Comment Breath of the Wild est devenu un modèle de mise à jour d’une franchise

Le confinement aura eu quelque chose de positif : j’ai enfin pu passer au travers de The Legend Of Zelda : Breath of The Wild! Comme vous savez, je suis constamment en train de vous parler de Zelda ici et je peux enfin continuer de le faire!

L’aspect qui m’a le plus marqué lors de ma première traversée de cette version d’Hyrule était mon impression de familiarité avec le jeu sans même y avoir déjà touché. C’est que le jeu a décidé d’emprunter de nombreux éléments qu’on trouvait déjà dans d’autres open world de la compétition.

Alors que Nintendo est souvent dans sa propre bulle pour le meilleur (son univers complet) ou pour le pire (toutes les bébelles inutiles), j’ai l’impression pour la première fois que les développeurs ont touché à des manettes de la compétition pour s’inspirer de ces jeux.

zelda breath of the wild

Ce qui a changé

La formule classique des Zelda a été complètement chamboulée dans Breath of The Wild. Au lieu de traverser de multiples donjons dans un ordre précis qui sont chacun dans leurs petits coins de pays nous donnant une arme unique à chaque fois, on nous donne tout notre arsenal dès le départ.

Ainsi, absolument tout l’univers est débloqué très rapidement. On se fait indiquer sur la carte les 4 bêtes mécaniques à aller reposséder et c’est pas mal tout ce qui complète l’histoire principale.

Dépourvu d’instruments de musique comme une harpe, un ocarina ou une baguette de chef d’orchestre comme dans Wind Waker, Link est maintenant outillé d’une Nintendo Switch, oups, une Sheikha Slate. Autant que c’est étrange de voir du branding aussi peu camouflé, j’ai trouvé que l’univers futuro-rustique le permettait.

Cet écran nous permet de naviguer les vastes contrées de ce Hyrule que nous pouvons déjà explorer au complet. On ne trouve plus de contraintes du type « Ah non! Si seulement j’avais un objet spécifiquement trouvable dans un donjon particulier pour tasser cet obstacle, je pourrais explorer cette partie du monde! »

zelda breath of the wild top switch - Copie

Un autre aspect « réaliste » ajouté au jeu est l’absence de petits cœurs rouges trouvables sous des pots ou laissés par des ennemis comme dans un jeu d’une console d’autrefois. Le jeu remplace vos quelques pots de potions par 60 repas concoctés par vos propres mains qui boostent vos statistiques du même coup.

Et contrairement à Skyward Sword, nous n’avons pas besoin de perdre du temps à tenter de chasser des insectes pour assurer sa survie en pleine bataille. Je ne vous mentirais pas, j’ai plus cuisiné dans Breath of The Wild que dans la vraie vie!

On note aussi l’absence de quart de cœur maintenant remplacé par des spirit orbs trouvés dans des shrines où un puzzle original ou un combat répétitif nous attendent.

Je m’en voudrais de passer sous silence le système d’armes et de boucliers qui s’usent avec le temps amenant une éphémérité à chacune de nos trouvailles.

Ainsi que de nombreux habits possibles pour Link qui lui confèrent non seulement des aptitudes variées, mais des looks très différents que d’un simple changement de couleur. Bref, énormément de changements d’un seul coup!

Perdre en identité?

Est-ce possible qu’a force de vouloir trop ressembler aux autres jeux… qu’on ressemble aux autres jeux ? Le problème, c’est que je me suis senti un peu moins dans un Zelda : pas de triforce, pas de multiples donjons thématiques, pas de nouvelles armes à découvrir, pas de vêtements iconiques.

Oui, son enrobage rappelle celui d’un Zelda, mais pour moi, son noyau manquait cruellement de son identité. Comme nous ne sentons pas l’urgence de Ganon et que seuls quatre villages sont essentiels à la trame narrative, le reste semble facultatif et un peu sans importance du même coup.

Je ne sais pas… J’ai passé la plupart de mes heures de jeux habillé en guerrier barbare au lieu d’un costume vert habituel. J’ai dépensé la majorité de mon temps à résoudre des side quests et de tenter d’accéder à des shrines au sommet de montagnes. C’est-tu ça le fun de Zelda, passer des heures à grimper des murs…?

zelda breath of the wild

Breath Of The Wild est sorti environ en même temps que Horizon Zero Dawn au début de 2017 et j’ai pu jouer à ce dernier très rapidement grâce à une offre incroyable du Black Friday. J’ai sauté dessus parce que je suis pauvre. Je l’ai repassé dans le temps des fêtes et j’avais oublié à quel point c’était un bon jeu.

Je pense que les comparaisons entre les deux jeux sont inévitables comme ce sont deux jeux d’aventures qui se déroulent des années après une grande catastrophe. Il y en a un qui nous amène concrètement dans sa légende tandis que l’autre laisse le joueur s’en imbiber. Je pense que ce sont deux approches valides, mais personnellement, je priorise toujours des histoires soutenues.

Un standard presque inatteignable

L’affaire, c’est que difficile de faire un jeu de Zelda qui va plaire à tous sur absolument tous les points et des choix doivent être faits. Je serais très heureux si ces choix avaient été faits en ma faveur, malgré tout, Breath of The Wild demeure un excellent jeu d’aventure.

C’est juste qu’Ocarina of Time m’a tellement marqué qu’il est difficile pour moi de vouloir autre chose qu’un autre jeu s’appuyant sur le même squelette. Nintendo fait bien de ne pas m’offrir ce que je veux, Nintendo m’offre ce dont j’ai besoin : d’un jeu actuel.

Breath of The Wild s’adresse autant aux jeunes qui veulent explorer un univers qu’à leur papa qui peut jouer deux heures par semaine sans se demander « Weyons j’étais rendu où déjà et c’est qui ces personnages-là? ».

Avec une multitude d’options et de side quests, chacun peut y trouver son compte. Comme certains passent des heures dans GTA V à jouer au tennis (au lieu de jouer à un vrai jeu de tennis?), certains peuvent jouer à ce Zelda pour chasser des insectes en attendant de mettre la main sur Animal Crossing.

Le stéréotype de la demoiselle en détresse : le cas de la princesse Zelda

Peut-être qu’au final, j’aurais aimé plus d’aspects classiques au centre de l’aventure. Par exemple, avoir le costume original rapidement sans devoir acheter d’amiibo ou de finir toutes les shrines. Peut-être que j’aurais aimé revoir mon inventaire d’item vide se remplir de grappins et d’autres armes saugrenues. Mais, peut-être que Breath Of The Wild me dit que je vis dans le passé.

Ce n’est pas pour rien que Breath Of The Wild se situe à la toute fin dans la timeline de toutes les Légendes de Zelda. Les jeux de Zelda, comme tout dans la vie, évolue et peut-être que c’est le signe que je devrais en revenir un jour d’Ocarina Of Time. Breath Of The Wild nous indique d’Ocarina of Time fait partie de cet Ancien Monde d’il y a 100 ans et que tout a changé désormais.

Breath Of The Wild s’est mis au goût du jour et force ses joueurs à le faire, même si certains sont réticents, Nintendo a bien fait.

Commentez cet article