Cartes graphiques : ce qui nous attend en 2019

Après l’euphorie des ventes dopées artificiellement par le bitcoin, les cartes graphiques restent dispendieuses tandis que les ventes s’écroulent. Heureusement, tout ça risque de changer en 2019.

Gueule de bois, voilà l’état dans lequel se trouvent les constructeurs qui font face à une chute brutale des ventes en informatique. Dopés par les achats des mineurs et engrangeant des marges records, les entreprises tech et leurs actionnaires voudraient des revenus qui sont désormais impossibles à tenir et refusent de voir que le minage de bitcoin via une carte graphique c’est fini. On peut d’ailleurs voir sur le graphique ci-dessous que la prise de valeur puis la chute des actions Nvidia correspondent à l’envolée du minage puis à son abandon via des solutions à base de GPU.

Intel et Nvidia maintiennent des prix dispendieux, et AMD continue d’en profiter en commençant à se souvenir qu’à une autre époque il était le challenger à bon prix. Les constructeurs tiers comme Asus, MSI et consorts maintiennent eux aussi leurs prix élevés, tout en regardant leur montagne de stock grandir jour après jour.

Difficile de se dire psychologiquement que cette folle envolée est finie, c’est le moment de redescendre sur terre, mais la descente est brutale.

Retour en force d’AMD?

AMD offre quelques solutions avantageuses comme les RX 570 et 580, mais malheureusement leurs Vega 56 et 64 se sont révélées trop performantes pour miner du bitcoin Résultat: la Vega 64, concurrente de la 1080 et censée être vendue 600$ est passée à 1600$ en moyenne.

Absent du haut de gamme et quasiment au même prix que les cartes Nvidia sous les 500$, les temps sont durs pour AMD. Mais son salut pourrait venir de sa nouvelle architecture Navi dont le lancement est prévu à partir du premier trimestre 2019. On parle d’une carte à 250$ qui aurait les performances d’une GTX 1070 voir d’une 1080! AMD devrait revenir dans le haut de gamme vers le milieu de l’année, mais aucun prix ou indice sur les performances n’a pour l’instant fuité.

Intel, l’outsider

Depuis 20 ans, Intel a connu trois échecs en tentant de venir sur le marché des cartes graphiques. Faute de maîtrise, Nvidia et AMD sont restés leader. Intel s’est donc donné les moyens de répliquer en commençant par débaucher chez AMD des personnes clé comme Jim Keller lead architect sur les GPU. Et il semblerait qu’ils vont enfin proposer quelque chose à même de concurrencer Nividia et AMD. L’annonce devrait être faite d’ailleurs lors du CES en janvier. En tout cas, si rien ne fuite pour l’instant, l’enthousiasme est fortement palpable chez Intel. On parle de cartes graphiques très puissantes et qui soutiendraient largement la comparaison avec la concurrence. Même si l’on parle d’un lancement pour 2020, Intel a conscience que le marché des cartes graphiques est omniprésent dans des secteurs d’avenir comme l’intelligence artificielle ou le nuage et a réalisé qu’il lui faut être non seulement présent, mais également parmi les leaders.

Les interrogations subsistent cependant concernant le prix et si des solutions pour les joueurs seront affectivement proposées, mais chez Intel on est confiant et enthousiaste concernant cette annonce.

Nvidia trop cher

Nvidia et ses fabricants comme Asus accumulent les stocks et se cannibalisent eux-mêmes en vendant simultanément deux générations de cartes graphiques. Plombée par son prix, la RTX n’intéresse que les joueurs fortunés, c’est-à-dire une population qui se réduit sans cesse. Il en va donc de même des joueurs qui n’arrivent plus à suivre, le haut de gamme étant devenu hors de prix. Pour rappel, une 1080TI se vendait dans les 800$ il y a deux ans, et on trouvait la Titan à 1200$ dispendieuse. La 2080TI coûte 1600$ au minimum tandis qu’il faut ajouter encore 1000$ pour l’actuelle Titan.

Le retour d’ADM et l’arrivée d’Intel devraient cependant faire redescendre Nvidia de son piédestal virtuel. Nividia se permet de tels prix parce qu’il est le seul et qu’il veut faire un maximum d’argent avant que la fin de la récréation ne soit sonnée. Il finira sûrement par baisser ses tarifs, mais acculé par AMD et peut-être Intel. Bref, à moins de se faire tordre le bras et de se faire mettre un pistolet sur la tempe, Nvidia va maintenir des prix stratosphériques faute de concurrence. En attendant, les stocks s’accumulent certes, mais il va bien falloir finir par écouler tout ça, surtout avant une prochaine génération.

Pour toutes ces raisons, nous vous déconseillons fortement de magasiner une carte graphique en cette fin d’année. Attendez au moins mi-2019 ou le premier trimestre si vous êtes vraiment pressés. En tout cas la folie des prix qui règne depuis deux ans doit cesser et on espère très vite l’arrivée d’Intel et le retour en grâce d’AMD pour ramener un peu de bon sens dans ce milieu.

Commentez cet article