5 fois où des jeux vidéo ont été accusés de plagiats

Je le dis souvent: les jeux vidéo sont une forme d’art. En tant qu’artiste, je suis inspiré de tout ce qui m’entoure. Par contre, il y a une limite entre « inspiration » et « plagiat ».

Pour ce top, je sauterais par-dessus toutes les versions piratées ou des petits clones en flash qu’on retrouver un peu partout sur internet. Je vais me concentrer plutôt sur des jeux ayant été trouvables officiellement dans des boutiques en ligne ou sur des tablettes.

Commençons ce palmarès des Gad Elmaleh des jeux vidéo!

5- Flappy Bird

Vous souvenez-vous du matin de 2014 où Flappy Bird avait envahi tous les réseaux sociaux? Le jeu, étant passé dans le beurre à sa sortie en 2013, est soudainement devenu un triomphe du jour au lendemain. D’ailleurs, c’est louche au point où certains soupçonnent que les créateurs aient utilisé des bots pour créer un buzz autour de leur application.

Alors que le jeu pouvait récolter jusqu’à 50,000$ par jour, oui, PAR JOUR, son créateur a annoncé qu’il allait retiré Flappy Birds « parce qu’il se sentait mal que des gens aiment trop le jeu », surtout pas « parce qu’il avait trop peur de se faire poursuivre pour plagiat ».

Tout d’abord, on ne se fera pas cachette. On entend des sons très similaires à ceux de Super Mario World lorsqu’on flotte… en plus de la ressemblance évidente dans ses décors accompagnés de tuyaux!

Non seulement ça, mais son gameplay est étrangement similaire à Helicopter Game en plus de ressembler à un autre jeu s’appelant Piou Piou vs The Cactus.

Ironiquement, Flappy Bird est devenu lui-même un jeu copié à l’excès. À son plus populaire, une soixantaine de clones faisaient leur apparition dans les app stores.

4- The Great Giana Sisters

Nintendo n’a pas le monopole sur les jeux de plateforme. Par contre, lorsqu’un jeu est publié en ayant l’air de l’avoir copiée, la compagnie japonaise ne tarde pas à montrer son mécontentement.

Disponible sur Commodore 64, Amiga, Amiga CPC et Atari ST, ses créateurs devaient se dire « Bah! Les gens ne connaissent pas ça SUPER MARIO BROS! Tsé, le jeu super populaire dont tout le monde parle ces temps-ci! »

Voulant profiter de l’absence de Nintendo sur d’autres plateformes, ceux-ci ont créé un jeu dont le premier niveau est tellement ressemblant à l’original que c’est insultant.

Nintendo n’ont même pas eu à les poursuivre afin de faire cesser les ventes de The Great Giana Sisters. Ils n’ont eu qu’à les regarder avec un air sévère et le jeu a arrêté d’être distribué! C’est assez badass!

D’ailleurs, la rareté de ce jeu en fait un item de choix pour les collectionneurs!

3- In The Groove

Alors que Dance Dance Revolution frappe les arcades de plein fouet, certaines compagnies se sont dit qu’elles aimeraient goûter à leur part du gâteau.

Certains développeurs auraient pu… développer de nouveaux concepts. C’est dans leur nom! Mais non, pourquoi ne pas plutôt refaire DDR sans aucune gène?

Ça, c’est quelque chose que Konami n’était pas heureuse de voir aller. Tout d’abord, elle a poursuit Mad Catz pour MC Groovz Dance Craze et s’est dite « tant qu’à y être, poursuivons aussi RedOctane pour In The Groove! »

Le tout s’est réglé hors cours alors que Konami ont obtenu les droits pour In The Groove. Comme quoi que les monopoles ne sont pas qu’au Monopoly!

2- The Simpsons : Road Rage

En 1999, les arcades étaient prises d’assauts par Crazy Taxi, un jeu dans lequel on devait conduire à destination des passagers le plus rapidement possible à travers une ville.

En 2001, les consoles étaient prises d’assauts par The Simpsons : Road Rage, un jeu dans lequel on devait conduire à destination des passagers le plus rapidement possible à travers Springfield.

Ouan. Vous allez me dire que ces deux phrases sont pas mal similaires. C’est aussi ce que Sega, le créateur de Crazy Taxi, a pensé.

Le tout s’est réglé à l’extérieur d’un tribunal et les détails de l’affaire Sega of America Inc. v Fox Interactive et al n’ont jamais été rendus publics. On peut supposer que ces derniers ont dû payer un montant qui leur a fait dire Doh!

1- Mafia Wars

Vous souvenez-vous des années où Zynga régnait sur le gaming sur Facebook? Je me souviens à peine de l’époque où il y avait des jeux populaires sur Facebook!

Poussé par le succès de Farmville, Zynga comprend très bien sa clientèle payante. Ceux-ci présentent alors Mafia Wars. Le jeu devient disponible sur Facebook, dans le app store et même sur MySpace! Tom pouvait enfin jouer avec tous ses amis!

Vous l’avez surement vous passer dans votre feed Facebook comme on estime qu’il y aurait eu 45.5 millions de comptes créés! Le jeu est longtemps demeuré populaire alors qu’on pouvait y trouver 500,000 joueurs actifs mensuellement.

Chez les Youtubers, la culture du plagiat est présente, même qu’elle l’est pas mal partout sur internet. C’est probablement pour cette raison que Mafia Wars ressemblait énormément à Mob Wars. Ceux-ci l’ont remarqué et dans leurs yeux, ils n’avaient pas de la colère, mais des signes de piasses!

En septembre 2009, les créateurs de Mob Wars poursuivent Zynga et se retrouvent avec 8 millions dans leur compte de banque. Le crime ne paie pas… mais des fois, il dédommage ses victimes!

J’aurais pu en nommer d’autres comme Mobile Legends. De votre côté, êtes-vous capable d’identifier les voleurs d’idées dans les jeux vidéos?

Commentez cet article