Destination Primus Vita – Épisode 1: mémoires affectives

Primus Vita est un jeu d’aventure à la première personne développé par Epsilon Games, un studio québécois.

Si vous êtes amateurs de science-fiction et de jeux narratifs, Primus Vita devrait vous intéresser. La prémisse du jeu est plutôt épique: la terre a été envahie par une race extra-terrestre de géants se nommant les Shatters qui ont volé une grande partie de nos réserves d’eau potable. Après des années de recherche, la planète des Shatters a finalement été trouvée. Les protagonistes de Primus Vita sont une des équipes qui sont envoyées là-bas dans le but d’étudier les Shatters et trouver une façon de récupérer l’eau de la Terre.

Cela dit, le récit du jeu lui-même donne dans l’intimiste plutôt que l’épique. Et c’est une bonne chose. Si vous espérez des combats spatiaux, ce jeu n’est pas pour vous. Chaque épisode se concentre sur un personnage que le joueur contrôle à la première personne. À bord de leur vaisseau, l’équipage est en fait endormi en cryogénisation et l’action se déroule en fait dans une simulation créée par NIM, l’intelligence artificielle qui gère tout pendant le long voyage.

Dans le but de garder les cerveaux des protagonistes alertes et actifs, NIM les met à l’épreuve en les faisant travailler sur des projets qui serviront une fois qu’ils seront rendus à destination. Il devient cependant clair que leur plus grand défi c’est leurs propres démons intérieurs et leurs relations interpersonnelles.

Ce premier épisode met en vedette la scientifique Austin Blair-Moreno, une sommité en physique quantique. À travers ses recherches pour développer une armure qui permettra à l’équipage de se défendre contre les Shatters, Austin se voit forcée de revisiter des mémoires douloureuses, mais surtout de les percevoir sous un autre angle et réaliser à quel point elle s’est fermée aux autres. Sa relation avec son frère, qui se trouve être le commandant de leur mission, a été mise à rude épreuve par des événements passés. Il faudra essayer de réparer sa relation avec son frère et les autres membres de l’équipage.

Les mécaniques de jeu sont plutôt simples: quand on se retrouve dans une mémoire personnelle, il s’agit surtout d’explorer et cliquer sur des items qui nous en révèlent davantage sur ce moment particulier et sur la relation d’Austin avec l’autre protagoniste. On a parfois des choix de dialogues également qui vont améliorer ou détériorer la relation avec l’interlocuteur.

Dans les séquences de puzzles, on doit explorer l’environnement pour trouver des indices qui aident ensuite à compléter le puzzle. Heureusement, on n’a pas besoin de prendre des notes ou prendre des photos des indices; une fois dans l’écran du puzzle, on peut facilement les consulter. Une excellente idée. Il s’agit de puzzles de logiques qui se complètent assez facilement, quoique certains sont un peu plus obtus. Cela dit, on est loin de la difficulté de Myst.

On joue à Primus Vita principalement pour l’expérience narrative. De ce côté, le scénario est assez solide sur l’aspect des relations interpersonnelles, mais la grande histoire de l’humanité versus les Shatters et la mission qu’aura à remplir l’équipage une fois à destination… c’est un peu flou. On a l’impression que c’est flou pour l’équipage lui-même. Cependant, il existe également une série de bandes dessinées de Primus Vita qui en dit davantage sur l’univers.

Dans les séquences de dialogues et certaines mémoires, les personnages sont peu animés et c’est d’abord dérangeant, mais l’effet est assumé et considérant qu’il s’agit d’une simulation qui recrée des décors de façon partielle et un peu psychédélique, on finit par s’habituer et accepter les choix de mise en scène. J’aurais par contre aimé davantage d’animation dans les visages considérant l’importance de l’émotion et les sentiments dans l’arc narratif des personnages.

Le doublage est par moment inégal, mais tout de même efficace. À la fin du premier chapitre, on a bien saisi le personnage d’Austin et son arc dramatique.

Dans l’ensemble, l’expérience est plaisante et nous offre de la science-fiction originale et rafraîchissante, surtout à l’aube d’une nouvelle ère Star Wars, et j’ai bien hâte de découvrir les chapitres suivants.

Verdict
Bon
Commentez cet article