DreamHack : TSM décroche le Six sur Rainbow

Les amateurs de Rainbow Six: Siege ont vécu une fin de semaine mouvementée durant cette DreamHack Montréal 2019. Entre la déconfiture des champions du monde G2, et le parcours fulgurant de BDS Esports, c’est surtout TSM qui a décroché la timbale, concluant le dernier tournoi sous Phantom Sight.

La compétition avait pourtant démarré sur un rythme convenu, vendredi après-midi. Rogue et BDS Esport avaient roulé sur le BYOC, rejoints par les locaux de Super Nova et LiViD Gaming. Les premiers matchs de groupe ont respecté la hiérarchie, avec toutefois un premier signe avant-coureur : la bonne résistance de BDS face à G2, qui s’inclinait par 7 à 4 sur les deux cartes. Et l’excuse de Pengu et son café renversé ne tiendra pas bien longtemps.

Un tournoi classé “Six Frags”

La deuxième journée quant à elle, fut une toute autre histoire. La première élimination de taille fut celle de Reciprocity, l’escouade du Québécois Davide “FoxA” Bucci, et tenante du titre sous les couleurs de Cloud9. Une contre-performance pour les demi-finalistes du dernier Six Invitational en février dernier, et actuels deuxième en Pro League. Simultanément, le groupe C voyait de son côté l’élimination des Brésiliens de FaZe Clan par Soniqs, récente structure de la joueuse Lauren “Goddess” Williams. 

Mais le coup de tonnerre est survenu en toute fin de journée, dans le groupe A. Dans le match des gagnants, Team Liquid avait créé une première sensation en battant G2, avec en prime un 7-0 sur Kafe Dostoyevsky. Mais c’est lorsque BDS a pris sa revanche sur le match d’ouverture que le monde s’est écroulé pour G2 : une élimination dès la phase de groupe, c’est une gifle qui enfonce encore un peu plus les double champions du monde dans le doute, après leur défaite de Raleigh

Shaiiko libéré, Shaiiko déchainé

Mais au-delà des difficultés de G2, c’est surtout un coup d’éclat pour BDS Esport, et son prodige Stéphane “Shaiiko” Lebleu. Ou plutôt devrait-on dire ici, une remarquable rédemption. Évoluant pour l’équipe beGenius en 2017, Shaiiko est un diamant brut en devenir, du haut de ses dix-sept printemps. Mais lors d’un match de Pro League face à PENTA, la sanction tombe, suite à une réclamation de leurs adversaires. Shaiiko est banni pour deux ans pour usage de macros. Cependant, en avril dernier, le joueur français est libéré de sa sanction. Il rejoint son ancien coéquipier Morgan “Rxwd” Pacy chez la structure suisse BDS, et après quelques ajustements, l’équipe se qualifie pour la Challenger League.

Cette DreamHack était donc la première sortie en LAN pour BDS. Et comme un signe du destin, le hasard a voulu que les francophones recroisent le chemin de Pengu et ses coéquipiers, désormais sous les couleurs de G2. Presque deux ans après ce fameux match, Shaiiko a pu expier ses fautes, et prouver son réel talent. Parmi les faits saillants de sa performance durant cette DreamHack, il a établi un record durant la rencontre face à Luminosity : 25 éliminations sur une seule carte, 48 sur la série complète. C’est le double du meilleur joueur de Luminosity, un vrai carnage.

L’incroyable parcours de la structure suisse s’est poursuivi dans les quarts de finale, en éliminant DarkZero Esports, mais a fini par tomber sur un os : TSM et son nouveau fer de lance, Jason “Beaulo” Doty.

TSM a trouvé la bonne formule

Les périodes suivant les grands tournois sont synonymes de nombreux transferts sur la plupart des scènes compétitives. Les semaines post-Major n’ont pas dérogé à la règle, et au jeu des chaises musicales, TSM semble avoir cette fois trouvé la bonne formule. 

Classée bonne dernière en Pro League, TSM avait tout sauf un statut de favoris en posant ses valises à Montréal. Et pourtant, les Nord-Américains ont réalisé un parcours quasi sans-faute. 2-0 dans son groupe contre Soniq puis FaZe, TSM se sont souvent fait accrocher, mais jamais arrêter. Rogue leur a pris une carte, BDS est passé proche en prolongation, mais TSM, poussée par un Beaulo impérial, s’en est toujours sortie. 

En grande finale, face à Team Liquid, Beaulo n’était plus tenable. Après une première manche remportée par TSM encore en prolongation, les Brésiliens eurent un sursaut d’orgueil, et prirent la seconde carte sans contestation, 7 à 2. Mais sur Consulat, Beaulo fut intraitable, et a enterré définitivement les espoirs de Liquid.

 44 éliminations sur les trois cartes, pour un ratio de 2, le youtuber a joué à son meilleur niveau durant cette finale. La seconde moitié de la Pro League, et la future prestation de TSM au Six Invitational 2020 seront certainement à suivre, portant sur ses épaules les espoirs Nord-Américains.

Beaulo, MVP du tournoi avec TSM

Commentez cet article