Critique Fire Emblem : Three Houses review

Fire Emblem : Three Houses – une aventure sous plusieurs angles

Nintendo frappe un grand coup avec son nouveau jeu de rôle tactique Fire Emblem: Three houses. Ce nouvel opus a été publicisé par Nintendo comme étant un jeu où chacun de vos choix compte. C’est bien plus que s’associer à l’une des trois maisons et l’influence de cette décision sur les événements. Vous allez aussi devoir gérer les batailles, guider vos élèves dans leur éducation et vous attirer le soutien des différents résidents de l’Académie des officiers. Est-ce qu’être un enseignant et un maître de la stratégie guerrière est pour vous? Pour faire suite à notre précédente présentation du jeu, voici une analyse approfondie qui vous permettra de le savoir.

Une histoire qui n’en finit plus de nous épater

En commençant notre aventure, nous aurons l’option de choisir le sexe de notre héros, ce qui influencera plusieurs interactions avec les personnages que vous rencontrerez, mais pas le déroulement général de l’histoire. Vous serez alors approché par Sothis, une jeune femme amnésique qui semble vivre dans votre subconscient (ça va, on a déjà vu plus étrange). C’est elle qui vous questionnera sur votre identité, car l’on sait peu de choses du héros, outre que vous êtes un mercenaire qui travaille avec son père. Dès le début, vous rencontrerez Dimitri, Claude et Edelgard, les trois représentants des différentes puissances du continent. Pour les avoir aidés, vous serez invité au monastère de l’Ordre de Seiros où vous deviendrez enseignant à l’Académie des Officiers. Même si l’on connaît très peu de choses sur les origines du héros, il est clair qu’il est voué à un grand destin et que son passé est plus complexe qu’il n’y paraît.

Nous arrivons donc dans un univers très politisé où de nombreuses organisations tentent de ravir le pouvoir. C’est ce tissu d’intrigues qui est le plus mémorable de Fire Emblem: Three Houses et qui amènera sans cesse la question suivante: si je m’étais allié à quelqu’un d’autre, que serait-il arrivé? Le jeu nous met à quelques reprises devant des décisions qui changeront complètement le cours de l’histoire et la première, c’est le choix de la maison que vous voudrez aider. En plus de cet environnement en ébullition, chaque personnage a son histoire qui doit être découverte au travers de ses interactions avec les autres. Les personnages qui combattent et interagissent ensemble gagneront des points de soutien et lorsqu’ils en auront assez, une cinématique vous permettra de mieux les connaître.

Critique Fire Emblem : Three Houses review

Fire Emblem: Three Houses commence lentement, très lentement, pour vous permettre de bien vous familiariser avec le monastère et tous ses habitants. D’un mois à l’autre, l’intrigue s’installe avec de nouveaux protagonistes. Par contre, environ au milieu du jeu, un événement majeur changera complètement ce qui est en place et vous serez forcé de faire un choix: vous devrez suivre l’une des puissances en place et l’épauler dans ses desseins. Aurez-vous forgé assez de liens avec les différents personnages pour qu’ils vous assistent, ou les retrouverez-vous sur le champ de bataille comme ennemis? Toutes vos décisions comptent, vous allez vous en rendre compte bien assez vite.

Un jeu qui peut être moins difficile que les autres de la série

La série Fire Emblem est reconnue pour être brutale au niveau de sa difficulté. Cette réputation a une raison : la mort de vos personnages est permanente. Pour Fire Emblem: Three Houses, les choses sont présentées différemment. Vous devrez tout d’abord choisir une difficulté et après, vous pourrez choisir si vous voulez que la mort soit permanente ou non. La difficulté dite normale est parfaite pour les joueurs débutants ou peu expérimentés dans les jeux de rôle tactiques, puisqu’elle permet de faire des erreurs qui ne vous forceront pas à recommencer à partir d’une sauvegarde précédente. Si cette erreur a eu lieu en combat, une nouvelle mécanique appelée l’Impulsion Divine pourra vous aider, puisqu’elle permet de revenir en arrière et de refaire vos actions différemment. Son usage est limité, mais vous pourrez l’augmenter en accomplissant certaines actions dans le monastère.

L’histoire d’une seule des factions, si vous ne sautez pas les cinématiques, peut facilement prendre entre 80 et 100 heures. Par chance, il y a dans le menu Options la possibilité d’accélérer certains aspects du jeu et même de complètement ignorer les animations en combat. Peu importe de quelle manière vous avez l’intention de jouer, prenez le temps de consulter ces quelques astuces qui vous éviteront d’avoir à recommencer complètement votre partie.

Apprendre, combattre et socialiser: les 3 bases du jeu

Au début de chaque mois, vous serez devant un calendrier qui vous permettra de planifier vos prochaines actions. En effet, la plupart des lundis, vous enseignerez à vos élèves. Vous aurez l’occasion de leur donner une tâche à remplir pour la semaine, de faire du tutorat particulier (ou automatique) et surtout de fixer les objectifs d’apprentissage de vos élèves. Une fois le vendredi arrivé, vous aurez un résultat de leur progression et verrez les talents choisis augmenter. C’est un moment clé pour la préparation à long terme de votre groupe et aussi un bon moyen de cibler certains étudiants afin d’améliorer la relation que vous développez avec eux.

Critique Fire Emblem : Three Houses review

Les dimanches, vous aurez quatre options, mais la majorité du temps, vous serez en train de vous battre. Chaque bataille se fait sur une grille remplie d’obstacles et d’ennemis. Avant de combattre, assurez-vous de bien préparer vos unités et votre positionnement. C’est un combat tour par tour dans lequel vous bougez toutes vos unités à la fois. La vitesse n’influence pas l’ordre des attaques, elle sert à frapper deux fois si elle dépasse celle de votre adversaire d’au moins 5. Plusieurs conditions de victoire sont possibles selon les événements qui mènent à la bataille, incluant tuer un boss, éliminer tous les ennemis ou encore atteindre une certaine position sur la carte. Si vous avez joué aux Fire Emblem précédents, vous êtes en terrain connu.

Les autres options possibles le dimanche sont le séminaire, qui augmentera les talents de certaines unités, se reposer pour rétablir la motivation de vos personnages et le quartier libre. C’est ce dernier qui permet d’explorer librement le monastère et de socialiser avec tous ceux qui s’y trouvent. Ils auront souvent des quêtes à vous confier et répondre convenablement à leurs questions augmentera vos points de relation. Vous pourrez aussi leur offrir des cadeaux ou les inviter à prendre le thé. Il y a également une panoplie d’activités à faire dans le quartier libre comme pêcher, jardiner, chanter dans la chorale, répondre à des lettres anonymes, participer à des tournois, réparer des statues, cuisiner et prendre des repas avec les autres. Certaines de ces activités demandent des points d’action, alors planifiez bien ce que vous allez faire. Ceux qui ont joué à des jeux comme Persona 5 ne seront pas trop dépaysés par cet aspect très social du jeu.

Critique Fire Emblem : Three Houses review

Les mécaniques que vous devrez maîtriser

La première chose qui impressionne dans Fire Emblem: Three Houses, c’est la quantité de possibilités qui s’offrent au joueur. Chacun des personnages peut tout apprendre s’il en a les caractéristiques nécessaires. Ce sont 35 classes pour les hommes et 31 chez les femmes qui sont proposées pour construire votre armée, sans compter les classes uniques à certains personnages. Chacune d’entre elles donnera des avantages à certaines armes ou magies en plus d’offrir des techniques uniques. Quelques-unes sont montées à cheval ou sur des pégases, ce qui change leur type de déplacement. De plus, une classe qui est maîtrisée donnera accès à une nouvelle technique qui pourra être équipée au personnage quand bon vous semble. Pour avoir accès à de nouvelles classes, vos personnages doivent avoir atteint un certain niveau de maîtrise dans différents talents. Ce n’est pas la variété qui manque pour s’adapter à votre style de combat favori.

Critique Fire Emblem : Three Houses review

Pour augmenter la maîtrise d’un talent, il y a plusieurs moyens. Le premier, c’est de l’utiliser en combat. Chaque fois que vous engagez un ennemi, l’arme ou la magie que vous utilisez gagnera des points. Lorsque vous en avez assez, vous montez en niveau de maîtrise et avez accès à de nouvelles techniques. Vous pouvez aussi accélérer l’acquisition de talents en les enseignant à vos élèves ou lors de certaines activités au monastère. Chacune des capacités offertes par vos armes ainsi que vos techniques disponibles selon vos talents ou votre classe permettent d’ajuster vos stratégies selon la bataille et de vraiment sentir que vos personnages s’améliorent.

L’équipement joue lui aussi un rôle important, puisqu’il influence beaucoup les dégâts que vous faites. Il est donc important de bien équiper vos personnages et de s’assurer que leurs armes ne vont pas bientôt briser. En effet, chaque arme a une durabilité et chaque attaque ou utilisation de capacité va la réduire. Ce n’est toutefois pas un problème puisque le jeu offre un service de forgeron qui permet de réparer et même d’améliorer nos armes.

Chacun de vos personnages peut aussi s’adjoindre une escouade qui augmentera et influencera ses caractéristiques de combat. Cette escouade permettra également de faire des attaques tactiques qui seront différentes selon le type d’escouade. Les attaques tactiques peuvent être combinées à celles de vos alliés sur le champ de bataille pour gagner en puissance.

Le mode en ligne est-il vraiment utile?

L’abonnement en ligne de Nintendo n’est pas gratuit et il n’est pas nécessaire pour profiter pleinement de Fire Emblem: Three Houses. Si par contre vous l’avez déjà, vous aurez accès à plusieurs statistiques intéressantes. Vous pourrez entre autres savoir quels personnages ont été le plus recrutés par des factions adverses, qui est le plus utilisé en combat et connaître les activités des autres pour chaque semaine. Il vous sera aussi possible de faire un échange de personnages au monastère. Le personnage d’un autre joueur vous sera donc offert avec ses propres talents et caractéristiques ainsi qu’un objet que vous pourrez récupérer pour vos propres troupes.

Dans les combats, le mode en ligne permet de recevoir des objets si un de vos personnages s’arrête à un endroit où la plupart des autres joueurs ont tué un ennemi. Ces endroits sont identifiés par des lumières dansantes violettes. Les lumières dansantes jaunes, quant à elles, sont aux endroits où des personnages sont morts régulièrement. Elles peuvent servir d’avertissement que cet endroit est plus dangereux et si un de vos personnages s’immobilise sur cette case, il recevra un bonus d’expérience et son escouade pourra récupérer en puissance.

Il reste un dernier point qui n’est pas tout à fait en lien avec un mode en ligne, mais vous devez savoir que les Amiibos ont leur place dans ce jeu. En effet, en utilisant un Amiibo, vous obtiendrez de nouvelles musiques ou des objets pour votre armée. Les Amiibos de la série Fire Emblem vous réservent peut-être même de belles surprises. Nintendo s’organise vraiment pour rentabiliser son concept dans tout ses jeux.

Critique Fire Emblem : Three Houses review

Qu’en est-il des performances et de la jouabilité?

Au niveau des graphismes, Fire Emblem: Three Houses fait le travail, sans plus. Les détails des personnages sont loin d’être les meilleurs, il y a très peu de texture dans les habits et les cheveux des personnages. Par contre, prendre une nouvelle classe changera complètement les vêtements, et donc l’apparence, des personnages autant en combat que dans le monastère. Certains événements de l’histoire influenceront aussi l’apparence des personnages et cette variété nous fait presque oublier un certain manque dans la finition et les détails. Les environnements souffrent du même problème de manque de textures. Ce n’est rien de bien grave, mais on a vu mieux sur Switch.

La musique est quant à elle superbe. Les différentes zones du monastère ont des mélodies bien distinctes, ce qui agrémente nos nombreux déplacements. Il y a aussi une belle utilisation des silences, ce qui est de plus en plus rare.  Le jeu propose d’avoir les voix en japonais ou en anglais. L’option francophone n’existe pas pour l’audio, mais le texte est entièrement traduit si vous le préférez en français.

Pendant plus de 65 heures de jeu, il n’y a eu aucun bug ou problème graphique. Il arrive rarement de croiser de mauvais angles de caméra, mais c’est le pire que nous avons vu. Les contrôles sont efficaces et les nombreux raccourcis permettent de naviguer rapidement dans les menus en peu de temps.

En conclusion

S’engager dans Fire Emblem: Three Houses, c’est vouloir vivre une palpitante aventure dans laquelle la tragédie et les rebondissements sont partout. C’est un excellent jeu de rôle tactique qui offre aux joueurs énormément de contenu. Si vous êtes nouveau dans le genre, il offre assez d’aide pour vous permettre de bien vous débrouiller en apprenant les ficelles. Déjà fan de la série? Pas de problème, vous pouvez jouer avec une difficulté augmentée pour vivre le même genre de défi qui fait la renommée des Fire Emblem. Il est fortement conseillé aux amateurs de jeux de rôle, qu’ils soient novices ou expérimentés, puisque c’est l’histoire et les interactions entre les personnages qui font de ce jeu une réussite.

Vous êtes sur le point de commencer votre partie? Ne manquez pas nos 5 conseils pour débuter votre aventure !

Verdict
Excellent
Commentez cet article