critique fifa 20 review

FIFA 20 : pour l’amour du foot

D’une année à l’autre, évaluer les mises à jour d’une franchise de sport s’avère être un exercice redondant, voire décevant dans la mesure où on ne peut pas réellement prendre le jeu pour ce qu’il offre concrètement. Il faut toujours le comparer à sa version précédente et, surtout, mettre dans la balance le poids des attentes des amateurs par rapport à la franchise.

EA Sports le sait, on présume, et ses productions le reflètent à différents niveaux.

Dans FIFA 20, sur les tablettes depuis quelques jours, l’urgence d’offrir une alternative aux habitués est palpable. D’un côté, EA Sports a un compétiteur direct pour les jeux de soccer avec la série Pro Evolution soccer (PES) qui a, notamment, trouvé une façon de soutirer la licence de Juventus à EA en plus de quelques éléments déjà exclusifs comme des stades. Mais l’idée ici n’est pas de comparer FIFA 20 à PES 20 et son noyau de partisans farouches, sauf qu’on doit garder en tête qu’EA Sports manœuvre sur un terrain miné avec la crainte de perdre des adeptes après un faux pas.

critique fifa 20 review

Volta, le retour (ou presque) de FIFA Street

Les nostalgiques se souviennent de la série FIFA Street qui était le penchant plus arcade et ludique du soccer par EA Sports. En dormance depuis 2012, la série Street avait un certain succès chez les amateurs moins friands de simulation et plus à la recherche d’un jeu qui se comprend et maitrise rapidement pour une partie entre amis.

Le nouveau mode Volta, en vedette dans FIFA 20, tente de venir combler cette absence de Street dans la vie des joueurs. Terminé le mode Journey et l’aventure en solo des dernières éditions, c’est au tour de Volta d’offrir aux joueurs un mode de jeu loin du cadre des matchs et de la gestion d’équipe.

Au premier coup d’œil, Volta est séduisant. Les matchs sont dynamiques et la personnalisation des personnages est riche et variée. Ça fait du bien de réellement sentir qu’on peut peaufiner un personnage selon nos désirs et, surtout, y revenir pour ajuster son look au gré de l’aventure.

Là-dessus, EA a bien cerné les envies de ses habitués.

Volta s’essouffle rapidement par contre quand on doit suivre le récit et les cinématiques pour passer le mode en quelques heures. Disons que le scénario est très (très) mince et la redondance s’installe dès les premières minutes de jeu.

Cela dit, Volta sauve la mise avec sa grande rejouabilité parce que le mode se transforme ensuite en terrain de jeu où le foot de rue prend toute la place et la rigidité de la simulation et mis de côté pour faire plus de place aux règlements loufoques et aux matchs à paramètres variables. Avec ou sans gardien, petit ou grand but, terrain intérieur ou extérieur, etc.

C’est la grande force de l’univers Volta : cette envie d’y revenir pour s’amuser avec les enfants, notamment, ou pour ajuster notre équipe et revisiter les différents terrains. L’histoire peu inspirée est donc vite oubliée devant le plaisir potentiel de cette nouveauté à FIFA 20.

critique fifa 20 review

FUT et le piège des achats intégrés

L’autre aspect que les joueurs surveillent de près avec FIFA, c’est la continuité du mode FIFA Ultimate Team (FUT) et sa communauté en ligne compétitive.

Si vous connaissez le mode, je ne vous apprendrais rien. On peut se construire une équipe sans débourser de sous supplémentaires, mais l’espoir d’obtenir des bons joueurs dans les paquets gratuits est très maigre et on n’espère pas être compétitif avec des équipes de fonds de tiroirs.

Cela dit, j’ai creusé un peu l’expérience FUT cette année pour me faire une tête et il y a moyen d’avoir du plaisir sans se ruiner. Avec un petit budget (une trentaine de dollars à l’achat du jeu dans mon cas), j’ai quand même réussi à m’offrir quelques heures d’expérimentation avec une équipe décente. Pas de Neymar ou de Messi, évidemment, mais des joueurs étoiles avec un calibre vous permettant d’avoir une équipe avec des chances de succès.

À l’exception de quelques changements esthétiques, l’expérience FUT est la même qu’avant sauf que l’emphase est moins évidente dans les menus du jeu. C’est apprécié, parce que les joueurs plus jeunes ne sont pas toujours conscients du gouffre financier que l’achat de paquets de cartes virtuels peut représenter.

Construire son équipe ultime, c’est amusant, mais ce n’est pas gratuit. Soyez bien avertis.

Les changements techniques

Le soccer, ça se passe sur le terrain. Cette année, FIFA 20 propose un changement assez drastique de l’approche défensive du jeu. L’intelligence artificielle a été bonifiée, tout comme le positionnement des joueurs. Par contre, il n’est plus possible de simplement regarder l’ordinateur gérer la défensive de notre équipe. Il faut s’impliquer selon les suggestions et vos erreurs seront couteuses lors des matchs. Inversement, vos réussites seront encore plus satisfaisantes.

Ces bonifications défensives sont aussi doublées d’une nouvelle physique de ballon qui est parfois frustrante, mais plus près de la réalité. Les trajectoires sont moins mécaniques et il faudra tenir compte de la friction avec l’air et le gazon, entre autres, dans vos tracées de passes.
Ça semble abstrait dit comme ça, mais vous comprendrez dès votre premier match que même si le look de FIFA 20 est drôlement similaire à celui de FIFA 19, l’engin sous le capot n’a pas les mêmes réactions. Les écarts de vitesse entre les joueurs sont aussi plus prononcés, laissant plus de place aux ailiers rapides qui ne seront plus systématiquement rattrapés par des défenseurs plus lents.

Il y a du bon et du mauvais dans ces changements, tout est une question d’habitude. Mais après une vingtaine de matchs, je sais déjà que FIFA 20 offre une meilleure expérience de jeu que FIFA 19, malgré les quelques sacres lancés en raison des trajectoires de ballon inattendues.

critique fifa 20 review

En bref

FIFA 20 n’est pas l’édition qui va relancer la série vers une nouvelle direction ou une nouvelle génération de consoles. Nous avons plutôt l’impression d’être en fin de cycle ici avec de nombreux ajustements mineurs.

Cela dit, l’ajout de Volta vous donnera beaucoup de plaisir. Il faut noter que le mode carrière est sensiblement identique et ça devient un peu déplorable de constater le manque d’amour d’une année à l’autre pour ce qui devrait être la locomotive de la simulation. Des scènes de repas pour négocier des contrats de joueurs, ce n’est pas le genre de changements qui me fait dire « wow, enfin » en amorçant une nouvelle carrière. Par contre, le mode n’est pas brisé, alors on peut comprendre l’idée de ne pas trop y toucher pour ne pas perturber les habitudes.

Si vous avez sauté FIFA 19, c’est le temps de ressauter sur les pelouses avec FIFA 20. Si vous avez encore du plaisir avec FIFA 19, peut-être qu’attendre une baisse de prix est la bonne approche pour vous avec FIFA 20. Ça reste un bon jeu avec des heures et des heures de plaisir à offrir, mais rien que vous n’avez pas déjà vu.

Verdict
Très bon
Commentez cet article