Destiny 2 : Beyond Light – faute de concurrence, il reste le meilleur

Comment renouveler un jeu après 7 ans de bons et loyaux services entrecoupés de hauts et de bas ? En amenant une nouvelle doctrine, beaucoup de quêtes et missions, et un raid qui introduit des mécaniques inédites.

Crédits images : Bungie / captures d’écrans par Alexis le Marec

Après une première semaine surtout destinée à prendre en niveau, Bungie nous a sorti du contenu venant s’ajouter chaque semaine afin de mieux faire perdurer son jeu. Après un mois, Destiny en a livré beaucoup, mais pas tout encore. Le contenu est bien là, il y a des quêtes et missions à foison, et même après avoir atteint le maximum de lumière, on ressent ce besoin d’en faire toujours plus. Le contenu est bien là, et demandera même pour les équipements de faire certaines hautes activités.

Seul regret, le raid dont le lance-roquette exotique unique est donné au hasard. Vous pourrez donc comme certains farmer plus d’un an ou deux sans le recevoir alors qu’un débutant l’aura immédiatement. Et dans deux ans, Bungie montera les chances de loot comme ils l’ont fait avec Thousand  Voices. Résultat, vous aurez farmé des raids pour rien durant deux ans. Vous aurez connu la frustration, l’impossibilité de vous en servir, et vous serez peut-être même allés insulter les employés  Bungie et leurs mères sur leurs forums comme tant d’autres joueurs.

critique destiny 2 beyond light review

Au-delà de la campagne, le contenu.

La campagne qu’il faudra faire sur ses trois personnages se fait en trois heures la première  fois en coopération, mais devrait prendre une à deux heures de plus en solo. Avec trois personnages à monter, c’est suffisant, et de toute façon ce n’est pas là qu’est l’intérêt du jeu. Les joueurs veulent de l’histoire, mais c’est le endgame qui compte le plus dans ce jeu.

critique destiny 2 beyond light review

De ce côté, Bungie nous sert une nouvelle et vaste planète, Europa, et réintroduit le Cosmodrome issu de Destiny.  Sous ses contrées de neige, Europa apporte un véritable changement, d’autant plus que la planète est plutôt énorme, autant que la Dreaming City.

critique destiny 2 beyond light review

Bungie a tout de même trouvé le moyen de nous faire faire de longs et incessants aller-retour, ne serait-ce que pour démarrer une quête. D’un autre côté, cela permet d’apprendre rapidement la configuration d’Europa. Côté Cosmodrome, il y a moins d’activités et pour cause, les joueurs de Destiny 1 connaissent cette zone par coeur.

Comme toujours, pour atteindre les 1260 de lumière, il va falloir remplir les objectifs de la semaine. D’autre part, les Lost Sector Heroic reviennent et permettent d’y looter les nouvelles armures exotiques. Il y a de nombreuses autres quêtes et missions, y compris pour obtenir de nouvelles armes exotiques. Et c’est sans parler des armes et armures à farmer vu que nombre d’anciennes sont devenues caduques. Et puis, il y a l’excellent nouveau raid. À la hauteur des précédents, et dont la deuxième partie comporte l’une des meilleures mécaniques de jeu tous raids confondus, et qui vous offrira en plus de superbes armures.

critique destiny 2 beyond light review

Le Gambit bien trop long a vu sa formule revue. Tout se passe en une manche où il faudra amasser 100 par équipe pour faire apparaitre le Prime Evil. Cette formule est bien plus efficace. Les parties sont rapides, parfois intenses, et il y a beaucoup moins de ragequit. Bungie a trouvé le bon équilibre pour ce mode.

Stasis, la doctrine excellente, mais déséquilibrée

En tant que nouvelle doctrine, la stasis est extrêmement forte. Un peu trop même. En PVP, les premiers jours ont été du n’importe quoi avec cette capacité permettant de geler les ennemis. Et c’est sans parler des super impossibles à stopper seul. Heureusement, tout cela a été nerfé, mais  le déséquilibre est tout de même présent. J’ai ressorti un set de chasseur full grenade/force, et si une équipe décide de jouer stasis dans ce sens, on peut passer la partie à geler l’équipe adverse et les tuer sans qu’ils ne puissent rien faire, et inversement.

En PVE par contre, elle remplit les objectifs de Destiny, vous donner le contrôle d’un personnage overpower. Que l’on soit à héroïque en solo ou en groupe, on sent la puissance de cette nouvelle doctrine. Il est dommage que dans le raid, elle ne soit pas plus utilisée. La fin se joue classique, une radiance, une bulle, quelques pistolets d’or, et des armes faisant du gros dps.

critique destiny 2 beyond light review

Retour du loot aléatoire pour l’arme de raid

À vouloir trop garder les joueurs, Destiny est retombé dans ses vieux travers. Le retour du loot aléatoire pour l’arme exotique du raid risque d’être encore une vraie plaie, en plus de frustrer les joueurs réguliers. Lors du raid de la Dreaming City, la deuxième équipe qui avait tombé Riven n’avait toujours pas obtenu le Thousand Voices après trois mois.

C’est un problème récurant, d’autant plus qu’il y aurait bien une solution. Augmenter les chances de loot de 2% à chaque raid, ce qui serait suffisant pour assurer les trois premiers mois avant la saison suivante. Au lieu de ça, des joueurs peuvent rester plus d’un an sans avoir l’arme en faisant leurs trois raids par semaine. Si l’on ajoute  le nouveau contenu à venir dont le retour des raids de Destiny, le PVP, et les autres activités, c’est beaucoup de temps de perdu que l’on pourrait investir ailleurs.

critique destiny 2 beyond light review

Conclusion

En poussant à farmer encore et encore sur des semaines voir des années (j’en connais qui ont mis presque deux ans à avoir le Thousand Voices) cela fait moins de temps à consacrer aux autres activités. C’est dommage parce que juste en augmentant les chances de loot à chaque fois que l’on accomplit le raid, il y aurait du monde pour les trois mois, et prêt à le refaire pour le fun, ce que Bungie ne semble pas comprendre. Ce n’est parce que j’ai eu la Vex à chaque premier Caveau de Verre que j’ai arrêté immédiatement, je faisais mes trois Caveaux par semaine ensuite.

C’est dommage, parce l y a plein de quêtes et activités, mais Bungie vous force à refaire sans cesse la même chose. Tant mieux pour les chanceux, mais les autres vont finir indubitablement  connaitre la frustration. Pire, lorsque l’on a l’arme tant désirée après un an, on n’a plus envie justement d’y retourner, il serait peut-être bon que l’espèce de sociopathe  en charge du loot chez Bungie joue à Destiny pour comprendre le jeu et ses joueurs.

critique destiny 2 beyond light review

Verdict
Très bon 8/10
Commentez cet article