Bungie et Activision se séparent, Destiny reste chez Bungie!

La rumeur courait d’une possible séparation entre Bungie et Activision, ils viennent d’acter leur divorce.

Après des années de tension entre les deux sociétés, c’est le divorce! Bungie et Activision se séparent, l’occasion pour Bungie d’avoir enfin le contrôle sur son jeu : Destiny. Avant même le lancement Destiny fin 2014, des tensions avaient poussé à complètement remanier l’histoire, tandis que l’accord d’exclusivité sur PlayStation a toujours été mal vécu par les joueurs Xbox et PC qui voient là non pas du contenu supplémentaire sur PS4, mais amputé sur les autres machines.

À l’interne de Bungie, d’après Kotaku, Bungie aurait annoncé à ses employés que c’était une nouvelle fantastique pour le studio qui n’aura plus à négocier maladivement avec Activision. Bungie a signé en 2010 un accord de partenariat et d’édition allant jusqu’en 2020 avec Activision. Il n’a pour l’instant pas encore été annoncé de futur éditeur et ce qu’allait devenir la version PC hébergée pour l’instant sur Battlenet.

Depuis sa sortie en 2014, Destiny est sujet à une mésentente entre Activision et Bungie. Si le jeu manquait de contenu, sa jouabilité et son univers se sont étoffés rapidement pour lui assurer le succès. L’an trois du premier Destiny  est devenu une référence. Revers de la médaille, en mettant l’accent sur du contenu de haut niveau, Destiny a surtout séduit les joueurs plus hardcores qui ont plébiscité le jeu. Activision a rêvé d’un MMO plus orienté grand public, ce qui a abouti à Destiny 2. Si le jeu a séduit à son lancement, le contenu de fin s’est révélé après quelques semaines décevant, tandis que le bouleversement des armes et le nerf des pouvoirs avaient transformé les ennemis en éponges à balles. Tout le contraire de l’esprit original de Destiny. Après une année où le jeu a lourdement chuté en fréquentation, la sortie de l’excellent Forsaken en septembre a attiré les joueurs, mais pas assez au goût d’Activision.

Il était donc devenu logique que ces deux entités se séparent, Bungie a toujours bataillé pour se faire imposer le moins de demandes sur son jeu et visé dès le début les joueurs plus hardcores, tandis qu’Activision a là quelque chose qui fonctionne, mais qui n’est finalement pas aussi fédérateur qu’il l’aurait voulu. Il faut dire que le jeu a coûté 500 millions, et on parle du premier Destiny. Il est pourtant très facile de jouer l’histoire de Destiny, de profiter du jeu de fin comme les assauts, de faire certaines quêtes, mais les joueurs qui accrochent au jeu le font pour les activités difficiles hebdomadaires comme les raids. Il y aussi tous ces petits défauts  et bogues parfois exaspérants du jeu, ces sempiternels problèmes d’équilibres de certaines armes, des choses qui vous le font détester parfois, puis deux jours après on peut l’adorer, bref un vrai jeu d’amour haine. À partir de là, cette façon de faire, les interventions d’Activision mal vécues par les joueurs et les tensions en résultant finalement dans le contenu du jeu réduisent le public, et ne pouvait donc qu’exacerber les tensions entre les exigences d’Activision et la vision de Bungie.

En tout cas, cette annonce est pour l’instant vécue comme une excellente nouvelle sur les forums et Discord par les joueurs. Maintenant que Bungie est libre, c’est à double tranchant. La prochaine extension en septembre va être scrutée comme un avant-goût de ce que fait Bungie seul, les DLC de cette année étant déjà prévus, mais c’est surtout Destiny 3 qui sera la véritable épreuve pour Bungie.

Commentez cet article