pénurie composants

Cryptomonnaie : en s’alliant avec Tezos, Ubisoft veut devenir sa propre banque

Après avoir investi en 2019 dans EOS, Ubisoft poursuit sur sa lancée et s’associe avec Tezos.

Crédit Photo : istock

Mais pourquoi le Laboratoire d’Innovations Stratégiques d’Ubisoft investit-il dans la cryptomonnaie ? En s’associant avec Tezos, Ubisoft devient un partenaire majeur pour valider ses transactions en cryptomonnaies (XTZ). Cependant, il y a plusieurs subtilités dans ces investissements qui pourraient donner un avantage à Ubisoft sur le long terme, directement lié à l’écosystème des microtransactions réalisées dans ses jeux.

À LIRE AUSSI : Miner avec son PC, ou comment arrondir ses fins de mois et rembourser son PC

Pourquoi pas le bitcoin ? Parce qu’Ubisoft ne pourrait pas en influencer le cours.

Avec la popularité du bitcoin et les investissements récents de Tesla, le public pourrait penser qu’Ubisoft aurait plutôt misé sur cette cryptomonnaie. Cependant, le but n’est pas le même. Nombre d’entreprises actuelles investissent dans le bitcoin en vue de réaliser une plus-value sur la revente. Ubisoft de son côté a plutôt intérêt à devenir un valideur majeur capable de jouer sur le cours d’une cryptomonnaie, chose que permet le Tezos contrairement au bitcoin.

Le bitcoin repose sur le principe du Proof of Work (POW). Chaque fois qu’un paiement est validé sur la chaine, celui-ci est assuré par un pool de mineurs au moyen d’un calcul effectué par leurs cartes graphiques ou leurs asics. Il est très difficile pour ne pas dire quasi impossible actuellement d’influencer le réseau, un pool ne pouvant traiter que 51% maximum des calculs d’une transaction.

Le Tezos repose quant à lui sur le principe du Proof of Stack (POS). Ici, il n’y a pas de mineurs validant les transactions par des calculs, mais des investisseurs qui règlent directement les transactions entre deux parties. Contrairement aux mineurs qui peuvent ne partir de rien, le PSO demande déjà un solide investissement financier de base pour monter un master node, un nœud validant les transactions. L’autre avantage pour un investisseur majeur, c’est qu’il a les moyens d’influencer le cours d’une cryptomonnaies fonctionnant en POS selon la quantité qu’il vend ou achète.

Côté écologique pour la petite histoire. Alors oui il n’y a plus besoin de cartes graphiques, par contre, cette méthode demande des montagnes de SSD. Comptez une soixantaine de SSD plus du ticket d’entrée de 30 000$ si vous voulez investir dans Tezos, pour un revenu d’environ 23,7 US$ par jour pour ce montant. On se doute bien de ce côté qu’Ubisoft a des moyens infiniment plus considérables, et peut investir bien plus massivement que les particuliers.

Le but d’Ubisoft, devenir sa propre banque

Le but inavoué d’Ubisoft est multiple. D’abord, en proposant de réaliser des micros transactions dans les crytomonnaies dans lesquels elle a un intérêt, Ubisoft se passe de frais bancaires. Mieux, elle les récupère en validant les transactions sur sa propre plateforme.

L’autre avantage va être de pouvoir garder en réserve ces cryptomonnaies en pouvant les soustraire à l’impôt tant qu’elles n’ont pas été converties, mais surtout, de les convertir au moment où le cours est le plus haut, lui permettant d’engranger de plus gros bénéfices. Après avoir été largement bénéficiaire, libre alors à Ubisoft de racheter encore des XTZ qui auront comme souvent chuté après un emballement du marché, puis de recommencer à la hausse suivante.

Le risque pour Ubisoft est qu’une crytomonnaie ne soit pas assez forte et se dévalue, d’où l’intérêt d’investir dans Tezos après EOS. Bref, l’histoire habituelle de ne pas mettre ses œufs dans le même panier. Ubisoft est donc surtout dans la recherche d’un nouveau modèle financier qui lui permettrait à terme d’engranger plus d’argent.

Commentez cet article