stadia

Google Stadia : impressionnant, mais soyons patients

En amont du E3 2019, Google a surpris tout le monde en annonçant Stadia, une nouvelle plateforme de gaming sans console physique qui permettrait de jouer aux plus gros titres sur le marché en streaming. On a finalement eu la chance de tester les promesses de Google.

Les bonnes nouvelles

Est-ce que ça fonctionne bien? Oui. A-t-on l’impression de jouer en streaming? Non. Franchement, le premier mot qui vient en tête est : impressionnant. Avoir une expérience de gameplay agréable en streaming, c’est possible, et Stadia le prouve. C’est parfait? Bien sûr que non, et la qualité de l’expérience est tributaire de la qualité de votre connexion Internet. Si vous avez déjà des problèmes avec votre Internet, Stadia ne fera pas de miracle.

Commençons par l’installation. J’ai installé le Chromecast Ultra et relié la manette à ce dernier, tout en créant mon compte Stadia sans aucun problème. Ce qui peut nous laisser perplexe est la quantité d’écrans et d’applications différentes que ça prend, notamment l’application Google Home pour installer le Chromecast, puis l’application Stadia pour le reste. Heureusement, en suivant les instructions, je n’ai rencontré aucun problème ou directive obtuse. L’installation m’a pris un gros 10 minutes et vu que les jeux ne requièrent aucun téléchargement ou installation, je jouais à Destiny 2 et Mortal Kombat 11 en un rien de temps.

Y a-t-il de la latence? Les yeux expérimentés de joueurs compétitifs verront la latence que Google avait annoncée, soit 30 millisecondes. À mes yeux, je ne remarque pas d’importante latence. Cela ne veut pas dire que je n’ai pas rencontré quelques bogues techniques, notamment des ralentissements ici et là et une importante désynchronisation du son sur Mortal Kombat 11.

J’ai testé Stadia sur une télévision avec le Chromecast, sur un ordinateur de bureau et sur un téléphone Android Pixel A3. La manette Stadia sur télévision et mobile, clavier et souris sur ordinateur (pour Destiny 2). Sans aucun problème, j’ai pu reprendre mes parties sans perdre de progression en passant d’une plateforme à l’autre. J’ai vécu le plus de problèmes techniques sur mobile, alors que je perdais ma connexion inexplicablement. Heureusement, on a 5 minutes pour relancer le jeu et reprendre exactement où on était.

Au niveau de la bibliothèque de jeux, l’offre de lancement initialement maigre de Stadia a été bonifiée à la dernière seconde pour offrir maintenant plus d’une vingtaine de titres, avec quelques autres qui vont se rajouter en décembre. Pas de grande nouveauté, pas de killer app exclusif, mais une offre solide. Tout comme la Nintendo Switch et sa portabilité, les ports de jeux sur Stadia arrivent avec la plus-value de pouvoir les jouer différemment; par exemple jouer sur PC à Red Dead Redemption 2 sur un PC moyen, ou même y jouer en mode portable sur mobile avec la monture pour la manette.

Et la manette? Une sorte de proposition hybride entre la manette Xbox One, la dualshock de Sony et la Pro de Nintendo. Un peu lourde et un peu grande pour moi personnellement, mais je m’y suis fait et je la trouve assez confortable.

Les mauvaises nouvelles

Google Stadia a été annoncé avec les promesses de l’instantanéité et l’accessibilité. L’instantanéité est là, mais pas tout à fait l’accessibilité. En ce moment, c’est seulement en achetant un bundle ou avec un buddy pass qu’on peut avoir un code d’activation pour créer un compte Stadia. Même si vous disposez déjà d’un Chromecast Ultra, vous ne pourrez pas l’utiliser pour Stadia, pas avant qu’une mise à jour soit disponible pour le rendre compatible. Aussi, le modèle gratuit n’est pas encore disponible, il faut absolument avoir un abonnement payant Stadia Pro.

Aussi, c’est un Stadia « squelettique » qui est en ce moment disponible, avec bon nombre de fonctionnalités promises qui sont manquantes. Ce n’est pas cependant une raison pour perdre espoir; Google a déjà annoncé une série de mises à jour hebdomadaires dès la première semaine qui vont éventuellement compléter l’offre réelle de Stadia. Somme toute, on a affaire à une sorte de soft launch, sans doute pour être en première ligne des offres de plateformes streaming qui vont commencer à se multiplier, ou dans le cas de Playstation Now, bénéficier d’une tentative de résurrection par Sony.

chromecast

Verdict?

Stadia est une plateforme impressionnante et je n’ai aucun doute qu’elle va désormais faire partie de mon quotidien en tant que joueur. C’est un game changer pour mes habitudes. Si vous êtes un joueur compétitif et que pour vous chaque milliseconde et chaque frame compte dans un contexte joueur vs joueur, Stadia n’est probablement pas pour vous. Pour l’instant, Stadia brille surtout dans des jeux d’aventure en solo ou en multijoueur PVE comme Destiny 2.

J’ai particulièrement apprécié le jeu Gylt, une exclusivité Stadia. J’en ferai la critique dans un prochain article.

On n’y est pas encore tout à fait en termes de ce que Stadia peut être, mais je suis confiant qu’on va s’y rendre et que la pression de la compétition imminente, notamment le XCloud de Microsoft, poussera Google à mettre la barre haute. Si le but de Stadia était de me convaincre que l’avenir est dans les nuages, on peut dire mission accomplie, même s’il faudra être patient pour l’expérience complète.

Commentez cet article