Bungie et Riot poursuivent un créateur de logiciels de triche pour Destiny 2 et Valorant

Mettons que, heureusement pour eux, celui-ci est basé en occident.

D’après un document que s’est procuré Polygon, Bungie et Riot Games viennent de déposer une plainte contre Cameron Santos et la société GatorCheat, respectivement le créateur et la société éditrice de deux logiciels de hack permettant de tricher dans Destiny 2 et Valorant. Les logiciels édités par la société à laquelle il appartient, GatorCheat, sont distribués via un site web tandis que la promotion était assurée par courriel, ainsi que sur Discord et Telegram.

À LIRE AUSSI : Destiny 2 : Beyond Light – faute de concurrence, il reste le meilleur

Bungie aurait déjà contacté GatorCheat qui aurait retiré son hack de la vente, mais le suivi était assuré auprès des acheteurs. Il faut savoir que ces logiciels sont souvent disponibles contre un abonnement, mais également proposés dans une version sans abonnement pour une centaine de dollars. GatorCheat devait alors assurer le suivi pour ces versions spécifiques, mais Bungie allègue que le logiciel continuait d’être vendu sur leur site.

Les hacks sont devenus une plaie sur ces deux jeux et contribuent à faire fuir les joueurs. Voici d’ailleurs dans un tweet de Tom Warren, éditeur senior chez The Verge au sujet de Destiny 2 l’an dernier.

Si les éditeurs peuvent poursuivre les sociétés basées en occident, les hacks en provenance d’Asie ou de Russie restent cependant bien plus difficiles à éradiquer. Reste alors à renforcer les mécanismes anti-cheat, mais développeurs et pirates ne cessent de se livrer à une course, l’un contrant des hacks, et l’autre de trouver des parades pour ne pas se faire repérer.

En tout cas une chose est sure, les éditeurs vont bien devoir se pencher sur la question à un moment donné. Si les hacks rapportent de l’argent à leurs créateurs, c’est un motif suffisant pour faire déserter les joueurs.

Commentez cet article