Far Cry 5: Ubisoft change la formule, mais garde l’essentiel

Sorti depuis quelques jours, Far Cry 5 s’est écoulé à 7 millions de copies et a contribué à faire envoler le cours de l’action d’Ubisoft. Au-delà de son succès, il renferme des changements profonds et un jeu en ligne qui pourrait prendre de l’ampleur.

Pour ceux qui n’ont pas encore posé les mains sur Far Cry 5, il offre une aventure assez longue, riche en situations, et vous immerge dans un Montana reproduit magnifiquement à l’écran. Aux prises avec une secte apocalyptique, le joueur est plongé dans une aventure où il devra conquérir trois régions avant le combat final. À ce propos, nous vous recommandons de finir par la région de Faith. Plus onirique, folle, et avec une méchante plus intéressante que les lieutenants des deux autres régions, le faire dans cet ordre contribue à vivre une escalade dans la folie ambiante de ce jeu.

Contexte politique maîtrisé

L’histoire risque de mettre tout le monde d’accord. Si beaucoup craignaient que le jeu tombe dans un anti-Trump primaire qui aurait finalement desservi sa portée, il n’en est rien. La secte n’est pas un nid d’électeurs républicains face aux gentils démocrates. Nous avons une secte apolitique ultra violente face à des gens unis de tous bords avec leurs bons et mauvais côtés. L’occasion de dépeindre des personnages hauts en couleur et vraiment intéressants comme le pasteur Jérôme ou le vieux Hurk et son fils yankee dans l’âme.

Un jeu qui s’est renouvelé

Far Cry 5 a mis de côté quelques principes fondamentaux comme les tours à débloquer ou la fabrication à partir de peaux d’animaux pour une progression plus classique. Comprenez que l’on monte de niveau en dépensant de l’argent pour ses équipements et des points d’expérience accumulés pour débloquer des habiletés.

Si l’histoire du 4e épisode avait de gros points morts entre les apparitions du méchant du jeu, il n’en est rien ici avec une histoire plus complexe. On regrette toutefois qu’il n’y ait pas un peu plus de scènes avec les lieutenants, nous les présentant dans leur quotidien afin de leur donner plus de profondeur.

Enfin, Far Cry 5 offre une progression laissée au choix du joueur dans son approche. Furtif, en force, voire même aux commandes d’un hélicoptère à détruire tout ce qui bouge, on fait ce que l’on veut!

Coop, multijoueur, et DLC

Même si le coop fonctionne très bien, le jeu devient bien trop facile à deux même avec une difficulté au maximum. Voilà pourquoi nous vous conseillons de jouer l’histoire principale seul.

En ligne, il faudra passer par Far Cry Arcade qui offre une liberté totale en matière de conception de niveaux. Toutes les cartes sont créées par d’autres joueurs, et il est possible de les sauvegarder. Pour vous donner une idée de la liberté offerte, les cartes de PUBG ont été reproduites. Dans ces modes, il est possible d’inclure des animaux qui attaqueront les joueurs, peu importe leur équipe, et d’utiliser des véhicules du jeu, y compris les hélicoptères de combat. Match à mort par équipe, délivrer des otages, voir même explorer. Pour l’instant par contre, il subsiste encore des problèmes de serveurs et de latence. Ils devraient cependant être réglés selon nos sources à l’interne d’Ubisoft comme ça a été le cas avec Rainbox Six Siege et Ghost Recon Wildlands.

Trois DLC sont prévus. Le premier vous confronte à une invasion de Zombies. Le deuxième vous met dans la peau d’un vétéran du Vietnam parti délivrer ses camarades, on devrait donc retrouver de l’action-infiltration dans l’esprit de Far Cry. Enfin, le troisième se déroulera sur Mars, où l’on devra repousser une invasion d’araignées géantes. S’ils sont réalisés dans l’esprit de Far Cry 3 Blood Dragon en étant pratiquement de nouveaux jeux, ils risquent fortement de valoir la dépense.

Avec une durée de vie d’une quarantaine d’heures pour le mode histoire, si on joue le jeu au complet, et un mode arcade prometteur lorsque les problèmes de latence feront partie du passé, Far Cry 5 livre la marchandise et offre une belle immersion dans son univers.