Critique de NHL 23 : acheter ou non cette année?

C’est enfin le grand jour! EA Sports a dévoilé son nouvel opus NHL 23 au grand public. Mais une grande question demeure : en vaut-il l’achat? Voici ce que moi, un gamer amateur, et Étienne Viau, un gamer professionnel connu sous le pseudonyme «Titetienne09», en pensons. Bonne lecture!

Copie du jeu et images gracieuseté de EA Sports

Des gardiens intelligents

La chose qui m’a le plus marqué dans cette édition de NHL, et ce, dès mon premier match, est l’efficacité des gardiens de but. Ils sont excellents et il est beaucoup plus difficile de marquer dans NHL 23 qu’il ne l’était dans NHL 22.

À titre d’exemple, les tirs sur réception ne sont plus synonymes de but assuré. L’IA des gardiens est plus intelligent, ce qui fait en sorte que ces derniers se positionnent et se déplacent mieux selon les différentes situations de jeu.

On devrait donc avoir droit à des matchs un peu plus serrés cette année, du moins, jusqu’à ce que la majorité des joueurs découvrent les failles en offensive, tel que le fameux wrap-around, qui fonctionne encore très bien.

Critique de NHL 23 : acheter ou non cette année?

Bon dosage du spectacle

Concernant la nouveauté du Last chance puck movement, plusieurs amateurs de la série étaient sceptiques et j’en faisais partie. Cependant, rassurez-vous, c’est loin d’être abusé. En un peu plus de 10 heures de jeu, je n’ai en effet vu aucun but marqué de la sorte. Le seul moment où cette nouvelle fonctionnalité a servi, de mon côté, a été lors d’une infériorité numérique afin de dégager mon territoire.

La même chose s’applique pour le X-Factor permettant aux joueurs qui le détiennent d’effectuer des feintes et des passes de type Michigan plus aisément. Encore une fois, en 10 heures de jeu, je n’ai pas été témoin d’un seul but Michigan, ni d’une passe du même type. À mon avis, c’est une bonne chose puisque cela garde l’aspect spectaculaire de la manœuvre et reflète bien la réalité. On ne voit pas ce genre de buts ou ce genre de passes à tous les matchs dans la LNH. Oui, il est vrai que c’est plus présent qu’il y a quelques années, mais si on le voit deux ou trois fois dans une saison, c’est déjà très bon. Il serait donc complètement irréaliste de réussir à marquer des buts de la sorte à chaque deux matchs dans NHL 23.

Une foule engagée

Du côté de la présentation, je ne vous cacherai pas que je faisais aussi partie des septiques concernant la réactivité de la foule que EA nous promettait au cours des derniers mois. Cependant, j’ai été agréablement surpris!

En jouant dans le mode Deviens pro, j’ai connu un fort match avec mon joueur sur une glace extérieur et après un certain temps, je me faisais huer chaque fois que je touchais à la rondelle. Ce genre de comportement de la foule bonifie notre expérience de jeu et la rend davantage immersive.

La foule réagit aussi plus fort et intensément lorsqu’un but important tel un but gagnant est marqué par exemple. Chapeau!

Toujours en lien avec la présentation, il y a un petit détail que j’ai apprécié. C’est minime, mais ça ajoute au réalisme. En effet, on peut désormais apercevoir les joueurs des deux équipes lors de l’hymne national avant de débuter nos matchs. Ainsi, si vous n’êtes pas de ceux qui s’empressent d’appuyer sur le bouton X (Playstation) et A (sur Xbox) lorsque l’écran de chargement prend fin, vous pourrez apprécier ce court moment inspiré de la réalité.

Critique de NHL 23 : acheter ou non cette année?

Le mode franchise

En ce qui concerne le mode franchise de NHL 23, EA nous permet cette année d’agir dans le rôle de commissaire et de personnaliser notre ligue comme bon nous semble. On nous permet en effet de choisir le nombre d’équipes, de divisions et de conférences, mais aussi de modifier notre calendrier de matchs ainsi que notre format de séries éliminatoires, et j’en passe.

Tout cela est bien, mais était-ce vraiment nécessaire ? Pourquoi ne pas avoir mis cette énergie-là afin de ramener le mode «Franchise connected» ? On pourrait ainsi avoir le plaisir de jouer le mode franchise, mais en ligne avec nos amis. EA n’arrête pas de dire qu’il veut faire de NHL un jeu de communauté, et bien, je crois qu’un mode «Franchise connected» irait davantage en ce sens que ce qu’on nous offre. Toutefois, ceux et celles qui ne jouent pas en ligne pourraient bien trouver leur compte dans le mode franchise proposé par EA cette année.

Nouveautés dans Rivals

De son côté, Étienne Viau nous a partagé ses premières impressions des modes de jeu en ligne, en commençant par Équipe de rêve.

«Avec l’ajout des femmes dans le jeu, j’avais un peu peur qu’elles soient trop faibles considérant leur taille et leur poids, indique-t-il. Depuis quelques années, les gros joueurs sont les joueurs « meta » et si tu fais moins de 6 pi 1 po, tu es très peu utilisé, voire même utilisable. Pour l’instant, le tout est bien balancé. Les femmes sont plus petites, mais plus rapides que la plupart des joueurs, ce qui les rendent utiles pour les joueurs qui se trouvent derrière la manette».

Toujours en Équipe de rêve, le mode de jeu Rivals changera au cours de la saison. Il y aura notamment des matchs de cinq contre cinq régulier, de 3 contre 3 et de type arcade, le temps d’un événement, ce qui «rend le jeu moins répétitif», est d’avis Étienne Viau.

Critique de NHL 23 : acheter ou non cette année?

Plus de temps de jeu

Visiblement, cette année, EA a par ailleurs mis des efforts afin de permettre aux joueurs de passer plus de temps sur la glace virtuelle que dans les menus. C’est notable particulièrement dans les modes de jeu World of Chel (WoC) et Versus (Opposition en ligne).

«WoC semble avoir eu quelques petites améliorations nécessaires au niveau des interfaces et des personnalisations. La possibilité d’ouvrir l’entièreté des sacs de joueurs avec un seul bouton, ainsi que l’ajout de plusieurs logos supplémentaires possibles pour la personnalisation des équipes EASHL sont des ajouts très agréables», souligne Étienne Viau.

«En ce qui concerne le mode Versus, le plus gros problème dans NHL 22 était celui de ne pas pouvoir enregistrer ses stratégies et ses trios, poursuit-il. Après chaque match, nous devions refaire le tout. Lors d’un tournoi, cela pouvait prendre un temps considérable entre chaque match et allonger le temps du tournoi ce qui n’est évidemment pas favorable. Cette année, le problème a été résolu et tout s’enregistre! Merci EA!»

De plus, dès novembre, le cross-platform sera intégré au jeu, ce qui voudra donc dire que les joueurs de consoles de même génération pourront s’affronter dans différents modes de jeu en ligne. Cela devrait notamment permettre aux joueurs de trouver des adversaires qui correspondent davantage à leur niveau de jeu, mais aussi réduire le temps d’attente lors de la recherche d’un adversaire en ligne.

Critique de NHL 23 : acheter ou non cette année?

Bon pour la compétition

Concernant le gameplay, Étienne Viau note également des changements «encourageants» pour la compétition.

«Il est plus difficile d’être bon défensivement cette année, affirme-t-il. L’IA ne peut pas tout faire le boulot pour vous, vous devez défendre votre zone et le poke check spam n’est plus possible. Lorsque l’on poke check plusieurs fois d’affilées, le joueur ralentit, et la même chose se produit pour les joueurs qui aimaient rag la rondelle dans leur zone. Personnellement, je pense que cela est une bonne chose, mais certains joueurs de la communauté sont d’avis qu’il est trop difficile de défendre.»

«Les gardiens sont aussi beaucoup plus fort sur les tirs sur réception, ce qui complique la tâche pour trouver le fond du filet, ajoute-t-il. Cela était toutefois nécessaire afin d’éviter la répétition lors des matchs compétitifs.»

Encore des bogues

À notre grande déception, on retrouve encore cette année certains bogues que l’on connaissait déjà, notamment des écrans bleus, ou noirs, en plein milieu d’un match, et des loops lors de la mise en jeu. Ces deux problèmes se produisent encore à certaines reprises lorsqu’on joue en ligne et en plus de nous empêcher de jouer notre partie, ils nous ajoutent une défaite automatiquement à notre fiche pour avoir quitté. Même si ces problèmes semblent moins présents que lors des dernières années, ils demeurent néanmoins très frustrants.

«Il serait bien temps que cela se règle puisque cela fait quelques années déjà que ces bogues sont présents et ruinent l’expérience de jeu de certains», conclut Étienne Viau.

Conclusion

Finalement, je crois que NHL 23 mérite d’être acheté, mais pas au prix auquel on nous le vend en ce moment. Plus d’une centaine de dollars pour un jeu qui se ressemble d’année en année, malgré quelques petits ajustements, à mon avis, c’est trop cher payé. En solde par contre, le jeu peut vous procurer beaucoup de plaisirs entre amis ou en solo.

À LIRE AUSSI : NHL 23 : Cole Caufield aura un X-Factor

Verdict
Bon 8/10

Commentez cet article