemin jusqu’au top 2 du tournoi. Il a vaincu sur son chemin, en demi-finales, Alexis « Ouate » Tremblay, le joueur de PsykoPaths Gaming qui était le seul compétiteur à être invaincu à l’issu des six rondes du tournoi Suisse de samedi.

Ouate a finalement terminé au troisième rang, juste devant un autre des favoris, Gouletateur. Trois des quatre favoris que j’avais identifiés avant le tournoi (Luker, Ouate, Gouletateur et moi-même) se sont donc retrouvés parmi le top 4 sur 56 joueurs. Cela démontre, une fois encore, que malgré la mauvaise réputation de jeu qui repose avant tout sur le hasard que traîne Hearthstone, les meilleurs joueurs tendent tout de même fortement à se retrouver parmi le peloton de tête.

Le top 4 du tournoi. Photos: Voltaic Photo

Anatomie d’un alignement gagnant : the face is the place

Pour ce tournoi en format trois de cinq, Last Hero Standing (LHS), j’avais opté pour un alignement qui contient deux decks agressifs : Midrange Hunter, Even Paladin, Wall Priest et Quest Odd Warrior. Comment en suis-je arrivé à cette décision?

Il y a plusieurs façons différentes de construire un alignement de LHS. Dans ce cas-ci, j’ai commencé par identifier deux decks que je souhaitais absolument jouer, soit Midrange Hunter et Wall Priest. Ces decks ont été choisis parce qu’ils sont simplement très efficaces peu importe ce qu’ils affrontent, et qu’ils sont donc difficiles à contrer, même lorsqu’on essaie spécifiquement de les cibler.

L’alignement gagnant du tournoi

Comme je m’attendais à ce que la méta soit lente en raison de la mise à jour parue mardi dernier qui a affaiblit plusieurs decks agressifs (Hunter, Even Paladin, Even Shaman), j’ai choisi d’amener un deuxième deck agressif permettant de battre de vitesse les decks combos comme Clone Priest, Hakkar Druid et Mecha’thun Warlock. J’ai donc ajouté Even Paladin aux decks que je souhaitais amener.

À ce stade, tous les decks que j’ai identifés sont faibles contre Odd Paladin. Il était donc évident que je devais exclure en priorité celui-ci, ce qui m’oblige à laisser mon adversaire jouer Hunter. Le dernier deck de mon alignement avait par conséquent presqu’unique fonction de contrer Midrange Hunter, et c’est pourquoi Odd Quest Warrior est venu terminer le quatuor.

Au final, la stratégie s’est avérée payante puisque la plupart de mes adversaires avaient plutôt choisi d’exclure Prêtre et n’étaient donc pas outillés pour affronter deux decks agressifs, surtout que plusieurs d’entre eux comptaient sur leur Odd Paladin pour jouer ce rôle. Comme c’est souvent le cas avec Hearthstone, j’avais donc un avantage avant même que la première carte ne soit jouée.

Gouletateur, que j’ai affronté en demi-finales, semble avoir fait une lecture semblable puisqu’il a opté pour un alignement avec trois decks agressifs, et il a lui aussi obtenu du succès avec cette stratégie.

Dure fin de semaine pour Mage et Shaman

Les statistiques agrégées du tournoi montrent une claire division entre les classes : tandis que Warrior, Hunter, Priest, Paladin et Druid ont tous entre 52% et 55% de taux de victoire, Warlock (47%), Rogue (42%), Mage (33%) et Shaman (33%) ont connu une fin de semaine difficile.

Peu de grandes surprises de ce côté, donc, si ce n’est de la contre-performance d’aggro odd Mage qui performe pourtant bien sur le ladder en raison de sa capacité à battre régulièrement midrange Hunter.

Puisque c’est la saison morte du côté de la scène compétitive de Hearthstone, peu de tournois sont en vue au Québec. Il y aura un tournoi d’HS au Polybash le 3 mars et un autre, avec des prix d’une valeur totale de 4000$, dans le cadre de la convention Geek-it, les 6 et 7 avril.

Commentez cet article