Burnt Horizon renverse Rainbow Six: Siege

Comme le veut la tradition, le Six Invitational est l’occasion pour Ubisoft de communiquer sur l’avenir de son titre esport. Au programme, le dévoilement des deux nouveaux opérateurs australiens Gridlock et Mozzie, mais aussi et surtout les futures évolutions, tant pour les joueurs occasionnels que la scène professionnelle. La quatrième année de Rainbow Six: Siege s’annonce marquante.

Burnt Horizon inverse les rôles

Provenant de l’autre bout de la planète, les gadgets de ces deux nouveaux opérateurs vont donc piocher dans le camp opposé. L’agent de défense Mozzie pourra prendre le contrôle d’un drone adverse à l’aide de son Pest. Il pourra poser ce petit robot comme piège qui sautera sur le premier drone venu, ou tout simplement le tirer directement sur un drone adverse. Son potentiel de prise d’information est donc immense, et couplé à un C4 en gadget secondaire, risque de se révéler redoutable.

De son côté, Gridlock déploiera des pièges en attaque. Sorte de gros chausse-trappes, ses Trax auront la particularité de se multiplier progressivement, jusqu’à couvrir une zone plutôt étendue. Protection de désamorceur, couverture contre les rôdeurs adverses, son usage pourrait apporter des tactiques intéressantes.

Les deux Australiens sont équipés du fusil à pompe “shorty”, leur ajoutant plus de polyvalence. Ils seront disponibles sur le Technical Test Server (TTS) dès demain, lundi 18 février.

Année 4, la consolidation

Ubisoft l’a compris : ajouter du contenu est important pour maintenir les joueurs intéressés, mais solidifier la base et les acquis l’est tout autant, particulièrement dans un jeu si complexe techniquement. La première grande nouvelle est structurelle, avec une réorganisation en équipes spécialisées sur les multiples volets du développement du jeu. C’est une communication à coeur ouvert de la part du studio, qui pousse un peu plus loin sa relation directe avec sa communauté.

L’autre annonce importante pour cette quatrième année repose sur de multiples améliorations des modes de jeu actuels, et surtout l’ajout d’une nouvelle file d’attente pour les débutants. Car R6S est un jeu difficile à prendre en main, de part le nombre des opérateurs, cartes, et mécaniques à apprendre. Cette file proposera donc aux nouveaux venus de jouer sur seulement trois cartes, et sur le mode bombe uniquement, pour un apprentissage progressif.

La file d’attente casual voit son temps par manche réduit de 30 secondes, passant à 3:30, mais surtout le choix pour les attaquants de leur point de départ, tandis que les défenseurs sauront enfin quel site sera joué.

La nouvelle carte australienne Outback

Partie classées : fin du mode bêta bloquant

Autre annonce majeure, les parties classées verront enfin le bout du tunnel du statut “Bêta”, blague au long court depuis la sortie du jeu. Comme pressenti, ce sont les paramètres de Pro League qui seront implantés, avec le processus de sélection et exclusion des opérateurs. Ces changements sont prévus pour la seconde saison de l’année.

Plusieurs refontes d’agents sont prévues : outre Lion, ce sont Ying, Dokkaebi, Glaz, ou encore Capitão qui devraient passer sous le scalpel. Les carreaux asphyxiants de ce dernier devraient par exemple bien plus ressembler aux grenades incendiaires vues dans CSGO, d’après les premiers tests révélés.

Enfin, le mécanisme d’inclinaison de visée (“lean”) devrait également être retravaillé, pour en limiter l’usage abusif.

Améliorer le comportement des joueurs, un patch après l’autre

Les attitudes toxiques représentent une lutte constante pour Ubisoft depuis plusieurs mois. Une cellule de développement sera dédiée à cet aspect pour observer les comportements, négatifs comme positifs. Première innovation de taille qui débarquera sur le TTS dès la première saison : le tir ami inversé. C’est un classique dans un jeu de tir ou l’on peut blesser ses petits camarades, abattre ses alliés est un sport national dans Rainbow Six. Ubisoft va donc expérimenter le fait d’appliquer les dégâts infligés à soi-même plutôt qu’à son coéquipier.

Le circuit compétitif gagne du terrain

Pour terminer, quelques infos quant à la scène compétitive pour la prochaine année ont été dévoilées. Les prochaines finales de Pro League retourneront en Europe, pour se tenir en Italie le 18 et 19 mai. Le second Major après Paris l’été dernier se tiendra en Amérique du Nord, et les finales de la saison X iront pour la première fois en Asie au mois de novembre. Bien entendu, le Six Invitational sera de retour dans le jardin d’Ubisoft à Montréal en 2020.
Plusieurs Minors dotés de 500 000$ reviendront, ajoutant de nouveaux partenaires comme OGA Pit ou encore iBuyPower.
C’est donc une consolidation de la scène compétitive que l’on verra en 2019, après les grands changements apportés durant la troisième année.

Commentez cet article