Deathgarden: promenons-nous dans les bois, tant que le tueur n’y est pas!

Après le succès de Dead by Daylight, Behaviour récidive avec Deathgarden dont nous venons de participer à l’alpha fermée. Le principe est similaire, mais l’action bien plus dynamique.

Les joueurs en manque d’adrénaline ont trouvé en Dead by Daylight, un jeu à la hauteur des attentes en termes de sensation. Coincés avec un tueur tout puissant, les survivants presque désarmés doivent atteindre la sortie en actionnant des mécanismes. Reposant sur un côté gore et un monde limite étouffant, le jeu a connu un très beau succès. Deathgarden repose sur le même principe, tout en offrant une jouabilité plus dynamique et une ambiance moins sombre.

Un principe simple

Cinq joueurs doivent affronter un tueur surarmé. Le but, activer deux des trois piliers qui apparaissent aléatoirement sur la carte en restant à proximité. Il faudra ensuite que trois d’entre eux franchissent les portes pour que l’équipe gagne la partie. Seul problème, les joueurs n’ont qu’une misérable arbalète tandis que le tueur peut compter sur son fusil, son sniper ou encore, sur ses pièges et tourelles automatiques.

Il faudra donc compter sur sa rapidité et miser également sur l’infiltration pour s’en sortir. Le terrain est plus vertical que dans Dead by Deaylight, les petites collines sont légion et l’on peut même escalader les arbres. Les joueurs et le tueur possèdent des contrôles bien plus dynamiques également. On peut échapper au tueur un peu plus facilement, ce qui peut permettre de mettre en place des stratégies comme servir d’appât pendant qu’un autre joueur active un pilier.

Par contre, on meurt facilement, et même si l’on peut être réanimé, si aucun joueur ne parvient à vous sauver, la partie sera terminée. Condamné à voir son équipe tenter de s’en sortir sans vous en mode spectateur.

Pour l’instant, le jeu manque encore d’équilibre, mais c’est justement le but de cette version alpha pour les développeurs afin d’ajuster les réglages. Il n’empêche que le tueur peut faire d’énormes dégâts et qu’une simple erreur peut ruiner les chances de survie de l’équipe. La coopération vocale va être un gros atout pour gagner. Sans celle-ci, le manque de coordination rend le challenge bien plus compliqué, mais il est cependant possible de remporter la partie face au tueur.

Promenons-nous dans les bois

Dead by Daylight était sanglant, très sanglant même. Et avec l’ajout de tueurs tels Jason, le massacre et l’ambiance viraient au cauchemar. Si le tueur est une brute rappelant une barbarie bestiale, le reste de l’ambiance est bien moins oppressante. Du moins en apparence. On se bat dans une jolie clairière dans la carte choisie pour cette version alpha. La claustrophobie qui régnait a en grande partie disparu. On sent toutefois ce besoin de se cacher face au tueur, et lorsque l’on s’est fait voir, c’est toute une course que l’on engage pour tenter de lui échapper! L’adrénaline se rue dans notre corps jusqu’au bout des doigts, on saute, on court, on escalade, et un petit sentiment de joie nous envahit lorsqu’on réussit à lui échapper.

Une date de sortie qui n’a pas encore été annoncée

Avec Deathgarden, Behaviour vise les joueurs de Dead by Daylight, et tente d’ouvrir son jeu à un public plus vaste avec son univers moins oppressant et plus bucolique. Le principe plus dynamique est là également pour donner un peu plus de chance aux joueurs. Il fallait plusieurs parties de Dead by Daylight pour maîtriser le principe ou comprendre les lumières à activer ou comment échapper au tueur. En tant que joueur, la prise en main est presque immédiate. En tant que tueur, il va falloir maîtriser les différents gadgets auxquels on a accès, réfléchir et savoir jauger rapidement les différentes situations.

Pour l’instant, Behaviour n’a pas encore annoncé de date de sortie, nous avons eu confirmation auprès de leurs services de presse que d’autres tests alpha et bêta sont prévus, nous vous tiendrons au courant en cas de tests publics.