Blizzard s’associe avec GOG pour ressortir Diablo, mais aussi Warcraft 1 et 2

Difficile, voire impossible de nier que le premier Diablo est un jeu culte pour beaucoup de joueurs. Le fameux hack’n slash de Blizzard a été la cause de nombreuse nuits blanches et possède encore aujourd’hui son lot de fanatiques. Un bon moyen de se propulser sur cette nostalgie est évidemment de rééditer le jeu une nouvelle fois en téléchargement.

Il faut croire que les derniers déboires financiers de GOG.com n’ont pas eu de répercussions sur leurs nouveaux partenariats. Le site de téléchargement légales sans DRM s’est en effet associé avec Blizzard pour proposer Diablo sur leur plate-forme. Mais malheureusement cela n’inclut pas son extension Hellfire.

Par contre pour les plus patients, il est également question d’y voir arriver Warcraft : Orcs & Humans et Warcraft II. Les dates de sorties n’ont pas été communiquées pour le moment, mais Rob Bridenbecker, le vice président de Blizzard semble très excité de la nouvelle :

Nous trouvons dommage que les joueurs n’ont pas accès à ces jeux emblématiques, nous sommes donc très heureux de travailler avec l’équipe de GOG.com pour y remédier

Le jeu est disponible à 9,99$ et sans DRM. En d’autres termes, il n’y a pas de système de protection, ce qui fait que vous achetez votre jeu et ensuite il vous appartient. Libre à vous de l’installer sur autant d’ordinateurs qu’il vous plaira. Le jeu est sans surprise toujours jouable avec d’autres joueurs en LAN ou par le battle.net.

Diablo peut ainsi être joué dans sa version classique, avec un incroyable rendu en SVGA à 20 images par secondes. De quoi retomber bien bas dans l’échelle de l’évolution, mais pour ceux qui auraient peur de trop se piquer les yeux, il y a quand même la possibilité de lancer le jeu dans une version optimisée pour Windows 10, la haute résolution et le tout est accompagné par une panoplie de correctifs.

Vous n’avez donc plus aucunes excuses pour ne pas vous lancer dans une promenade nostalgique dans les rues malfamées de Tristram.

Commentez cet article