Aces of the Luftwaffe – Squadron : un SHMUP historique qui ne passera pas à l’histoire

Je suis un joueur de jeux vidéo rétro qui utilise ses consoles modernes seulement pour les jeux indépendants. Et comme nous n’avons qu’une seule télé HD à la maison je me suis habitué à jouer portable. Ma Vita était parfaite à l’époque, mais maintenant c’est sur Switch que ça se passe pour moi, car je n’ai pas de PS4 et je ne joue pas sur PC non plus. Ouin, j’ai un Mac parce que je suis un artisss. De tous les styles de jeux existants, le SHMUP (Shoot ‘em Up) est dans mes préférés. En résumé, disons que ce sont les jeux avec des ti-avions qui tirent partout pew pew pew… Ma console de prédilection pour ce style est la Sega Saturn, mais je suis très heureux de voir des SHMUP apparaître sur Switch.

L’un d’entre eux que j’ai testé pour vous est Aces of the Luftwaffe – Squadron. C’est le deuxième épisode d’une petite série développée par Handygames, une compagnie membre de la famille THQ Nordic et éditeur international pour les projets de petite et moyenne taille. Tout comme le premier jeu, votre rôle consiste à stopper une invasion allemande, mais cette fois-ci l’action se passe en Amérique. Les nazis débarquent!

Le jeu est découpé en 5 chapitres qui contiennent chacun 5 missions et 5 boss. Ceux-ci sont très originaux au niveau de la forme et j’aime qu’on les détruise en étapes. Sinon les autres ennemis sont assez génériques. Vous avez 4 vies pour vous rendre à la fin de chaque mission et celles-ci ont toutes une mission secondaire. Vous devez protéger un gros avion allié, rester immobilisé au-dessus de certaines zones pendants 5 secondes, éviter les collisions pour gagner une poursuite, etc.

Votre équipe est composée de 4 membres. En mode solo votre avion est au centre et vous avez un équipier de chaque côté de vous et un à l’arrière. Tous les avions tirent en même temps donc votre zone d’attaque est large, mais chaque avion est vulnérable alors vos coéquipiers prennent souvent les coups et s’écrasent. Par contre ils reviennent après un certain temps. Aussi tout ce beau monde parle au début, pendant et à la fin de chaque mission. Ce qui devient très énervant assez rapidement. Les SHMUP ne sont pas reconnus pour avoir une grosse histoire de soutient et ici on beurre trop épais sur le dialogue.

Ces équipiers ne sont pas totalement inutiles par contre, car vous pouvez améliorer leur équipement ainsi que le vôtre en attrapant des médailles pendant les missions. Le système d’amélioration est intéressant, car chacun a ses spécialités. La force d’attaque, la vitesse, le healing, etc. Autre chose sur les équipiers, ils peuvent à tous moments être victimes d’un malaise et cela a pour but de vous donner une difficulté supplémentaire. Un pilote peut tomber endormi et il faudra le protéger, un autre deviendra fou et vous devrez éviter la collision avec lui, un autre deviendra empoisonné et vous devrez manoeuvrer très lentement pour qu’il revienne à la normale. J’ai trouvé ces événements totalement inutiles et cela brise le focus. Au final j’aurais préféré être un pilote solitaire et ne pas avoir à gérer les points de dommage, les maux et les améliorations de mes équipiers.

Je crois que la véritable force de ce jeu réside dans le multijoueur. Vous pouvez jouer jusqu’à quatre en même temps. Le fait que l’écran soit à l’horizontale avec un défilement vertical permet beaucoup d’espace pour manoeuvrer et c’est très bien, car plus vous avancez dans le jeu plus il y a de projectiles à l’écran. La courbe de difficulté est bonne et rendue au chapitre 5, il y a tellement de projectiles à l’écran qu’on pourrait dire qu’il s’agit d’un Bullet Hell. Il est possible de débloquer des niveaux de difficulté supplémentaires donc le jeu est bien balancé.

Je dois dire qu’au départ je détestais le jeu, son allure iOS et l’infernal dialogue. Plus je jouais plus le défi était intéressant et si on fait fit de l’histoire l’expérience devient agréable. Le multijoueur en fait un excellent jeu de party.

 

 

Verdict
Mitigé
Commentez cet article