Édouard-Montpetit se lance dans l’Esports-études

C’est une  nouvelle étape dans le développement de l’esport au Québec : en partenariat avec l’Académie Esports de Montréal (AEM), l’école secondaire Édouard-Montpetit ajoutera un nouveau programme à ses offres, en proposant un cursus sur le sport électronique.

Suivant la même structure qu’un programme sport-études classique, cette nouvelle initiative a pour objectifs non seulement d’enseigner les arcanes du jeu vidéo compétitif, mais aussi et surtout de “contrer l’isolement, la cyberdépendance et le décrochage”, comme l’indique le communiqué officiel de l’Académie.

Avec quatre heures par jour consacrées à l’esport, les élèves recevront donc une éducation complète couvrant l’histoire du jeu vidéo compétitif, les principes théoriques des grandes catégories de jeu, mais également des compétences “durables et applicables à d’autres domaines”. La gestion de son entraînement, préparation physique et psychologique, et bien entendu l’aspect social inhérent aux jeux d’équipes sont autant de domaines qu’une telle formation peut explorer pour préparer les futurs joueurs et adultes de demain.

Réparti sur 36 semaines, à raison de 4h par jour et cinq jours par semaine, une après-midi type de ce cursus devrait ressembler à ce programme :

  • 30 minutes d’activité physique

  • 75 minutes de théorie

  • 120 minutes de jeu

  • 15 minutes de pause

L’activité physique y tient donc une place importante, élément essentiel pour une pratique saine. Dans les détails, les jeux au menu seront Starcraft II, Hearthstone, la franchise Street Fighter, Rocket League, Overwatch et League of Legends. Les étudiants pourront sélectionner une spécialité pratiquée un jour par semaine, tandis qu’une autre journée sera flexible entre études et entraînement selon les besoins.

L’Académie Esports de Montréal, fondée par Montréal Esports et Patrick Pigeon, continue son développement, après son ouverture au printemps dernier en lançant ses camps de jour qui ont remporté un franc succès. Depuis, divers programmes d’entraînement sur plusieurs jeux sont proposés : Overwatch, Fortnite, League of Legends. C’est donc une étape cruciale qui est franchie, l’école Édouard-Montpetit étant l’une des plus développée dans le domaine du sport-études.

Alors que l’année 2017 était placée sous le thème des grands investissements dans l’esports, il semblerait que la tendance qui explose en 2018 soit du côté des écoles. Toutefois, les programmes scolaires et tournois destinés aux étudiants ne datent pas d’hier, avec l’une des initiatives les plus marquantes remontant à 2014 pour l’université Robert Morris en Illinois, sans oublier les nombreux tournois inter-universitaires comme Heroes of the Dorm ou la CSL. Au Québec, ce sont le cégep de Matane, le Centre de Formation Professionnelle des Riverains (CFPR) ainsi que la concentration en sports électroniques d’Arvida qui ont été les précurseurs dans le domaine. Mais une véritable formation théorique et pratique sur le sport électronique est une initiative ambitieuse et inédite. En effet, hormis un cours sur l’utilisation sécuritaire des réseaux sociaux, la première année sera entièrement consacrée à la pratique du jeu vidéo. La seconde année devrait proposer certaines des options de formations connexes au sport électronique, comme commentateur ou tout autre métier technique lié, nous explique Patrick Pigeon.

Il est d’ailleurs à noter qu’étant donné que l’esport n’est pas encore reconnu officiellement comme un sport au Québec, cette formation n’est pas un programme Sports-études.